Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse33
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • 0-6 mois12
  • Allaitement10
  • Shopping10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Faire croire au Père Noël, ou pas : le débat

37 réponses • 12 min • • 10 Déc 2015

En fervent athées que nous sommes et en cette période de l’avent, on s’est posé la question légitime suivante : doit-on faire croire en le Père Noël à nos enfants ?

Tout d’abord parce que si je veux rester cohérente, de la même manière que je ne vais pas faire croire à mes enfants en l’existence de Dieu pour leur dire que finalement « non, j’déconne », je ne devrais pas non plus me lancer dans des histoires de Père Noël sur un traineau volant rempli de jouets destinés aux enfants du monde entier — qui en plus de ça, est regardant sur le niveau de vie des parents desdits enfants. Le Père Noël est une ordure.

En même temps, je me dis que c’est quand même sympa cette frénésie, enfant, autour du Père Noël : je pense à la liste de cadeaux, l’excitation à l’idée de l’apercevoir, peut-être, avec un peu de chance… Puis plus tard on se souvient de cette magie, et on perpétue malgré nous cette tradition du secret réservé aux grands. Le Père Noël, ça n’existe pas, mais c’est chouette de prétendre que si.

Alors si tu te poses la même question que moi, voici un petit résumé des mes réflexions ou de choses que j’ai lues et qui ont fait écho en moi.

La découverte du mensonge.

Si ton enfant croit que le Père Noel existe, aussi scrupuleusement auras-tu tenté d’entretenir le doute, le moment viendra où ça ne passera plus.

Voici donc arrivé le jour où il découvre que ses parents (tu sais, ces gens en qui il a une confiance absolue), lui ont menti. Et ce, pendant des années.

Certaines personnes vont te dire que ça n’est pas un mensonge très méchant, et que ça arrive à un âge où il est a priori capable de s’en rendre compte… Tout est dans le « a priori ».

J’ai comme ça pu lire le témoignage de ce petit garçon qui a un jour pris la parole pour défendre la cause du Père Noel devant toute sa classe avec comme seul motif que « sa maman ne lui mentirait pas » (pour se rendre compte, une lecture à voix haute de l’entrée de l’encyclopédie au chapitre « Père Noël » plus tard, que si). Ça te brise le cœur un peu là, non ?

Il faut donc savoir que pour certains, la découverte du mensonge est un drame. Pas de quoi suivre une thérapie vingt ans plus tard (je crois) ; pas de quoi balayer le sujet d’un revers de manche non plus. Dans tous les cas, leur confiance en toi en prend en coup.

Voyons donc nos options en ce qui concerne la gestion de l’épineuse question du Père Noël.

Option numéro 1 : tu fais l’autruche.

Pas vu pas pris.

J’ai pendant un temps pensé que c’était la solution pour nous : laisser l’entourage inventer le gros bonhomme rouge, sans jamais entrer, nous, dans le mensonge. « Il y en a qui disent que… », quoi. Et puis, lorsque le doute commence à s’installer, faire fonctionner leurs méninges pour les faire arriver seuls à la décevante conclusion.

Du coup, le jour où leur monde (de Noël) s’écroule, ça ne s’accompagne au moins pas d’un « Maman et papa m’ont trahiiiii ! »

Sache que, de ce que j’ai pu lire, personne ne semble avoir de réelle objection à cette prise de position. Ça semble donc une bonne option si tu n’es pas fan de mentir à tes enfants à propos du Père Noël, mais que quand même, tu ne voudrais pas les surprendre en pleine crise d’adolescence à 3 ans et demi.

J’aime assez, franchement.

Cela dit, pour être honnête, j’ai encore quelques questions avant de pouvoir complètement adhérer au scénario (et si tu as des réponses, je suis preneuse) :

  • Déjà, par exemple, comment expliquer les cadeaux sous le sapin sans se compromettre ? Un simple « Tiens regarde, des cadeaux ! » ne me semble quand même pas super à la hauteur du moment. Alors peut-être que je m’en fais toute une montagne et qu’en vrai, les enfants sont tellement à fond qu’ils hurlent « Le Père Noël est passéééééééé ! » avant que t’aies le temps de finir de te poser ce genre de questions. Sans doute. Mais tout de même, je me demande si j’arriverais à vraiment transmettre la magie de Noël en restant sur la réserve vis à vis du Père Noël.
  • Deuxième point, oui, bon, tu ne mens pas ouvertement à tes enfants. Mais quand ils te parlent tout excités du Père Noël et que tu dis rien, t’es pas non plus en train d’être tout à fait honnête, il faut le dire. Du coup, est-ce que ça nous résout complètement notre problème initial ?

