Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation39
  • Santé35
  • Lifestyle33
  • Grossesse32
  • Organisation27
  • 1 an et plus20
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...13
  • 0-6 mois12
  • Développement12
  • Allaitement10
  • Scolarisation10
  • Shopping10
  • Alimentation9
  • 6-12 mois9
  • 2-3 ans8
  • Activités7
  • Garde6
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Pourquoi fait-on un enfant ?

9 réponses • 6 min • • 01 Mar 2017

Quand tu te demandes si un enfant c’est ou non une bonne idée (je schématise hein), et puisqu’on a déjà parlé de l’envie, il te reste à te poser LA question suprême : Pourquoi fait-on un enfant ?

Oui, c’est l’article philosophique du jour, mais t’inquiète, très vite je t’écris un truc sur nos kilos de grossesse, histoire d’équilibrer les sujets !

Il semble y avoir une évidence quasi-collective à considérer que faire des enfants est une chose normale, liée à notre condition de mammifère et donc à notre instinct et à la survie de notre espèce. Sauf que nous sommes assez loin de notre nature sauvage et que notre survie dépend aujourd’hui davantage de notre faculté à maitriser notre reproduction qu’à la multiplier. Enfin il paraît.

En France aujourd’hui, pour la majorité des gens, il est possible de décider d’avoir ou non des enfants, et, si on le décide, de choisir combien d’enfants on veut avoir. Partant de là, ce que je me demande, c’est pourquoi on choisit d’en faire. En revanche, on va s’épargner la question ultime du « droit à l’enfant » pour aujourd’hui, même si elle est liée au questionnement sur les raisons de l’enfantement, et notamment par la logique plutôt inconsciente du « si on peut, on doit ».

Pour en revenir à mon questionnement premier, je crois que l’envie d’avoir un enfant devrait être distinguée du désir « fantasmé » aussi, mais c’est matériellement impossible, notamment parce qu’il faudrait pour cela que, parmi les personnes déjà parents, ceux qui ont eu un désir fantasmé, non seulement se l’avouent, mais parviennent aussi à le dire… je ne connais personne qui va me dire « si j’avais su j’aurais pas fait d’enfant » ou « si j’avais su que c’était pas aussi fun que je croyais, j’en aurais fait qu’un ». Enfin bref, moi je propose de faire simple et juste de se demander : pourquoi on fait des bébés ?

Ce que les gens répondent ?

Si on fait basique et qu’on demande aux parents, il semblerait que les réponses soient à peu près celles-ci (ce sondage a été réalisé en Belgique il y a quelques années, et, à défaut d’être parfaitement fiable, il donne une idée des réponses des gens) :

Honnêtement ? Je suis étonnée des réponses données parce que moi, si on me demandait, je ne saurais pas quoi répondre. Avant ma merveille merveilleuse je voulais un enfant sans savoir expliquer pourquoi, et maintenant, je sais que ce bonheur infini est ma réponse. Mais c’est tricher que de donner une réponse après. Avant, je n’avais pas de bébé dans mon entourage, aucune idée des difficultés et des joies qu’un enfant procure, du changement de vie, tout ça… Je crois pouvoir dire qu’avant, aucune raison rationnelle n’a guidé mon choix d’avoir une merveille. Alors peut-être que ce n’est qu’après la naissance des précieux que l’on est capable d’expliquer pourquoi on est heureux (ou non, en fait). Toutefois ça n’explique pas le choix initial.

Par contre si tu n’en veux pas…

Nous on se plaint gentiment de devoir expliquer pourquoi le deuxième enfant n’arrive pas direct après le premier, mais la vraie pression sociale pèse clairement sur ceux qui ne souhaitent pas avoir d’enfant : eux doivent fournir une explication. Et il leur incombe d’être convaincants sous peine de passer pour des égoïstes-anormaux : il y aurait la norme, et les autres. Ceux qui sont dans la norme, eux, n’ont pas à s’expliquer. On le vit tous : quand une copine (plutôt une femme d’ailleurs, norme sociale oblige, les hommes sont moins stigmatisés) dit qu’elle ne veut pas d’enfant, tu te demandes pourquoi, et, quand une copine t’annonce qu’elle attend un enfant, tu ne te demande pas pourquoi. La norme, je te dis.

Et la norme, c’est vite dangereux… si ne pas avoir d’enfant n’est pas la norme, et si on part du principe que de ne pas être dans la norme demande un courage que l’on sous-estime bien trop, alors on ne peut pas éluder le fait que certains d’entre nous fassions des enfants par conformisme. Ouch.

