Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation37
  • Santé35
  • Grossesse32
  • Lifestyle32
  • Organisation27
  • Accouchement19
  • 1 an et plus19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...13
  • 0-6 mois12
  • Développement12
  • Allaitement10
  • Scolarisation10
  • Shopping10
  • Alimentation9
  • 6-12 mois9
  • 2-3 ans7
  • Garde6
  • Couple6
  • Activités6
  • Voyage5
  • Concours2

Tu fais une activité extra-scolaire, toi ?

8 réponses • 5 min • • 24 Mar 2017

Une activité extra-scolaire, la question s’est posée à moi à la rentrée en maternelle.

Il m’a semblé que beaucoup d’enfants en faisaient et, comme tout parent, j’ai eu une réaction primaire : « je ne veux pas que ma fille soit la seule à ne pas faire comme les autres et qu’elle devienne psychopathe ». Note que parfois je me raisonne, c’est pourquoi Petite Chérie ne sait pas qui est la reine des neiges, et n’a ni Stan, ni jouets vintage.

On fait comme on peut hein.

Une activité extra-scolaire, à quoi ça sert ?

Avant de me précipiter au forum des activités et de m’y faire piétiner par les parents qui viennent inscrire leur troisième au judo en claquant la bise à tous les animateurs, je me suis déjà demandé si une activité extra-scolaire pour un tout petit, ça sert à quelque chose. Du moins, si ça apporterait quelque chose à ma fille de 3 ans.

En fait, je crois qu’à partir du moment où l’idée de départ n’est pas seulement de remplir le planning du précieux, toutes les motivations se tiennent : apprendre une langue, de la musique, ou pratiquer un sport ou une activité artistique, tout apporte fondamentalement quelque chose à ton enfant.

Moi j’avais une raison un tout petit peu différente de décider qu’une activité extra-scolaire ferait du bien à ma fille : cela permettrait à la merveille merveilleuse de côtoyer des enfants qui ne sont pas dans la même école qu’elle et donc, peut-être, de se socialiser davantage. Parce que je ne t’ai pas dit, mais à la rentrée, Petite Chérie, en plus d’être la plus jeune de l’école, n’était clairement pas la plus sociable. Pour te résumer, son comportement c’était surtout de faire sa petite vie dans son coin, sans forcément trop s’intéresser aux autres enfants (ni à la maîtresse d’ailleurs, ce qui a pu poser quelques menues difficultés). Immaturité sociale parfaitement normale avant 3 ans, mais difficile à intégrer pour des parents qui s’imaginent que l’équation c’est forcément : enfant seul = enfant triste.

Alors que pas forcément.

Mais comme j’en étais pas encore moi-même à ce degré de recul, j’ai pensé que multiplier les rapports sociaux serait une bonne chose.

Au bout de quelques mois maintenant, je peux te dire que Petite Chérie a grandi et donc que ses relations avec les autres ont changé (j’ai fait une indépendante option un peu sauvage, il va me falloir m’y faire !), mais a priori, l’activité extra-scolaire n’y est pas pour grand-chose.

Quelle activité choisir ?

Nous voici donc partis à la recherche d’une activité pour Miss Merveilleuse (tu n’imagines pas le nombre de surnoms que possède cette enfant). Ça a été très vite : elle n’avait pas trois ans à la rentrée donc elle ne pouvait être inscrite à aucune activité de « grand ». Mais honnêtement, j’allais pas l’inscrire à une activité prévue pour les bébés de moins de 3 ans ? Non. Heureusement pour nous, il y avait une activité pour laquelle les inscriptions dépendaient, non pas de l’âge, mais de l’année de naissance.

Et cette activité, c’était le handball.

T’emballes pas quand même, le hand, quand tu as 3 ans, ça ressemble un peu à rien, mais c’est rigolo, si j’en crois Petite Chérie.

Et puis le hand, ça répond assez bien à l’écueil dans lequel on ne voulait surtout pas tomber : faire réaliser nos rêves déchus par nos enfants. Faire du piano parce que maman rêvait d’être pianiste mais qu’elle n’a jamais fait de piano, ou de la danse parce que maman fait de la danse, c’est sans doute pas fondamentalement respectueux de la personne qu’est l’enfant. Qui n’est pas nous.

Je suis du genre à penser que si tu veux faire de la natation synchronisée ou du rugby, rien ne t’en empêche. Mais laisse ton enfant choisir pour lui. Et c’est une fille qui vient de s’inscrire à des cours de danse classique qui te le dit (je tâcherai de ne pas m’étendre sur le sujet pour t’éviter de m’imaginer en tutu…)

Idéalement, c’est à la merveille de décider ce qu’elle veut faire. Et si elle te répond qu’elle veut faire de la pétanque, qu’il en soit ainsi.

On a été à plusieurs cours avant de s’inscrire et on a bien insisté auprès de Petite Chérie pour être sûrs que ça lui convenait. Elle est toujours contente d’y aller donc on ne doit pas s’être trop plantés !

No pression !