Allez, allons voir ce qui se passe du côté des vrais adeptes du Père Noël. Ou de ceux qui le rejettent en bloc.

Option numéro 2 : tu leur dis que le Père Noël, c’est du bullshit.

Bon, tu leur dis pas comme ça.

Il faut savoir, pour jouer aux gendarmes et aux voleurs, pas besoin de littéralement croire être un gendarme (ou voleur). En d’autres mots, il n’est pas nécessaire que les enfants pensent que le Père Noël existe réellement pour faire fonctionner leur imaginaire.

En fait, il y en a qui vont jusqu’à dire que le mensonge concernant l’existence du Père Noël peut développer de la crédulité chez l’enfant, et une formation de la croyance basée sur sa propre commodité plutôt que sur du raisonnement et des faits. (Roooh, comment je parle bien ! C’est parce que j’ai tout pompé d’ici.)

Le petit truc qui me dérange avec cette alternative, c’est que je n’arrive pas à me convaincre que je ne leur ôte pas quelque chose qui aurait sa place dans leur enfance.

J’ai donc bien réfléchi, et je pense avoir fini par trouver une manière de présenter les choses qui rende sa magie à Noël, le mensonge en moins. Tu me diras ce que t’en penses !

Noël est un jour magique, où on se rappelle que c’est important de penser aux autres et où tout le monde offre des cadeaux à tout le monde. D’ailleurs, on aime bien imaginer que c’est un vieux monsieur sur un grand traineau en bois tiré par des rennes volants qui amène les cadeaux à tous les enfants ; on appelle ce monsieur le Père Noël. À l’approche de Noël, on s’amuse à faire semblant que ce monsieur existe vraiment et on invente tout un tas d’histoires. C’est alors comme un grand jeu auquel tout le monde joue, les adultes comme les enfants, et qui dure pendant tout un mois. Tu verras que certaines personnes se déguiseront en Père Noël, d’autres te demanderont si le Père Noël t’a amené des cadeaux, ou encore si tu as pu le voir : tout ça fait partie du jeu !
Certains enfants aiment tellement cette histoire qu’ils ont envie de croire que le Père Noël existe vraiment ; il vaut alors mieux les laisser rêver, ils apprendront la vérité un jour.

Je trouve que cette option a l’avantage de leur montrer que tu les traites comme ton égal et que leur fais confiance — confiance pour comprendre que c’est faux, mais aussi pour accepter que d’autres y croient, et que c’est bien de respecter cette différence. Ça leur enseigne encore que tout ce qui se dit n’est pas forcément bon à prendre, et enfin, en temps de crise, un peu moins de cadeaux sous le sapin ne leur fera pas penser qu’ils ont été des enfants moins méritants cette année !

Petit bémol cependant ici encore, je ne sais pas à partir de quel âge un enfant est capable de « filtrer » ses informations, en d’autres termes garder un secret, mais je crois ne pas trop me tromper en disant que ça ne vient pas en même temps que l’acquisition de la parole. Avec cette alternative, tu évites effectivement à ton enfant le traumatisme de découvrir un jour la trahison par les parents, tu n’évites peut-être pas les jets de pierre à l’école de la part des autres enfants qui y croient, eux, et n’ont aucune envie que ton enfant viennent leur raconter des (non-) salades.

Option numéro 3 : c’est trop tard ils y croient déjà.

Pas de soucis. Il faut savoir, le débat autour du Père Noël intéresse apparemment autant que celui sur le port d’armes aux U.S., autant te dire, il y a des arguments en faveur de presque tous les points de vue. C’est juste pas les mêmes, à toi, donc, de voir ce qui semble le mieux correspondre à ce que tu veux pour tes enfants.

Tout d’abord, le Père Noël, en donnant cette place particulière aux enfants, les fait se sentir spéciaux. Et c’est bien de se sentir spécial.

Ensuite, et plus important encore, la découverte du mensonge à propos du Père Noël correspond, selon la psychothérapeute Geneviève Djénati (mais je n’ai pas de lien, j’ai lu ça dans le Fémina de ce matin…), à une sorte de rite initiatique qui aide nos enfanst à grandir. Les décevoir ponctuellement serait alors presque leur faire une faveur — parce qu’aussi parfait que l’on souhaite ce monde pour eux, il ne l’est pas.

Cela dit attention à ne pas surenchérir — et c’est là un point qui semble mettre tout le monde d’accord —, surtout quand l’enfant se met à douter ; exit donc les bruits de pas bruyants, les saletés devant la cheminée, ou les cookies à moitié croqués devant la porte au petit matin.

Et si tu redoutes le moment où il faudra leur annoncer la vérité, pas de panique, j’ai pensé à tout. Lorsque je m’amusais à lire ce qu’il se disait à droite et à gauche sur le sujet, je suis tombée sur le joli témoignage de ce monsieur, qui a révélé sa manière toute particulière de raconter à son enfant la vérité sur le Père Noël.

Je pars donc dans une traduction libre et raccourcie de son explication, que tu peux trouver en VO ici.

À l’âge de neuf ans, mon fils se faisait embêter par ses camarades parce qu’il croyait au Père Noël. Il m’a alors demandé de lui dire la vérité.
Je l’ai fait s’assoir et lui ai avoué que c’était un lourd secret, et qu’il devait être sûr d’être assez grand pour pouvoir le garder pour lui. Je lui ai alors dit : « Oui, le Père Noël existe, mais il y a toute une partie de l’histoire que tu ne connais pas. Le Père Noël était un jour une vraie personne, incroyablement généreuse, qui donnait des cadeaux aux petits enfants et aux personnes dans le besoin. Il a dédié sa vie à se soucier des autres. Quand il est mort, d’autres ont pris le relais, et ils sont ainsi devenus des Pères Noël afin de perpétuer cette mission d’amour et de générosité. Donc pour répondre à ta question : oui le Père Noël existe, mais pas dans le sens que tu imagines ; ce sont en fait beaucoup beaucoup de gens qui ont décidé de devenir Père Noël. »
J’ai continué en disant : « À un moment, j’ai décidé d’être un Père Noël, pour donner secrètement de cadeaux aux autres à Noël et d’autres périodes de l’année d’ailleurs. C’est un secret que je partage avec toi aujourd’hui. Et quand tu seras assez grand, toi aussi, tu pourras être un Père Noël à ton tour. »

J’ai tellement aimé sa réponse que j’ai limite envie de faire croire à mes enfants au Père Noël, rien que pour pouvoir leur donner cette explication ! (Encore faut-il qu’ils s’adressent à nous avant qu’un camarade de classe ne leur livre une réalité un peu moins édulcorée…)

Voilà, tu l’auras compris, il n’y a pas de solution parfaite (comme souvent en terme de parentalité, toi-même tu sais). Mais ne désespère pas, c’est Noël, et dans tous les cas, Noël c’est magique ! Ici, on hésite encore entre l’option 1 et 2, mais en même temps, on a encore une bonne année pour décider. Et chez vous, le Père Noël, il existe ?

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

10 Déc 2015

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. T

    TitVal 11 Déc 2015 - 11:24 Répondre

    Oui chez nous le père noël existe.
    Ma loulou est en CE1 (7 ans) et je sens qu’elle est en phase de doute. Je pense qu’elle est en age de savoir.
    Je ne vais pas lui dire franchement « Le père noël n’existe pas ». Cette semaine elle m’a dit que certains de l’écoel ne croyaient pas au père noël. Je lui ai demandé ce qu’elle croyait elle. Elle m’a d’abord répondu qu’elle voualit croire la vérité (oups, pointe de culpabilité) et puis que finalement elle « préférait » y croire. (genre elle préfère y croire pas vraiment y croire parce que c’est vrai :)).

    Elle sait que la petite souris et les cloches n’existent pas pour de vrai, elle m’a dit « Il y en a qui croit a la petite souris et aux cloches, moi j’ai envie de croire au père noël » et je lui ai répondu qu’elle avait raison, chacun avait le droit de croire a ce qu’il voulait. Que noël c’était un peu magique…

    Pour le moment on fait donc comme si le père noël existait encore, mais je pense que ce sera la dernière année.