C’est peut-être là mon interrogation ultime : tout le monde ne fait pas un bébé. Donc, l’instinct et la nature humaine ne priment plus forcément. Autre chose entre forcément en ligne de compte.

Mais quoi ?

J’ai pu constater qu’un enfant assouvi parfois un besoin de reconnaissance. Un enfant peut aussi être un moyen de corriger un peu sa propre vie : on redémarre à zéro par procuration. Plus positif, un enfant peut être le prolongement de son propre bonheur, sur le mode « plus on est de fous, plus on rit ». C’est l’idée qu’on va renforcer ce qui existe déjà en fondant une famille, on va partager son bonheur, le multiplier. C’est parfois aussi l’envie de reproduire un schéma familial (« ma mère a eu un enfant, j’aurais un enfant »)… Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise reponse, tout se vaut. Évidemment tout est égoïste, mais on s’en fout tellement. Oui, faire un enfant c’est égoïste, et ne pas en faire aussi, et adopter un chat ou devenir astronaute c’est aussi égoïste, comme n’importe quel choix de vie. Ça ne fait de mal à personne alors viens, on va dire qu’on s’en fout !

Après, chacun a son avis sur les raisons qui peuvent être évoquées. Moi, par exemple, quand on me dit de faire un bébé pour que Petite Chérie ne s’ennuie pas j’ai envie de hurler tellement ça me paraît insultant pour elle, pour moi et pour un éventuel autre bébé. Mais pour d’autres c’est une raison de faire un bébé, alors pourquoi pas, en fait ? L’important c’est surement d’être à l’aise avec son choix au final.

Enfin bref, tu sais, toi, pourquoi tu veux une merveille ? Parce que moi je ne sais toujours pas pourquoi !

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

01 Mar 2017

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. M

    Marion 01 Mar 2017 - 4:06 Répondre

    Impossible de savoir!
    J’ai fait un bébé parce que depuis toujours je me suis dit que j’aurais des enfants, petite, j’en voulait ado, j’en voulais, adulte j’en voulais. Puis la rencontre avec le bon puis l’envie de fondée ce truc qu’on appelle une famille avec lui et de connaitre cet amour inconditionnel mais sans savoir ce que ca allait pouvoir représenter et chambouler.
    Après j’ai 10 ans d’écart avec ma petite sœur et son arrivée dans nos vies (on était déjà 4, 2 parents 2 enfants) a apporté beaucoup de bonheur d’échange et tout ça… et je crois que je garde en mémoire ces moments et que ça a participé à mon envie de connaitre l’arrivée d’un enfant dans un couple.
    La question se pose aujourd’hui pour le deuxième et bizarrement, c’est plus viscéral que pour la première, ce bébé je commence a en avoir envie dans ma chair, sans raison autre qu’une envie forte non contrôlée et contrôlable.
    Ça aide pas à la réflexion, tant pis
    • J

      Juliette 01 Mar 2017 - 4:12

      Mais si ça aide beaucoup !! Revivre la joie de l’arrivée de ta petite sœur c’est une vraie raison je trouve. Et le fait que pour un deuxième ce soit viscéral c’est aussi une raison quelque part.
  2. L

    Lucas3008 01 Mar 2017 - 4:14 Répondre

    J’ai toujours eu des frères et soeurs (5 enfants c’est l’éclate… enfin pour les enfants, moins pour les parents en fait, je m’en rends compte !) alors pour moi, j’ai toujours su que je voulais des enfants. Pourquoi ? Ben je saurais pas l’expliquer non plus !

    Pour le deuxième, c’est biologique, ma tête me disait que non, il était trop tôt, mais mon corps et mon coeur criaient qu’un deuxième bébé, ça serait encore plus chouette !

    Alors non, je ne pense pas qu’il y ait de raison fondamentale, enfin peut-être que pour certains oui, et je ne cherche pas à savoir pourquoi… En tout cas pour le premier !

    Parce que oui, pour les suivants, je pense qu’on veut retrouver tout ça… La position foetale du début, les biberons (pas les sales nuits par contre, on s’en passerait bien ! ahah !), les moments où bébé a un besoin viscéral de nous parce qu’il n’est pas autonome… Oui peut-être qu’en tant que maman quelque part, on se sent vraiment important pour quelqu’un… Ou pas en fait !

    Je pense qu’au fond, ça ne s’explique pas, alors il vaut mieux éviter de se creuser la tête, et profiter au maximum, sans enfant, avec 1 enfant ou 10, le principal c’est que ça nous rende heureux !

  3. L

    La Polygraphe 01 Mar 2017 - 4:20 Répondre

    Alors, si tu veux vraiment savoir, je dirais (pas forcément dans l’ordre) :
    – parce que je veux contrer le FN et renverser la situation avec le nombre de cons sur terre (parce que EVIDEMMENT j’éduquerai ma fille dans une vision humanitaire à 10000 lieues de la vision du FN et que EVIDEMMENT elle fera comme je lui dis), même si cette raison implique que je dois avoir un certain nombre d’enfants afin de renverser la vapeur
    – parce que j’aime mon mec et que j’imaginais qu’on serait soudé
    – parce que vu le nombre de conneries que j’ai pu faire je me demande encore comment j’ai pas pu tomber enceinte plus jeune et que du coup j’étais persuadée être stérile et que je voulais me prouver du contraire
    – parce que j’aimais bien l’idée d’être au centre du monde pendant un moment (bon, là, j’ai été déçue)
    – parce que j’aimais bien l’idée de corriger tout ce que mes parents avaient pu faire de mal dans mon éducation en me disant que je ne ferais certainement pas pareil (bon, en fait, si, et même pire)

    il doit y avoir d’autres raisons, bien-sûr. Mais ce sont là les seules qui viennent quand je veux dire « objectivement » pourquoi j’ai fait un enfant. Et pourquoi je doute sérieusement à en faire un deuxième. Bon, mon commentaire est bien long, il méritera peut-être un article de blog un jour 🙂

    bonne soirée, bise
    Marine

    • J

      Juliette 01 Mar 2017 - 4:29

      J’ai bien ri quand même !! 😬
    • L

      La Polygraphe 01 Mar 2017 - 5:00

      c’était un peu le but 😉
  4. C

    Clem 02 Mar 2017 - 9:39 Répondre

    Bonjour,
    Alors moi je dirais que j’ai fait mon enfant :
    – principalement pour connaître cet amour inconditionnel et tout le bonheur qu’un petit être si plein de chouchoupitude peut nous apporter
    – aussi je pense pour des raisons inconscientes / instinctives de « reproduction », qui nous conduisent à suivre le schéma traditionnel
    – peut-être un peu aussi par épanouissement personnel, pour me sentir la / une des personnes les plus importantes de la vie de cet enfant, aimée etc

    Voilà c’est ce qui me vient de prime abord, et pour le 2ème ce sera pour les mêmes raisons je pense et parce que instinctivement j’ai toujours eu envie d’en avoir au moins 2 🙂

  5. M

    Marion 03 Mar 2017 - 7:51 Répondre

    Vaste question. Je me la suis pas mal posée avant de faire un enfant parce que ça me dérangeait de le faire parce que c’était le moment où parce que tout le monde en fait (ce qui n’est d’ailleurs pas vrai…). Je n’ai pas trouvé de vrai réponse, malheureusement.
    Je me suis contentée du fait que tout ce qu’on me disait ou que je pouvais voir de difficile ou de négatif pour ceux qui avaient des enfants ne me décourageait pas du tout. Peut-être alors qu’il y avait une réelle envie.
    Ayant tenté l’aventure, je n’ai toujours pas de réponse. Mais il me semble que le fait d’être entourés de personnes qui ont des enfants et qui ont l’air d’aimer ça n’est pas une si mauvaise raison pour en avoir envie.
  6. I

    Illiade 13 Mar 2017 - 9:50 Répondre

    Clairement, j’ai eu mon enfant entre autre parce qu’il me fallait « marquer le temps », chronologiquement parlant, dans ma vie.
    Petit détail : j’ai un blocage complet avec les dates, je suis infichue de me souvenir en quelle année j’ai fait quoi, et je suis capable de tout mélanger.
    J’ai attendu le cdi pour penser « enfant » et commencer à en parler à mon homme. Et au bout de 2 ans et demi de ce fameux cdi, j’ai réalisé que si on continuait cette routine hyper confortable boulot basique-super vacances d’été, ma vie pour les 40 ans à venir risquait de se résumer à 40 chouettes mois d’été que je serais incapable de dater.

    L’enfant, les futurs enfants, c’est la construction de ma vie, l’évolution qui ne s’arrête plus. Et un repère chronologique assez fabuleux pour se souvenir de ce qui a été vécu quand on fait un bilan de sa vie 🙂

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *