Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

La césarienne : mais comment ça se passe ?

2 réponses • 5 min • • 18 Nov 2014

AAAAAHHH, la césarienne (à prononcer sur le ton du soupir). Que n’a-t-on pas entendu sur ce doux moment ?! Tu en as peur ? Tu n’en veux pas ? Tu serais déçue d’y passer ? Et bien je t’annonce, officiellement, là, tout de suite, que je vais faire s’écrouler toutes tes certitudes sur la chose.

Même pas peur.

Alors, commençons par le commencement : en ce qui me concerne, j’ai su que j’aurais une césarienne assez rapidement. En effet, dans les cas relous, ce n’est pas une option. Donc je n’ai pas imaginé mon accouchement autrement.

Il est certain que j’aurais préféré, de loin, serrer mon bébé contre mon petit cœur tout de suite et ne plus la lâcher pendant de longues heures, mais quand c’est autrement, c’est autrement. Alors c’est son papa qui l’a serrée très fort, très longtemps et c’est avec beaucoup d’amour et d’émotion que je l’ai découverte à mon tour un peu plus tard. Beaucoup plus tard en fait.

Mais je vais te dire : dans ces cas-là, tu es tellement soulagée que tout le monde soit au top de sa forme que franchement, le reste n’a pas la moindre importance. Donc ne t’inquiète pas de ça, si cela arrive, tu reverras tes priorités en conséquences, et tu seras heureuse quand même.

Sur l’aspect plus… pratique des choses, je dois t’avouer que je n’ai pas eu mal. Jamais.

 Par quelle prouesse tu te demandes ?

Et bien d’abord, nous ne sommes pas égales les unes aux autres. Mon petit corps de rêve (ouais, je sais… mais attends de me voir en vrai, tu vas déchanter !) a sans doute bien supporté la césarienne.

Ensuite, j’ai été opérée dans un hôpital public dans lequel le protocole est volontairement allégé, de manière à ce que tu ne te sentes pas convalescente en sortant du bloc opératoire. Donc pas d’anesthésie générale, et, dès que l’intervention est terminée, on te retire toutes perfusions et autres sondes glamour. Tu sors de là comme au premier jour. Evidemment on te donne des antidouleurs pendant plusieurs jours et on te garde 5 à 6 jours à la maternité, mais je peux te jurer que 5 heures après la césarienne j’étais debout devant la table à langer, que j’ai pu donner le bain à ma bébé le lendemain et m’en occuper toutes les nuits sans galérer. La seule douleur à déclarer : la cicatrice qui tire un peu.

Mais honnêtement… comment te dire ? Tu as déjà eu mal aux dents ? Au dos ? Une migraine ? Alors tu as vécu mille fois pire que cette douleur-là. Mon conseil est donc de ne pas se laisser aller et de se forcer, si possible, à faire les choses. Après on est d’accord : on n’est pas toutes pareilles !

Maintenant que tu sais que la frustration de ne pas vivre l’accouchement de tes rêves et la douleur de l’après sont gérables, laisse-moi te raconter l’opération, qu’on rigole un peu… (âmes sensibles, passez votre chemin !) : alors nous voici, l’Homme de ma vie, moi-même et notre baby girl, postés devant l’entrée de la maternité, à 7h00 pétantes un mardi matin.

Aucun de nous trois n’était très sûr de lui mais quand il faut y aller…

On nous installe dans une pièce, on branche le moniteur, et on attend. Longtemps. Très longtemps. Mais on s’en fout, papa mange des Kinder et répond au téléphone que « non, pas encore » à la famille qui s’impatiente. Moi je n’ai pas le droit de manger, opération oblige, et je sens à 1000 kilomètres la douche au dakin que j’ai prise avant de venir. Puis arrive un brancardier qui nous emmène tous les trois au bloc. Une sage-femme attrape l’Homme au vol pour le déguiser en chirurgien pendant qu’on me prépare. Je sais que les papas ne sont pas autorisés partout mais comme il faut que tu saches comment réagit un homme à la vue de ton gros bidon grand ouvert, promis je te fais un article sur lui !