    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:28

      Oui c’est génial, je pense qu’au fond elle sait que le Père Noël n’existe pas, mais elle a envie de faire durer le plaisir un peu encore… Donc c’est bien comme ça je pense ! La découverte de la vérité ne devrait pas être trop dure !
  2. A

    Audrey 11 Déc 2015 - 11:32 Répondre

    Bonjour,
    Mon fils a bientôt 2 ans et je suis dans le même dilemme. J’ai tellement été déçue moi-même quand j’ai su que le père noël n’existait pas que je n’ai pas envie de faire ça à mon enfant… Même si j’aime l’esprit de Noël et cette fête, je crois que je vais le laisser découvrir et je lui répondrais sans lui mentir à ses questions. Alors bonnes fêtes et bon courage 🙂
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:31

      Je ne suis pas sûre que d’ôter le Père Noël enlève vraiment de la magie à Noël ; Noël, c’est tellement plus que ça ! Mais c’est sûr, tout dépend de comment c’est présenté. Et puis de toute manière, ton fils y croit déjà, donc la question se pose pas et pour toi, il s’agira plus de voir comment gérer la découverte du mensonge. C’est bien ton initiative, lui laisser découvrir sans jamais lui mentir ! Bon courage et belles fêtes !
  3. L

    LeMerlanFrit (Fanny) 11 Déc 2015 - 1:27 Répondre

    J’ai beaucoup aimé la solution de ma soeur. Elle ne leur a rien dit de spécial, ses filles ont rapporté l’histoire du père Noël de l’école. Quand elles ont posé la question, ma soeur a dit qu’elle offrait elle-même des cadeaux à Noël parce que ça lui fait plaisir, mais que peut-être qu’il y a un père Noël qui en rajoute. Elle ne peut pas leur dire s’il existe ou non, juste qu’elle ne l’a jamais vu. C’est un peu l’agnostisme du père Noël en fait ^^
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:32

      Fanny : J’ADORE !!!!!! Il est fort possible que je copie ta soeur ! 😉
    • F

      FOXKLER 17 Déc 2015 - 3:42

      Moi aussi j’adore ! c’est très bien comme réponse !
  4. D

    DANANBA 11 Déc 2015 - 1:42 Répondre

    Le jour où mon fils m’a posé la fameuse question sur l’existance du père Noël, je lui ai fait comprendre que le père Noël était en fait, chaque personne qui faisait un cadeau à quelqu’un, c’est à dire les parents, les grands-parents, etc… mais aussi que cela pouvait être lui s’il offrait un sourire, du temps, un dessin, un petit bricolage fait à l’école, etc… à quelqu’un. Et je crois que l’idée qu’il pouvait être lui aussi « le père Noël » lui a fait plaisir. Il n’a d’ailleurs rien dit à son petit frère plus jeune de seulement un an. Il avait compris que l’esprit de noël, c’est avant tout le partage.
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:32

      Oui c’est génial comme explication, ça rejoint ce que le monsieur a expliqué à son fils. Je suis trop fan !!
  5. L

    Lorelei 11 Déc 2015 - 3:37 Répondre

    ici aussi il existe et ça me fendrait le coeur de ne plus avoir cette magie là à la maison….
    Mais j’appréhende déjà le jour où ma fille apprendra que ce n’était pas vrai, sachant comme elle est hypramégasensible….
    J’aime beaucoup l’option 2, je pense que je vais la garder bien précieusement sous le coude pour ce moment difficile lol

    merci pour ce bel article 😉
    bizzz

    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:33

      De rien !! Bon courage, et bonnes fêtes à ta petite famille !
  6. p

    pallud 11 Déc 2015 - 3:38 Répondre

    Bonjour, mon fils n’a que 2 ans 1/2 mais je ne lui parle pas du Père-Noël par choix, comme Audrey j’ai été très déçue lorsque j’ai appris… Seulement autour de lui papy mamie école tout le monde en parle alors cette alternative que tu proposes est très intéressante!! Merci pour cette article
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:35

      De rien Pallud ! J’espérais bien que ça inspirerait l’un ou l’autre. Je suis vraiment contente si l’article a pu te donner des idées. Bises !!
  7. N

    Natacha 11 Déc 2015 - 4:12 Répondre

    Et pourquoi pas directement faire un mixe entre la 2 et la 3 ? Je les trouve tellement jolies et accessibles aux enfants tout en entretenant la magie que je me dis que ma solution elle est là !
    Je n’ai pas spécialement envie de faire croire mon fils au Père Noël (bon j’ai le temps il n’a que 6 mois !), la magie de Noël se cache dans bien d’autres choses que la croyance du Père Noël la preuve à 23 ans je suis encore toute excitée à l’idée que la fin d’année et Noël approchent alors que ça fait bien longtemps que je n’y crois plus 😀
    Alors expliquer dès le début qu’on est un peu tous des Père Noël ça garde la magie, ça permet d’inventer de belles histoires de Père Noël, d’inculquer la notion de partage… Et puis somme toute ça permet aussi que l’enfant ne tique pas quand d’autres adultes parlent du Père Noël !
    Après j’ai encore le temps d’y penser, mais moi qui me sentais perdue entre le risque de briser un peu de magie (une connaissance m’a raconté qu’elle a été assez malheureuse dans son enfance car ses parents ne lui ont pas fait croire et qu’elle l’a très mal vécu vis à vis des autres enfants émerveillés et de la magie) et l’idée de mentir à mon fils je pense que cette idée du Père Noël en chacun de nous c’est vraiment trop adorable !
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:45

      Oui, j’ai beaucoup aimé aussi ! Et puis, c’est encore mieux, parce que c’est la réalité, mais c’est magique ! De la vraie magie quoi, pas celle qui vient d’un Père Noël qui n’existe pas ! Bonnes fêtes à toi et ta famille !
  8. l

    lacafouine 11 Déc 2015 - 4:56 Répondre

    Je cogite aussi, bon mon bébé n’a que 15 mois 1/2 donc j’ai un peu le temps. Je sais que je ne veux pas lui pipoter des trucs et le décevoir plus tard en avouant qu’ils étaient faux, mais je ne veux pas non plus l’exclure de la magie de noël. Donc je suis plutôt pour l’option 2 mais sans vraiment savoir comment m’y prendre. Du coup merci car j’adore ton idée de « tout le monde s’amuse à faire semblant »! Faut que je la note dans un coin pour plus tard.
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:48

      Oui moi aussi je cogite encore. J’ai fait cet article et malgré toutes mes réflexions, j’hésite encore !! Bon, je pense qu’au final, j’aurai tellement pensé le truc que peu importe ce que je décide, ça ne devrait pas être trop traumatisant ni pas assez magique… On verra !
  9. P

    Pascale-Fred 11 Déc 2015 - 4:57 Répondre

    j’ai de la chance, je crois en Dieu . Alors pour moi , Noël est le souvenir de la naissance de Jésus. J’ai expliqué à mes enfants qu’en souvenir de ce jour on continuait à offrir des cadeaux comme pour tout anniversaire. A l’école maternelle, mon aînée est revenue avec cette histoire de Père Noël ! ;( Nous en avons parlé et conclu que ce Père Noël était pour ceux qui ne croyaient pas en Dieu et donc une explication pour l’avalanche de cadeaux!
    N’oubliez pas de leur dire que le plus beau cadeau de Noël : c’est eux . Joyeux Noël à tous
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 6:57

      Je me mets à ta place et je comprends. Cela dit, petite, on nous faisait croire au Père Noël, mais j’allais à l’église également, et on nous parlait bien de la naissance de Jésus ; ça ne m’a jamais choquée, mais c’est vrai qu’en y réfléchissant, ça n’est pas cohérent !
      Après, le Père Noël, ben… c’est le Saint Nicolas ! Je suis originaire d’Alsace et ici, on fête encore la Saint Nicolas. Donc si on voulait rester dans les origines et la tradition, il faudrait plutôt parler du Saint Nicolas peut-être… Sauf que ça se fête le 06 décembre et non le 25 ! Bref, on a bien tout mélangé !
  10. W

    Weena 11 Déc 2015 - 6:00 Répondre

    Je n’en suis pas encore là (À 1 an, FeuFolet se fiche comme de sa première couche du père noël), mais je pense choisir l’option de le laisser croire, sans en faire des tonnes non plus. Après personnellement, la découverte de la supercherie s’est fait très progressivement, sans drame … Petit à petit, on a compris que c’était nos parents qui jouaient au père noël, aux cloches de pâque et à la petite souris (jusqu’à aller leur rappeler tôt le matin que la petite souris avait oublié de passer :-p ).
    J’aime beaucoup aussi l’explication où on « responsabilise » le grand qui découvre le pot aux roses en lui expliquant, que oui, c’est un pieux mensonge et qu’il est dans le secret des grands, mais que donc il ne faut pas empêcher les autres de croire 😉
    • J

      Joana 11 Déc 2015 - 7:01

      Tu as eu de la chance que la découverte du mensonge à propos du Père Noël se soit faite progressivement. Ça n’est malheureusement pas une généralité : par exemple, moi je me suis pris ça d’un coup à l’école et c’était plutôt difficile ; j’ai sondé un peu des gens qui nous suivent sur Facebook et ça a été traumatisant pour l’un ou l’autre quand même. Donc ça reste un truc à réfléchir je pense. Après oui, c’est vrai, responsabiliser le grand, ça c’est chouette : ça rejoint cette histoire de rite qui fait grandir !
  11. O

    Océane 11 Déc 2015 - 8:35 Répondre

    Personnellement j’aime beaucoup la théorie du tout le monde joue à Noël, petits et grands enfants !
    Je me rappelle avoir découvert que le Père Noël n’existe vers 7/8 ans, et puis j’ai pas plus été déçue que ça. Mes parents n’ont jamais trop exagérés l’histoire non plus cela vient peut être de là. Et puis d’abord petite j’avais peur du Père Noël du coup je voulais pas l’approcher donc ça réglait le problème finalement !
    Pour l’instant j’ai pas de projet Bébé mais je vais garder cette idée quelque part dans la boite à idée pour plus tard !
    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 12:36

      Génial, je suis contente que ça ait pu t’inspirer !
  12. a

    anne 12 Déc 2015 - 8:08 Répondre

    quand j’étais petite, mes parents ,en pleine période Dolto – faut pas mentir aux enfants , tout ça tout ça- m’ont toujours dit que le gros barbu n’existait pas. la maitresse de maternelle était dans la confidence et il parait que je me sentais fière de partager ce secret avec elle. quand mon frère est né, moins de scrupules : père noel, tonton déguisé et interdiction de révéler la Vérité …….pour mon fils de 3 ans, je me suis posé la question . jusqu’à l’année dernière, pas de souci, il était trop occupé à ouvrir les boites pour se poser des questions (et puis à la crèche, ils ne rentraient pas dans ce genre de considération, je ne l’avais pas emmené au noel du boulot…bref, il était un peu loin). mais alors cette année, avec l’entrée à l’école, tout a changé : il voit des pères noels partout, il l’a déjà croisé 2 fois alors que nous ne sommes que le 11 décembre. quand je lui dit que nous n’avons pas de cheminée, il me répond « t’inquiètes pas maman, il trouvera bien une solution » ….. bref, il est tellement content et joyeux que je le laisse faire. on verra quand il se posera la question fatidique…je lui répondrai peut être qu’il était très content d’y croire et que du coup, moi j’étais heureuse de le voir aussi joyeux…….en même temps, depuis hier il chante enfin il hurle « petit papas noel » à à longueur de journée et ça, c’est rude …….bonne réflexion à toutes et tous et joyeux noel
    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 12:40

      Oui, c’est vraiment difficile de savoir quoi faire ! Et je comprends tellement que tu n’as pas envie de casser ce moment à ton fils, maintenant que tu le voies si à fond ! Peut-être que tu coup, l’option 1 serait pas mal pour toi ! Et dès que tu le voir avoir des doutes, hop, tu le guide petit à petit vers la vérité. Bises et bon courage.
  13. a

    alexandra 12 Déc 2015 - 4:18 Répondre

    Quel sujet intéressant en cette période de fête qui nous questionne toutes. J’ai aussi bcp aimé la proposition de réponse de Fanny et aime beaucoup les pistes de réponse à méditer. C’est vrai qu’on a toutes peur de l’annonce de la supercherie du vieux barbu généreux envers les enfants sages qui n’existe pas. Mais au final c’est plutôt sain que les enfants se posent des questions et découvrent la vérité, c’est signe qu’ils grandissent et réflechissent.
    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 1:11

      Effectivement ! Ils grandissent et c’est chouette à voir ! Bonne réflexion !
  14. M

    Mélanie 12 Déc 2015 - 4:54 Répondre

    Ma fille y croit, je me suis posé beaucoup de questions, et je me suis souvenue que même si j’ai été déçue d’apprendre malencontreusement qu’il n’existait pas, c’était tellement magique d’y croire que j’en garde encore un souvenir ému. Plus fort finalement que la découverte de la vérité. Je n’en ai pas voulu du tout à mes parents, alors j’espère que Louise ne m’en voudra pas non plus… J’aime beaucoup l’explication du monsieur, j’essairai de m’en souvenir au moment venu ! Merci pour cet article en tout cas !
    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 1:12