Le seul truc sur lequel j’étais pas très emballée, c’était finalement d’ajouter une activité au planning déjà bien chargé de la merveille. Tu vois, comme je l’ai déjà dit, ma fille, elle passe 10h30 par jour au minimum à l’école, alors autant te dire que le week-end on ne cherche a priori ni la collectivité, ni le bruit, ni la contrainte. Alors c’est vrai que les activités extra-scolaires c’est un peu contradictoire avec ce constat. Je pense que c’est à toi de voir, mais qu’une activité extra-scolaire n’est pas du tout essentielle, surtout pour des enfants de maternelle qui sont déjà bien fatigués de leur semaine d’école. Pour eux, une ballade en forêt ou un passage au square c’est déjà une activité enrichissante en soi, alors pas la peine de culpabiliser si tu ne te coltines pas la baby gym le dimanche matin.

Nous, on s’est lancés en se disant qu’on verrait bien. Et en fait ça marche assez bien.

Ceci dit on ne met pas une pression folle, je veux dire que quand elle est fatiguée ou malade on ne va pas au hand, et qu’on ne lui demande pas d’être douée. On peut faire une activité et ne pas s’y investir à fond ou, juste, être nul.

Du moment qu’on s’amuse, tout va bien.

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

24 Mar 2017

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. m

    maman est occupée 24 Mar 2017 - 11:07 Répondre

    Je suis dans le même état d’esprit que toi : l’activité extra-scolaire, ça permet de se défouler, de s’aérer l’esprit, ce n’est surtout pas une contrainte. Et puis, surtout : ça fatigue. Non négligeable… 🙂
    • J

      Juliette 24 Mar 2017 - 3:40

      😂 oui ça fatigue c’est vrai ! Attention du coup, c’est à double tranchant…
  2. P

    Picou 24 Mar 2017 - 11:08 Répondre

    Moi en bonne maman égo-centrée, j’ai jusque là évité l’affaire parce que les aller-retours activités du mercredi, où réveiller la petite soeur de la sieste et l’occuper une heure en attendant que la grande ait fini, j’avais pas trop trop envie!
    Après, Chouquette a maintenant 4 ans et demi, et elle aimerait faire de la danse, donc, je vais essayer de me pencher sur le problème l’an prochain!
    • J

      Juliette 24 Mar 2017 - 12:21

      Ah mais non, pas ego-centrée du tout : attentive au confort de son tout petit ! Comme je disais, je ne suis pas du tout certaine que ce soit un impératif. Maintenant, si elle demande de la danse… (j’ai un énorme faible pour la danse pour une raison minable : je trouve que les petites filles qui font de la danse deviennent des ados puis des femmes avec un port de tête très élégant que j’envie beaucoup !)
  3. F

    FOXKLER 24 Mar 2017 - 11:46 Répondre

    Pour nous, c’est Baby Gym le samedi en milieu de matinée. Le prof a eu pas mal de problème de santé, nous pas mal de panne d’oreiller, du coup on a pas fait des tonnes de cours, mais il s’éclate à chaque fois.
  4. T

    Tara B. 26 Mar 2017 - 3:24 Répondre

    Pas de pression par chez nous non plus. Quand notre aîné avait deux ans et demi on l’a inscrit à un cours de baby-gym à côté de chez nous : une salle sans prise de tête, où il pouvait sauter sur des trampolines, marcher sur des mini-poutres, escalader des murs en mousse, sauter dans tous les sens, défoulage assuré à toutes les séances, il a adoré et nous aussi. Et puis la baby-gym a fermé alors on l’a inscrit à un cours multi-sport, un peu moins sympa mais il s’amusait bien quand même.
    Arrivés à Shanghai, notre vie à changé : l’école française propose des activités périscolaires après la classe au sein de l’école et te renvoie ton précieux par le bus scolaire. Le degré zéro de l’investissement parental (enfin façon de parler parce qu’il faut quand même payer hein), et surtout une manière géniale de découvrir des activités. Jusqu’ici il a fait rugby, kung-fu, lego (oui, lego est une activité !), découverte des sciences, jardinage, cuisine, tennis, et il a été ravi de presque tout (l’honnêteté m’oblige à dire qu’il n’a pas du tout kiffé le kung-fu). On lui « impose » juste de choisir une activité sportive mais celle qui lui plait, et le reste c’est lui qui voit.
    On a hâte que le deuxième ait l’âge requis pour commencer (par ici pas d’activité péri-scolaire en-dessous de la grande section, sauf celles qu’on veut bien organiser nous-même. La piscine, trottinette et ballades suffisent bien pour l’instant à notre organisation).
    • J

      Juliette 26 Mar 2017 - 9:49

      An ! Mais c’est trop bien ça ! Ce serait cool un système pareil en France aussi (mais là je rêve peut-être !) !
    • T

      Tara B. 26 Mar 2017 - 11:31

      Oh ben oui, j’aurais trouvé ça super d’avoir ça en France aussi. Bon, évidemment, tout cela est à l’avenant des frais de scolarité locaux : ça te coûte un rein, mais tes enfants sont bien, nothing’s perfect ! 😉

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *