Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation39
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Développement13
  • Scolarisation12
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Moi, mon enfant, et « Le cerveau de votre enfant »

6 réponses • 10 min • • 21 Juil 2016

Il y a quelques temps, je radotais sur un sujet tout nouveau pour moi, sujet que je maitrisais quand même moyen on va pas se mentir, mais sujet que je trouvais intéressant quand même : l’éducation positive.

Je reviens en parler aujourd’hui, pas que je sois plus experte (je reste une maman avec un sac à pomme de terre sous chaque œil et qui rêve de dormir, ne serait-ce que pour une nuit, de 23 heures à 5 heures du matin sans interruptions), mais je vous avais promis le compte-rendu d’un livre sur le sujet il y a pas loin d’un an, celui que l’on appelle la BIBLE de l’éducation positive, et je ne l’ai toujours pas fait.

Et pour cause : je ne l’ai toujours pas terminé.

Pas la peine de me chercher des excuses : ce livre n’a rien d’une bible en ce sens qu’il est parfaitement lisible, il peut être lu en quelques jours/ semaines, et enfin, il est quand même légèrement plus scientifique que la bible.

Mais passons. Je passais donc mon temps à penser qu’il fallait vraiment que je le finisse pour en faire un compte-rendu digne de ce nom, jusqu’au jour où je me suis rendue compte que l’excellence de ce bouquin tenait peut-être justement du fait que je ne l’ai pas terminé…

Je m’explique.

Le premier livre que j’ai tenu entre mes mains en matière de parentalité bienveillante était le très bon « J’ai tout essayé » de notre célèbre Isabelle Filliozat nationale. Un manuel simple, bourré d’exemple, de concret, de quoi faire, de mais-au-secours-quoi. Un manuel qui porte mal son nom, puisqu’on n’est pas obligé d’avoir tout essayé avant de l’ouvrir, je dirais même qu’il vaut mieux le feuilleter pour se faire son avis avant d’essayer quoi que ce soit, en fait.

Un livre top donc, mais.

Vraiment, je trouve que « J’ai tout essayé » est génial. Il se lit en une soirée chrono et aide à se mettre dans le (droit) chemin pour ceux qui souhaitent suivre les préceptes qu’il défend.

Cependant, son fonctionnement en suite de leçons/ exemples m’a un peu enfermée dans le genre de maman que je « devais » être ; je me suis par exemple retrouvée à me dire

Mince, c’était quoi la phrase EXACTE qu’I.F. conseillait de dire en cas de il-y-a-de-l-eau-partout-là, déjà ?

En d’autres termes, je SUIVAIS donc les principes de l’éducation positive, mais je n’ÉTAIS pas une maman éducation positive.

Et puis il y a eu « Le cerveau de votre enfant »

Je l’ai commencé et je l’ai adoré. En fait, il m’a permis de respirer un bon coup, bien, mais alors BIEN profond. (Tellement que j’ai posé mon bouquin et que je suis allée m’occuper de mes enfants, tu imagines !)

Tout d’abord, et c’est là son point le plus fort, ce livre va t’expliquer ce qu’il se passe biologiquement dans la tête de nos petits, et notamment leur (in)capacité à gérer certaines situations en fonction des étapes de développement de leur cerveau, qui y sont (très bien) expliquées ; tu vas alors littéralement pouvoir visualiser ce qu’il se passe dans son jeune cerveau immature et, en cas de litige, exprimer les idées qu’il faut au moment où il faut. Ce livre va donc parler en terme de situation générale calquable sur PLEIN de cas pratiques. Bien sûr, il va présenter des exemples précis aussi à l’instar du manuel franco-français mentionné déjà, mais vraiment pas que. Bref, un bel équilibre entre théorie et pratique.

S’il fallait lui chercher des puces, j’avouerais que j’ai été un poil dérangée par la traduction française que je ne trouve pas toujours très heureuse, et une présentation un peu à l’américaine des idées en général (ouais je sais, c’est complètement vague ce que je raconte) (et je suis consciente que ce second point sera en fait un point fort pour certains).

Dans tous les cas pour moi, ça a été le livre qui m’a (paradoxalement ?) permis de me détacher des livres, celui qui m’a permis d’être moi dans ma version « bienveillante* », sans belle phrase à apprendre par cœur pour être sûre de bien faire.

Tu vois tous mes post-it marque-ta-page, hein, tu les vois ? Ça veut dire que j’ai quand même bien bossé et que tu vas te prendre un gros article éducation positive dans la tête bientôt.

Tu vois tous mes post-it marque-ta-page, hein, tu les vois ? Ça veut dire que j’ai quand même bien bossé et que tu vas te prendre un gros article éducation positive dans la tête bientôt.

* J’utilise ce terme parce que tout le monde le fait et qu’il faut bien que je me fasse comprendre ; va pas croire que toi qui n’y connais rien t’es pas bienveillant avec tes enfants.

Alors tu me diras : « Ouais mais tu ne l’as pas terminé. »

Pas ENCORE. Je te rappelle que quand je l’ai eu j’étais enceinte de 59 mois, je te rappelle qu’à un moment j’ai accouché, je te rappelle que j’ai gardé la dernière arrivée à la maison, je te rappelle que ça fait neuf mois que je ne dors pas, je te rappelle que la saison 6 de Games of Thrones était géniale.

Mais j’ai décidé de faire un article déjà**, parce que mon petit Paco a deux ans révolus, et je te dis ça non sans une larme à l’œil. À l’annonce de cet âge, tu sais ou tu découvriras un jour que le monde entier s’exclame : « The terrible two! », ce qui signifie le terrible deux, pour ceux qui ont séché les cours d’anglais. Sauf que de terrible chez mon enfant il n’y a rien, je dirais même qu’on passe ensemble les meilleurs moments de toute sa vie : mon fils est drôle, charmeur, intelligent, attentionné, beau, dégourdi et débrouillard. Mais malgré tout ça il ne trouvera jamais de copine parce qu’il veut passer sa vie entière auprès de sa maman.

Bref, au bout de la cinq ou sixième réflexion dans ce sens j’ai donc décidé de rouvrir mon petit manuel « J’ai tout essayé » au chapitre « 2 ans » histoire de voir ce que je loupais, pour m’apercevoir que je tournais les pages plus vite qu’une machine à tourner des pages en pensant: « Ben oui, je sais » (sentir mon air blasée). Pour mémoire, la première fois que j’ai ouvert ce livre je me suis exclamée « Mais ouiii ! » (sentir mon air exaltée).

Que s’est-il passé ?

Il s’est passé « Le cerveau de mon enfant ». Le livre qui a fait de moi une personne qui trouve en elle ses propres solutions pour une éducation positive, et pas juste un copie conforme des mamans du livre d’Isabelle Filliozat – contre lesquelles je n’ai rien, bien sûr, mais juste, elles ne sont pas moi.

** Et puis entre nous, je pense que ce sera la review la plus originale d’un livre que l’Internet aura eu l’honneur d’héberger – celle de quelqu’un qui ne l’a pas fini.

Finalement, je suis contente d’avoir attendu presque un an pour en faire ce retour.

Parce que je me suis rendue compte de quelque chose récemment (en ayant une discussion très intéressante avec l’une d’entre vous en commentaire d’ailleurs) (ne vous arrêtez pas, vous êtes les meilleurs) : les manuels d’éducation c’est très bien, mais ça ne remplace pas une maman ou un papa. Ça ne remplace pas toi, quoi.

Hé ! devine quoi ? T’es pas psy ! T’es pas neuro-machin ! T’as pas fait vingt ans de thérapie et t’es pas un peace and love de la communication ! T’as tes humeurs, tes déceptions, tes faiblesses, tes rancœurs, tes sentiments, tes blessures, et ouais, parfois t’as juste envie de gueuler au monde entier d’arrêter de t’emmerder. T’as envie de dire à ta femme que t’en a MARRE qu’elle verse du café partout sur la table du petit déjeuner SAUF dans sa tasse, t’as envie de dire à ton mec que PUNAISE, la bouteille de jus d’orange, on ne pose pas juste le bouchon dessus SANS LE VISSER. Et t’as envie de le dire comme ça.

Je dis pas, bien sûr que c’est mieux si on arrivait à se mettre en mode bisounours à chaque fois qu’on en a besoin. C’est juste que c’est pas forcément possible. Et tu sais quoi ? C’est pas grave.

Parce que ce qui est bien aussi, c’est dire « PARDON. Je suis allée trop loin, EXCUSE-MOI. » Ça aussi, ça sera pas du luxe dans ce que retiendra ton enfant de son éducation. Et l’autre, tu serais pas en train de me dire que tu veux apprendre à ton enfant qu’il peut balancer son livre à l’autre bout de la pièce parce que c’est ok d’être fâché, sans t’autoriser toi à lâcher un seul y-en-a-marre-bordel ?

Bref, les manuels d’éducation, c’est vraiment génial, tant que ça te permet d’être une meilleure version de toi-même, et que ça te fasse pas tenter d’être cette mère parfaite qui de toute manière n’existe pas, et qui existera encore moins si tu tentes de ressembler à celle des bouquins. Et c’est pour ça que « Le cerveau de votre enfant », c’est quand même un livre vraiment chouette.

Je vais donc m’empresser de le terminer histoire de te lister mes 1 098 162 passages favoris, et peut-être que d’ici-là tu l’auras lu toi aussi, et tu pourras me citer tes passages favoris à toi.

[« Le cerveau de votre enfant », de Daniel J. Siegel et Tina Payne Bryson, aux éditions Les Arènes.]

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

21 Juil 2016

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. F

    FOXKLER 21 Juil 2016 - 10:48 Répondre

    Tu m’as donné envie de le lire ! Je découvrirais peut être pourquoi l’enfant me fait tourner en bourrique et ne veut plus me faire de bisous… (sale gosse ! >_<' )
    • J

      Joana 21 Juil 2016 - 11:10

      Haha ! Moi en ce moment, il me fait des bisous, mais s’essuie la bouche après comme si j’avais 90 ans et que je lui avais baveédessus !.. (Sale gosse aussi !)
    • F

      FOXKLER 21 Juil 2016 - 11:38

      loollll enfin j’en ris, mais j’en pleure aussi, c’est pas facile psychologiquement, ça aide les bisous, ça fait tout passer, même les moments où ils font leur petites crises « pas content, pas content », bah avec un bisou ça irait tellement mieux !
  2. D

    Dadaria 21 Juil 2016 - 9:14 Répondre

    C’est vrai que « Le cerveau de mon enfant » est super chouette, et dans la même vague il y a « la discipline sans drame ». Moi, ma bible, qui évoque plus une attitude et une philosophie bienveillante qu’un ensemble de recettes concrètes (pour ça, je lis Anne Bacus), c’est « La discipline positive » de Jane Nelsen. Je suis psychologue pour enfants, et je peux sincèrement dire que c’est ma BASE pour accompagner les parents en guidance parentale. Voilà voilà ;-p
    • J

      Joana 21 Juil 2016 - 10:21

      Ah, merci pour la référence ! Je ne connaissais pas. C’est abordable pour quelqu’un qui n’a pas fait des études de psycho quand même ?
  3. D

    Dadaria 25 Juil 2016 - 3:20 Répondre

    Oh non pas du tout, c’est vraiment pour un public tout-venant !

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.