      Avec plaisir Mélanie, j’espère que sa lecture t’aidera le jour J ! Bonnes fêtes !!
      PS : WAOW tes créas !!!!
  15. C

    Changeuse de monde 13 Déc 2015 - 6:17 Répondre

    Personnellement je suis loin d’avoir des enfants : je n’ai que 16 ans. J’ai par contre 3 frères et soeurs qui croient au père Noël et je m’amuse à  » perpétuer  » la magie avec eux. Je me souviens que, même vers 7/8 ans, quand j’avais des doutes, j’aimais voir que les biscuits que j’avais laissé avaient disparu. Je me souviens aussi qu’apprendre la vérité m’a fait de la peine, mais ensuite je me suis surtout sentie plus grande, et puis j’étais dans le secret ! Je pense que faire croire au père Noël laisse de beaux souvenirs d’enfance !
    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 1:14

      Tu as raison, il y a autant de façons de vivre Noël que de personnes sur Terre je crois ! Des bises !
  16. Q

    Quite92 14 Déc 2015 - 2:34 Répondre

    Bonjour, je pense de mon côté que leur faire croire (un peu) au Père Noël n’a rien de mal, c’est comme les contes. On fini par comprendre tout simplement que la magie n’existant pas, le Père Noël non plus !
    Cependant je pense qu’il ne faut pas « trop » leur en parler, notamment éviter d’envoyer une lettre au Père Noël car la Poste répondant cela risque effectivement d’augmenter cette persuasion de l’existence de Père Noël. Alors que si l’on a pas de preuve matérielle de son existence, finalement on comprend simplement que c’est comme la magie dans les contes : une belle histoire 🙂
    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 1:15

      Complètement d’accord avec toi !! Bises et joyeux Noël !
  17. X

    Xel0u 15 Déc 2015 - 4:34 Répondre

    Ahah, c’est marrant de tomber sur ça en Une Hellocoton. On a eu le débat avec mon chéri il n’y a pas si longtemps. On a pas d’enfants et ce n’est pas au programme pour le moment, mais je me rappelle avoir tellement été déçue quand j’ai appris que le père noël n’existait pas que je n’ai pas du tout envie de refaire la même chose si un jour j’avais un enfant ^^
    J’aime bien l’idée numéro 2, de dire que des gens y croient mais que c’est surtout le fait de penser les uns aux autres.

    Merci pour ce débat en tout cas 🙂

    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 1:17

      De rien Xelou, je suis vraiment contente si l’article t’as intéressée ! Et n’hésite pas à revenir quand ce projet bébé sera d’actualité 😉 (enfin, tu peux venir avant aussi, hein)
  18. A

    Aurélie 15 Déc 2015 - 12:00 Répondre

    Bonjour,
    merci beaucoup pour cet article. Je me pose la même question pour mes futurs enfants.

    J’ai cru au Père Noël jusqu’à mes huit ans. Ma maman redoublait d’ingéniosité pour continuer à me faire croire au Père Noël. Quand je voyais les parents acheter des jouets dans les magasins, elle me disait que le Père Noël n’avait pas assez de temps pour distribuer tous les cadeaux, donc parfois il donnait de l’argent aux parents pour qu’ils achètent certains cadeaux eux-mêmes. Et à chaque nouvelle question de ma part, elle avait toujours une réponse cohérente, du coup je n’ai jamais douté (même si les autres enfants n’y croyaient plus et me le disaient).

    A huit ans donc, elle m’a dit la vérité, et c’est marrant parce que ça colle pas mal avec ton histoire, elle m’a fait comprendre que le Père Noël existait quand même puisque tout le monde est un Père Noël (ça ne m’a pas empêché de pleurer à chaudes larmes hein !!). Mais depuis, même maintenant, je continue de dire que nous sommes tous des Père Noël, et j’aime bien ça.

    Bonne journée !

    • J

      Joana 16 Déc 2015 - 1:20

      J’aime aussi beaucoup l’idée de dire que nous sommes tous les Père Noël, ça permet de ne pas juste dire : ben non, c’est faux et ça l’a toujours été. Ça garde de la magie malgré la vérité !

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *