Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation39
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Développement13
  • Scolarisation12
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Mon tout-petit et la discipline

12 réponses • 4 min • • 24 Août 2015

Comment te dire ça ?… Petite Chérie est une boule d’énergie dotée d’un caractère quelque peu affirmé. Nous nous sommes très rapidement rendu compte que nous avions entre les mains une enfant facile à vivre mais qu’il faudrait la canaliser et que ce ne serait pas facile.

Pourtant elle a une bouille d’ange avec ses grands yeux et ses boucles blondes. Mais c’est un leurre.

À 19 mois nous comprenons toute la difficulté de l’apprentissage de la discipline. Surtout pour nous.

Petite Chérie n’arrête pas. Et si elle a décidé de ne pas t’écouter…

J’ai donc réfléchis à la meilleure manière de m’y prendre avec elle. Parce que je pense que les enfants sont tous différents, je me focalise sur les grandes lignes qui fonctionnent avec elle. Et comme je me dis que, peut-être, je ne suis pas la seule fière maman d’un caractère sur pattes, je te les livre.

Je fais des compromis.

Genre ? Elle n’a pas le droit de jouer avec le bol plein de purée (que j’essaie désespérément de lui faire avaler). Mais elle dispose à sa guise d’un bol et d’une cuillère en plastique. Je la laisse aussi manger seule : c’est toujours un carnage, mais elle est contente. Sans compromis, je passerai mon temps à lui dire simplement « non ». Frustration, j’écris ton nom. En lui donnant une solution de repli, j’évite l’escalade. Ce n’est pas toujours possible mais quand la situation le permet, je fonce.

Je te précise que si je fais des compromis, je ne marchande jamais. Un tout-petit ne mange pas pour faire plaisir à sa maman. Il ne va pas sur le pot pour être gentil et il ne fait pas la sieste parce qu’après il y aura un tour de manège.

Si je ne marchande pas, comment je fais ?

Je lâche du lest : pas de sieste ? Tu restes un peu dans ton lit. Toujours pas de sieste ? Alors tant pis pour la sieste aujourd’hui. Tu veux emporter trois doudous avec toi ce matin ? Garder tes bottes de pluie dans la maison ? Te rouler dans le sable au square ? Ne pas prendre la poussette ? Goûter au soda de papa ? Chanter hyper fort dans le métro bondé ? Je t’en prie, fais-toi plaisir ! Je fais le tri des choses qui méritent qu’on se prennent la tête et du reste.

Et j’ai été étonnée de constater que j’aurais assez spontanément dit « non » pour plein de trucs qui n’en valent pas la peine en vrai.

A chacun de voir quelles sont ses priorités et les choses moins importantes.

Aussi, si c’est « non », c’est « non ».

Petite Chérie aime bien tenter des trucs un peu ouf. Elle a déjà tenté de brancher l’aspirateur dans la prise. Ou d’escalader la barrière qui l’empêche normalement de se tordre le cou dans l’escalier. Ou de goûter les piles de la télécommande. Ou de se cacher sous la voiture (moteur allumé hein, la voiture) du voisin.

Tout ça, c’est évidemment un non catégorique : on ne s’approche pas des voitures, ni des barrières des escaliers, on ne touche pas aux portes et interdiction également de toucher aux appareils électriques. En général un « non » ferme suffit.

Mais parfois l’enfant est taquin.

Il tente un passage en force. Dans ce cas je la regarde droit dans les yeux en lui expliquant que c’est dangereux. Il arrive (rarement), que cela suffise à freiner ma merveille dans son élan. Mais la plupart du temps, elle va recommencer jusqu’à être punie.

Punir un enfant d’un an et demi s’avère assez simple : je la dépose sur le canapé en faisant remarquer que là, les limites ont été un chouia franchies et qu’elle va devoir prendre son mal en patience quelques minutes. Je prends un air fâché, un ton ferme et je m’en vais, tout en gardant mon effrontée a l’oeil.

Bizarrement, sans que je puisse me l’expliquer, elle ne bouge pas d’un pouce. Elle pleurniche un peu, puis elle attend, flanquée de son éternel doudou. Au bout de quelques minutes je lui dis qu’elle peut descendre et on se fait un câlin. Pour le moment, elle n’a pas tenté à nouveau de faire ce pourquoi elle a déjà été punie.

Alors, évidemment, ce ne sont pas des recettes miracles. Mais pour le moment, le respect de ces règles suffit à contenir une petite fille de 20 mois au caractère bien trempé.

On en reparle dans quelques mois ?

(Et aussi, je veux bien que tu nous livre tes secrets si tu en as, ou tes potions magiques !).

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

24 Août 2015

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. A

    Alexandra 24 Août 2015 - 10:28 Répondre

    Je pense aussi que la meilleure des tactiques c’est de lâcher du lest en effet. Au final ce qui n’est pas toujours évident c’est le regard des autres parents qui nous traiteront de laxistes. Mais il y a vraiment des trucs (pas dangereux mais qui mettent un peu de bordel le plus souvent) qui ne méritent pas de s’énerver. La mienne a 24 mois et ça se corse un peu avec des crises de colère quand la frustration est la. Je me mets à son niveau, je résiste (en restant sur le non) mais je lui montre que je comprends sa frustration. J’essaye de la distraire par la même occasion et pour le moment ça marche: je lui dis vas y crie le plus fort que tu peux pour évacuer tout ça, elle est surprise, elle zappe ce qui la frustrait. On a aussi testé le sac à colère. On y a mis un petit doudou très laid en forme de petite bestiole et quand la colère monte, on joue à le jeter le plus loin possible. Pas de recette miracle mais ça évite de longues minutes de pleurs.
    • J