Me voici au milieu d’un immense bloc opératoire dans lequel il fait 7° environ, entourée d’internes frigorifiés. Tout le monde est sympa, et on rigole un peu, même pendant la péridurale. Pas d’anesthésie générale. Ensuite on s’installe, et, comme dans Grey’s Anatomy, on te badigeonne le ventre d’un truc orange, on crie pour savoir si le papa est bien là, et la chirurgienne donne le top départ.

Un drap est tendu entre ta tête et ton ventre pour que tu ne voies pas le spectacle du jour. Et c’est parti mon kiki.

Ce qui se passe alors est difficile à décrire.
Sache déjà que c’est très court, genre en 30 minutes c’est bouclé. Ensuite, ce sont des sensations très étranges et très désagréables. Voire même extrêmement désagréables : tu sens que ça tire et que ça trifouille à l’intérieur de toi. Tu n’as pas mal à proprement parler, c’est juste d’un inconfort que tu n’as jamais ressenti avant. J’avais un peu le mal de mer à la fin. Le bébé est sorti rapidement, en 10-12 minutes après le début de la césarienne, on te le montre et on file le mettre au chaud.

Après la césarienne tu passes en salle de réveil, où tu restes aussi longtemps que nécessaire.
Et après, tu retrouves ton bébé, et là tu trouves que c’est le plus beau du monde. Si, si. C’est la seule chose que je puisse te garantir dans toute cette histoire !

Et toi, t’as la trouille de la césarienne ?

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

18 Nov 2014

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. I

    Isabelle 29 Juin 2017 - 9:38 Répondre

    Bonjour,
    Ton article date d’il y a trois ans, mais un retour d’expérience de plus ne peut pas faire de mal (surtout qu’il est assez différent) !

    Alors voilà: j’ai eu droit à une césarienne en urgence car le cordon du bébé se présentait en premier lors de l’accouchement par voie basse.
    Pour ma part, je n’ai pas trop bien vécu l’après opération (pendant, c’était tout pareil que toi: sensation désagréable mais pas mal).
    J’ai saigné énormément du côté gauche de la cicatrice pendant la 1ère nuit, les infirmières/sages femmes ont du me refaire le pansement et j’avais beaucoup de mal à me déplacer pendant tout mon séjour à l’hôpital (pas facile d’allaiter et de s’occuper du bébé dans ces conditions).
    Quand j’entendais des gens parler de « césarienne de confort », je me suis demandée ce qu’ils trouvaient « de confort » là-dedans…

    Mais chacune des mamans est différente et je suis contente de voir que pour beaucoup d’entre elles (dont toi), c’est quasiment sans douleur. D’ailleurs ça me rassure un peu si je dois en avoir une nouvelle pour mon deuxième bébé. 🙂

    Voilà, j’espère que je n’ai fait peur à personne, je voulais juste être honnête sur ce qu’a été ma césarienne. Et si ça peu en rassurer quelques unes, je n’ai pas entendu beaucoup de femmes qui ont eu une aussi mauvaise expérience que moi.

    • J

      Juliette 29 Juin 2017 - 10:37

      Y’a surtout pas de date de péremption sur les articles, bien au contraire : plus il y a d’experiences, mieux c’est pour tout le monde !
      Je pense que deux élément ont énormément joué dans le fait que ma césarienne ait été assez « confortable » : déjà, elle était programmée. Ça change énormément la manière de l’appréhender (pas de déception, pas de stress, le temps de s’y préparer…) et donc de la vivre.
      Ensuite, j’ai été suivie dans un hôpital extrement bien équipé, vraiment à la pointe et en plus, j’ai servi de « cobaye » en permettant que pas mal de gens assistent à l’opération, ce qui contraint tout le monde à être irréprochable !
      Je ne te cache pas, aussi, même si je ne l’ai pas précisé dans l’article, je supporte assez bien la douleur (ce qui n’est pas toujours une bénédiction en réalité, mas c’est un autre sujet !), ça a forcément pas mal aidé !
      Merci de ton témoignage qui montre bien qu’on ne peut jamais savoir à l’avance comment vont se passer les choses !

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.