      Juliette 24 Août 2015 - 9:52

      J’adore le droit de crier très fort ou de lancer la peluche moche ! Limite tu me donnes hâte que la mienne fasse de vraies colères !
      Finalement c’est vrai que le regard des autres peut être culpabilisant mais j’avoue que j’en fais assez bien abstraction : les gens qui nous jugent ne sont pas de meilleurs parents que nous ! Nan mais !
  2. L

    Lorelei 24 Août 2015 - 1:32 Répondre

    Je note toutes tes astuces, mais moi je n’y arrive pas….Avec ma fille qui a 5 ans c’est un combat perpétuel, tous les jours et je suis à deux doigts de la dépression après deux mois à la maison avec elle….
    bisous
    • J

      Juliette 24 Août 2015 - 9:58

      Courage ! 5 ans c’est l’âge chaud ! Mais ça va passer, forcément. Je n’ai encore qu’une petite expérience de 20 mois de vie de maman mais il y a 2 choses que je sais déjà : si tu peux déléguer quelques heures par ci, par là, n’hésite pas, ça peut te soulager un peu, et, surtout, ne doute jamais de la maman que tu es ! Il y a des moments plus chaotiques que d’autres mais ça va le faire parce que tu es une maman concernée, qui cherche des solutions et que a une petite fille qui grandit et qui s’affirme ! Alors tu t’accroches, tu lui tiens tête, tu testes les conseils du commentaire précédent, tu laisse couler ce qui n’est pas important et tu te répètes que t’es une maman au top. On va se laisser faire nan ?!
  3. C

    Calouve 27 Août 2015 - 3:10 Répondre

    Je crois que tu as tout à fait raison de lâcher du lest. Comme ça, quand tu dis non, elle sait que c’est un vrai non. Alors que si tu l’inondais d’interdits, pour des raisons plus ou moins valables, ton « non » n’aurait plus aucun effet!
    Pareil, nous, la seule punition, c’est le « coin », pour se calmer, et ensuite un gros câlin. Et depuis quelques temps, on confisque un peu ses jouets, quand il provoque. Bon, ce n’est arrivé qu’une fois ou deux, mais ça l’a bien marqué. En même temps, il tapait avec un jouet contre le mur, on lui avait dit qu’il devait arrêter car ça gênait les voisins du dessus, mais monsieur continuait en souriant. On lui a pris le jouet en disant qu’il était confisqué, et là… Il a voulu faire le malin (je crois avec le recul que c’est parce qu’il ne savait pas ce que ça voulait dire, confisquer ^^) : il nous tend un autre jouet : « et ça, tu confisques aussi », en se marrant… Du coup, les 2 ont été confisqués, et quand il a compris, il a pas mal pleuré, et n’a plus recommencé! (bon, il n’a que 3 ans hein… donc on s’attend à d’autres bêtises)
    Mais dans l’ensemble, on essaie de s’inspirer (un peu) de l’éducation positive… Si ca t’intéresse, tu peux aller jeter un oeil sur mon blog, ici : https://maviedemamanlouve.wordpress.com/2015/08/11/education-positive/
    • J

      Juliette 14 Sep 2015 - 10:17

      On est bien d’accord !
      On fait un tour très vite sur ton blog, surtout Joana : l’éducation positive c’est grave son truc !
  4. m

    mybrouhaha 10 Sep 2015 - 5:29 Répondre

    Je reconnais tout à fait ma fille dans le caractère de la tienne, et moi dans ta façon de gérer les choses! Lâcher du lest me parait primordial tu as tout à fait raison. Et ce n’est pas parce qu’on les laisse courir dans un magasin qu’à côté de ça nous sommes laxistes (contrairement à ce que pensent la plupart des clients du dit magasin!) Nous on est à fond éducation positive, réparation des bêtises et on discute de ce qu’il vient de se passer une fois que tout le monde est calmé… et ça fonctionne bien! Mais la patience est la clé et ça c’est pas facile tous les jours bon sang! surtout lors de cette merveilleuse période d’opposition entre 2 et 3 ans (arrrghhh)
    • J

      Juliette 14 Sep 2015 - 10:24

      Alors déjà, je suis super contente de savoir que tu lis notre blog… parce que je lis le tien avec assiduité et que j’adore ! (limite j’ai rougi en voyant ton commentaire !).
      Et sinon c’est exactement ça : Ce matin Petite Chérie a décidé d’aller à pied chez sa nounou avec les bras pleins de jouets. Comme on était en avance, on a fait comme ça. Et j’ai croisé une voisine qui a trouvé (à voix haute), que je « me compliquais bien la vie ». Sauf que non, au contraire ! J’aurais pu imposer la poussette et pas de jouets mais dans quel but ?
      Je ne suis pas encore dans la période du « non » (on peut y échapper peut être ? non ?!) mais j’imagine que ça va être fabuleux à raconter !
  5. Dis moi, comment tu gères la colère en public ? – Baby Factory
  6. N

    Ninamelie 31 Mai 2016 - 9:39 Répondre

    Admirative devant cette conception de l’éducation, vraiment !
    Je trouve que ce juste mélange de discipline, de respect de l’enfant et de lâcher prise est génial
    Je n’avais absolument pas envisagé les choses comme ça
    Merci beaucoup pour cet article
    • J

      Juliette 01 Juin 2016 - 10:17

      Je te lis et je suis toute rouge tellement ton compliment me va droit au cœur : ce n’est pas facile de savoir comment faire, de se rater, d’essayer, alors un compliment pareil, c’est une vraie récompense ! Ma fille a aujourd’hui presque 2 ans et demi et lâcher du lest sur certaines choses reste encore la meilleure manière de faire avec elle. Après c’est comme pour tout, chacun fait aussi ce qu’il peut !
  7. Education, on n'est pas obligés d'être d'accord ! – Baby Factory

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.