Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

« C’est quand on n’y pense pas qu’on tombe enceinte » : le stress, la fertilité, et mon grand agacement…

36 réponses • 6 min • • 02 Mar 2018

Pour nous mettre tous d’excellente humeur aujourd’hui, je me suis dis que ce serait chouette que j’explique pourquoi il m’est arrivé plus souvent qu’à mon tour d’envoyer bouler les gens qui croient pouvoir m’expliquer que pour être enceinte, il me faut avant tout me détendre. Parce que « le rôle du stress dans la fertilité est méga important »…

Je t’explique comment je vois les choses.

Un jour, il y a longtemps, on nous a dit qu’il nous faudrait nous dépêcher d’essayer d’avoir un bébé parce qu’on aurait peut-être besoin d’une aide médicale. Et en matière de maternité, la science aide beaucoup, mais peut parfois prendre du temps.

On a dit :

« non, merci, nous on n’a plus assez de courage pour être déçus encore ».

On a pensé qu’on vivrait sans bébé et on a vécu notre vie.

Et puis Petite Chérie.

Et après, on nous a dit de nous dépêcher d’essayer de faire un autre bébé, parce qu’on aurait peut-être besoin d’une aide médicale.

On a dit :

«non, merci, nous on n’a toujours pas oublié les moments difficiles ».

On a pensé qu’on vivrait avec notre fille unique et on a vécu notre vie.

Et un jour, l’annonce d’un autre bébé est venu bousculer notre monde*. Passé ce moment où on pense ne pas pouvoir être plus heureux.

Tu vois, nos bébés sont des tornades, qui nous emportent loin de nos certitudes, qui bravent notre renoncement.

Notre histoire, c’est une histoire presque banale.

C’est le lot de beaucoup d’entre nous, finalement, que de devoir vivre la maternité comme une victoire. Et dans ces difficultés, j’ai beaucoup entendu cette petite phrase, qu’on dit peut-être sans y penser, et qui peut faire mal à celle qui l’entend.

Je voulais en parler, pour qu’on évite de dire aux couples qui luttent pour avoir un enfant des choses qu’on ne devrait pas dire. Et si on ne trouve rien à dire, c’est peut être que parfois il n’y a rien à dire, et ce n’est pas grave, on n’a pas toujours besoin que le soutien soit un flot de mots mal maitrisés.

Alors je me lance avec cette phrase qui m’a fait baisser la tête plusieurs fois :

« De toute façon, c’est quand on n’y pense pas qu’on tombe enceinte »

Cette phrase m’exaspère au plus haut point. Genre, tu peux pas imaginer comme elle me donne envie de partir en courant le plus loin possible de mon interlocuteur. Horrible.

Parce que déjà, si la grossesse c’était une question de ce que tu as dans la tête, peut-être qu’on le saurait. Mais la grossesse, c’est surtout une question de ce que tu as dans ton ventre. Et c’est pas parce qu’il arrive qu’on ne comprenne pas bien ce qui se passe dans ton ventre, qu’on doit dire qu’il y a un problème dans ta tête.

C’est d’ailleurs honnête, humble même, de reconnaître qu’on ne sait pas tout et que la nature reste parfois impénétrable, que la maternité nous échappe un peu et que c’est la vie.

Et honnêtement, je ne suis pas du tout convaincue par les études qui font un lien entre le fait de beaucoup penser à son envie de bébé, et le fait de ne pas être enceinte : à chaque étude établissant un lien semble succéder une autre étude qui met tout par terre. Et, du coup, si le stress empêche d’être enceinte, ben on n’en sait rien du tout en fait. Et si les scientifiques spécialistes de la question n’en savent rien, j’ai peine à croire que ma voisine de palier soit plus avancée sur la question.

Mais sur ce point, on a le droit de penser que le rôle du stress dans la fertilité féminine est déterminant.

Même si moi, je pense qu’il n’y a pas de lien, mais que ce n’est que mon avis et que je ne suis pas diplômée en médecine : juste, j’ai enchainé les galères et à chaque fois, j’ai eu des médecins plus que compétents qui ont eu l’honnêteté de me dire qu’ils n’avaient aucune idée de pourquoi ces galères m’arrivaient à moi alors que tout était normal. Il y a même cet interne qui m’a dit que je n’avais pas de chance, seulement. Ça semble horrible, mais en vrai, entendre dire que tu n’y es pour rien et que parfois c’est juste une question de mauvais endroit au mauvais moment, ça peut soulager : c’est plus acceptable de se dire que c’est la fatalité, plutôt que d’entendre que tu y es pour quelque chose (alors qu’on n’en sait rien du tout).

Parce que voilà : tout mettre sur le compte du stress, c’est faire porter à la femme, déjà bien-bien en galère, la responsabilité de l’échec. C’est pas très sympa je trouve.

D’autant que quand ce sont les papas qui se prennent la tête parce que les tentatives d’avoir un enfant échouent les unes après les autres, personne ne trouve qu’il y a de lien les concernant…

Alors voilà : il y a bien mieux à dire face à quelqu’un de proche qui essaie d’avoir un bébé sans y parvenir.

A l’époque, j’avais une amie très proche qui, bien que pas super à l’aise, a fait pile ce qu’il fallait.

C’était pas facile pourtant, mais elle a assuré, en toute simplicité : sans jamais dire que tout irait bien, et, surtout, en valorisant toujours le reste de ma vie pour ce qu’il était, même sans enfant.

Elle m’a plusieurs fois dit qu’elle me trouvait bien courageuse et ça me donnait des ailes, parce que jamais on te dit que tu es courageuse, alors que, la vache, gravir l’Everest c’est surement moins éprouvant que de se cogner une immense déception tous les mois et de se lever quand même pour aller bosser chaque jour suivant.

Donc, plutôt que de dire aux femmes que si elles arrêtent d’y penser elles seront enceintes, leur dire qu’elles sont courageuses et que tout ira bien, c’est quand même vachement plus constructif à mon avis.

 

*Tu auras noté que je profite de cet article pour t’annoncer que les prochains articles vont sans doute être très axés grossesse et tout petit bébé, puisque comme le dit Petite Chérie, « moi, je vais bientôt avoir un amour de toute petite sœur »…

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

02 Mar 2018

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. I

    Ikii Nae 02 Mar 2018 - 8:47 Répondre

    Félicitation! Encore un amour de petite puce donc?
    Honnêtement je ne sais pas pour le stress, ça joue peut être un peu mais surtout, à quel moments les gens se disent que rappeler à quelqu’un sa nervosité va le détendre? C’est un peu comme dire a un dépressif « non mais ça va. »
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:02

      Oui une fille pour notre plus grand bonheur !
      J’aime bien ta comparaison parce que bon sang, les dépressifs entendent tellement de trucs parfaitement inadaptés !
  2. A

    Aude 02 Mar 2018 - 9:03 Répondre

    Mais félicitations ! 😉 ❤️❤️🤰🏻💓💓 ça me donne presque envie de re-être enceinte !!
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:05

      Merci !
      Même si, en vrai, j’en suis à 8 mois et j’en peux plus, alors je suis pas certaine d’être une bonne publicité pour la grossesse ! 😂
  3. L

    La famille Ours 02 Mar 2018 - 9:59 Répondre

    Félicitations !!! J’avoue, j’ai souvent dit qu’on tombe enceinte quand on lache prise… c’est comme ça que je l’ai vécu pour moi en tout cas. Mais ton article me fait réfléchir et je pense suivre ton conseil d’encourager les copines en essais plutôt que de les accabler d’une responsabilité supplémentaire… merci !
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:07

      Merci !
      Lâcher prise c’est un bon conseil je crois, mais pas dans le sens « si tu lâches prise tu seras enceinte », plutôt dans le sens « vis ta vie et ne te tortures pas, tu seras plus heureuse comme ça ».
  4. R

    Roxane 02 Mar 2018 - 10:04 Répondre

    Félicitations ! !
    Je suis très activement votre blog, et j’apprécie beaucoup tous vos articles. Autant dire, qu’avec un nouveau point commun (bébé est aussi à nouveau en route chez nous), je vais me passionner encore davantage pour vos billets.
    Au plaisir de vous lire,
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:11

      Chouette !! Bon, j’avoue avoir gardé le secret longtemps, et du coup je suis en fin de grossesse, mais j’ai plein de trucs à raconter !
      Félicitations à toi aussi du coup !
  5. L

    Lily 02 Mar 2018 - 10:20 Répondre

    Félicitations !!! 🙂 Super nouvelle !
    « N’y pensez pas trop, ne soyez pas stressée et ça viendra » : le plus étonnant (j’ai halluciné), c’est quand c’est la sage-femme qui te le dit, dans le cadre d’un examen gynéco de routine où tu parles de tes essais bébé. A sa décharge, c’était une toute jeune sage-femme 😉 mais quand-même, ces professionnels-là devraient être formés pour éviter ce discours si caricatural…
    Merci pour le beau conseil en fin d’article. Un couple proche a attendu sa pitchoune pendant trois ans… Elle est maintenant arrivée 🙂 Mais on manque souvent de mots, face à cette détresse-là.
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:20

      Je discutais avec mon obstétricien ce matin et on en parlait au sujet de l’allaitement : je lui disais que quand ma fille est née il y a 4 ans, j’avais été surprise des discours à la fois contradictoires et pas souvent fondés scientifiquement du personnel de la maternité. Il m’a expliqué que la grossesse et la maternité sont des sujets si personnels que même les soignants transposent leur propres expériences, sans filtre. Ce qui donne des conseils ou des remarques pas toujours adaptés ! Et comme leur formation ne comporte aucun module relatif à la psychologie, on s’en sort plus !
      C’est vrai qu’on sait pas quoi dire aux autres, moi la première, parce que c’est compliqué et qu’on vit pas tous les choses pareil en plus…
  6. C

    CC 02 Mar 2018 - 10:29 Répondre

    Comme je suis d’accord avec cet avis ! Même si j’ai pu constater que c’est souvent ce qui est arrivé à plusieurs reprises (bébé arrive quand on ne s’y attend plus), je parierais plus sur le fait qu’on nous fiche enfin la paix à tous points de vue plutôt qu’on cesse de stresser (non mais sérieux, comment peut-on « ne plus penser » qu’on a envie d’avoir un enfant ? Ils réfléchissent deux secondes les gens avant de parler… ?).
    Numéro 2 qui arrive (et « tout seul » en plus, pour citer une phrase que j’ai aussi beaucoup entendu, comme si ça regardait les gens la manière dont il a été conçu…), c’est juste magique. Ça change (encore) tout, ya du bon et du moins bon (surtout devoir admettre que notre bébé est désormais « le grand », un an après j’ai encore du mal), mais on ne changerait rien pour tout l’or du monde…
    Profites bien, bon courage et tout plein de bonheur à la famille !
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:23

      Merci !
      Et oui, après les avoir attendu si fort, arrive le jour où on se rend compte qu’ils ont grandi ! 🤦🏼‍♀️
  7. M

    Memento Eve 02 Mar 2018 - 11:17 Répondre

    FELICITATION. Profites bien de ta grossesse tout d’abord. Pour ce qui est de la question du stress et de penser à la grossesse sans arrêt je ne pense pas du tout que cela est une influence sur tomber enceinte ou pas et surtout que la grossesse soit viable ou pas. Par contre penser tout le temps à tomber enceinte augmente la déception quand ça ne marche pas. C’est surtout sur ce point je pense qu’il faut parler du stress. Pour ma deuxième j’ai aussi eu le droit après des fausses couches « n’y pense pas ça va venir tout seul ». Bon alors déjà physiquement ça ne peut pas venir tout seul hein?! Quand je suis rereretombée enceinte je me suis dit ok je n’y pense pas cette fois on verra dans 10semaines. Mais je l’ai plus fait pour me préserver d’une nouvelle peine. Après c’est la nature qui a choisi que ça marche. Simple coïncidence selon moi. ^^ Donc je partage assez ton avis en fait. Puis autre chose a ne regarde personne notre envie d’un enfant et notre état degrossesse ou pas. Ma deuxième a à peine 5 mois qu’on me dit « et le 3ème c’est pour quand? » et sinon tu peux laisser profiter de mon bébé aussi?
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:32

      Mais oui c’est trop ça : on peut parler du stress dans le sens où ça te pourri la vie et qu’il est impératif de prendre du recul et de continuer autant que possible à être heureuse (facile à écrire, surhumain à faire en vrai !).
      Et pour se qui est de se préserver, je l’ai trop fait pour Petite Chérie et pour cette seconde merveille, à 8 mois de grossesse, j’ai mieux investi la chose même si, clairement, je garde un certain recul.
      Et tu sais quoi ? On nous parle déjà d’un troisième !! 😂😂
  8. u

    une mummy 02 Mar 2018 - 11:23 Répondre

    Il fait beaucoup de bien cet article! Et c’est tellement vrai! Comme toi, j’ai lutté plusieurs années pour avoir ma fille et je me la suis mangée, cette phrase qui témoigne de l’ignorance la plus manifeste de la souffrance d’une infertile! Félicitations pour tes deux victoires!
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:35

      J’avoue un truc : en racontant souvent les difficultés à être enceinte, j’espère donner aussi un peu d’espoir aux autres… et rien ne me fais plus plaisir que d’entendre que des gens qui ont eu du mal y sont parvenus ! C’est une telle victoire de tenir enfin son bébé !
  9. J

    Jud 02 Mar 2018 - 11:25 Répondre

    Félicitation !!! Je suis très contente pour vous!!
    Perso ton article me fait réfléchir, je suis médecin généraliste, j ai fait 6 mois à l hôpital en gyneco et ce st vrai que quand parfois ça mettait du temps sans raison, mes chefs avaient tendance à sortir ces phrases bateau. Mais je pense plus dans une optique de rassurer la patiente. Du coup maintenant que j ai ton point de vu je pense que j encouragerai plus les gens en choisissant mieux mes mots! Merci!
    Et du coup comment petite chérie a réagi à l annonce, je me souviens d une fois ou tu disais qu elle se plaisait bien en fille unique ( une amie de classe allait avoir une petite sœur )
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:43

      Merci beaucoup !
      Je suis convaincue que les gens qui disent ce genre de choses ne pensent pas à mal, c’est un conseil sans prétention finalement, mais il est vrai que dans ces difficultés il existe une grande culpabilité, le fameux « pourquoi les autres parviennent à avoir des enfants facilement alors que moi je n’en suis pas capable ? » (Oui parce qu’évidemment, on a toujours l’impression que la terre entière enfante sans problème), ce qui rend les mots parfois difficiles à entendre.
      Petite Chérie est ravie, de manière assez inattendue, c’est vrai ! Mais je ne me réjouis pas trop vite, on verra dans un bon mois si l’arrivée concrète de sa sœur la ravie vraiment !
  10. L

    Lucie 02 Mar 2018 - 11:31 Répondre

    En fait*, je l’aime ce blog ! Même si un article ne semble pas me concerner à première vue, j’y trouve toujours la phrase qui me touche, me questionne, me réconforte, me fait avancer !

    Alors Bravo et félicitations pour cette deuxième merveille à venir !
    (*je dis ‘en fait’, mais je n’en ai jamais douté 🙂 )

    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 9:44

      Olala mais ce compliment 😍 (Vraiment pas bien de dire de si gentilles choses à une femme toute pleine d’hormones !)
  11. F

    Fabienne 02 Mar 2018 - 2:30 Répondre

    Félicitations !!
    Pour apporter ma petite experience (je suis en début de grossesse aussi), je suis tombée enceinte en y pensant, et dans une période de gros gros stress. Donc effectivement, la phrase est bien cliché…. mais à chaque fois que je l’ai entendue, j’ai plus pensé au fait qu’attendre quelque chose le fait paraître encore plus lointain quand ca vient pas. Mais évidemment c’est une phrase qui peut être hyper maladroite et qu’il faut manier avec précaution (c’est en quoi le passage de l’article qui dit que parfois mieux vaut rien dire que dire quelque chose de maladroit est tellement juste 🙂 )
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 10:09

      Félicitations à toi aussi !
  12. M

    Marion 02 Mar 2018 - 3:10 Répondre

    Super! Je me joins avec plaisir aux autres commentaires pour te transmettre mes félicitations !!
    Et aussi mes remerciements pour ta remise en place par rapport à certains commentaires. J’ai été dans la position de recevoir des remarques blessantes ou culpabilisantes et j’ai aussi été dans la position de faire des remarques qui se voulaient bienveillantes mais qui ont finalement fait plus de mal que de bien. Et cette idée de souligner le courage me semble simple et bonne; je vais la prendre pour moi.
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 10:11

      En tout cas, me complimenter sur mon courage m’a bien aidée (même si ça paraît hyper narcissique maintenant que je l’écris ! 😜)!
      Apres, on a tous été maladroits à un moment ou un autre, c’est aussi la vie !
  13. B

    Bulle 02 Mar 2018 - 3:51 Répondre

    Mais félicitations! C’est sûr que l’on connaît bien cette phrase et toutes ses cousines du même genre. Je me souviens avoir répondu un jour à une amie qu’il m’avait suffi d’avoir vu une fois un schéma du cycle menstruel pour savoir exactement quels étaient les bons jours du mois, et que dès lors, peu importe le degré de calme, mon cerveau me rappelait bien mes envies!
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 10:12

      Merci !
      La fourberie du cerveau tiens !
  14. Q

    Quatre enfants 02 Mar 2018 - 5:41 Répondre

    Félicitations !!!!!!
    • J

      Juliette 02 Mar 2018 - 10:12

      J’en suis pas à en faire 4 mais je me rapproche non ?! 😜
  15. o

    oops 03 Mar 2018 - 12:59 Répondre

    Félicitation !
    On doit se suivre de près : la DPA pour notre 4è fille est le 25 mars pour moi (même si je suis sûre que j’accoucherais entre 10 et 15 jours avant, comme pour les 3 autres).
    Chouette, il y aura donc plein de billets sur grossesse, post-partum, accouchement (AAD prévu pour moi !), allaitement, nourrisson, fratrie, etc ? Génial ! 🙂
  16. T

    Tara B. 03 Mar 2018 - 2:26 Répondre

    Je suis ravie pour vous, du fond du coeur. Et encore plus quand je lis le parcours qui a été le vôtre, vous avez doublement ou triplement le droit de vous réjouir de l’arrivée de cette deuxième merveille dans vos vie. Félicitations !t
    • T

      Tara B. 03 Mar 2018 - 2:30

      PS : je suis bien d’accord avec vous sur l’affirmation « c’est quand on y pense le moins… », c’est tout un art de culpabiliser les jeunes mamans qui aimeraient bien mais pour qui ça ne se passe pas comme elles voudraient. Halte aux phrases con ! Vous avez déjà eu droit aussi au « oh ben faut pas le prendre comme ça, les jeunes de maintenant sont si impatients maintenant, t’as le temps d’en faire un autre » après une fausse couche ? Elle est pas mal non plus dans le genre déni de ce que vous pouvez ressentir subjectivement.
      Les gens ne sont pas méchants mais TELLEMENT maladroits… 🙁
  17. L

    Louna 05 Mar 2018 - 10:20 Répondre

    Bravooooo !! Et « un amour de toute petite soeur » c’est tellement adorable comme formulation !! <3

    Quant à ton article, sans avoir été confrontée directement à cette épreuve, ça m'a moi aussi toujours fait bondir cette phrase : que c'est ridicule de dire à quelqu'un de moins y penser, et qu'en plus c'est de sa faute ? Je vois pas le moment où la personne se dit que ça va aider…. Grrrrr ! Merci pour ton coup de gueule, ça fait du bien !

  18. C

    Corinne 12 Mar 2018 - 10:44 Répondre

    Merci Juliette pour cet article qui fait du bien au moral ! Et félicitations pour ta grossesse 🙂
    Etant moi-même dans cette situation, je trouve les gens parfois très maladroits et indélicats. Je n’ai parlé à personne de mes essais pour éviter justement d’être confrontée à ces remarques mais même comme ça j’ai eu droit à quelques perles…
    Je me dis chaque jour que quand j’aurai enfin une bonne nouvelle ma joie n’en sera que décuplée !
    En tous cas ton témoignage met du baume au cœur et pour ça je te dis un grand MERCI.
  19. L

    Laurène 13 Mar 2018 - 10:16 Répondre

    Alors bien sûr j’adore le blog.
    Evidemment toutes mes félicitations pour ce petit bout de bonheur en barre à venir 😍
    Mais je prend le temps aujourd’hui de faire ce commentaire, j’ai voulu en faire plein, mais je suis souvent débordée (on se demande par quoi … par qui!).
    Alors aujourd’hui, merci. Merci. Merci. Si une seule personne arrête ce genre de phrases tellement blessantes grâce à ce post, c’est déja une énorme avancée.
    Car des phrases blessantes pour les gens qui galèrent, j’en ai eu des milliers. Et oui, ca appuie fort sur la culpabilité, de ne pas y arriver « comme tout le monde ». Et oui on aimerait arrêter de stresser, mais je met au défi n’importe qui avec un planning de PMA d’arrêter d’y penser. On se rend compte quand on en sort à quel point notre vie a tourné exclusivement autour de ca, partout, tout le temps.
    Alors , vous qui lisez mon commentaire, partagez cet article. Et s’il vous plaît, oubliez les « conseils » stupides (« faut pas y penser », « c’est dans la tête », « moi je…. « , « la cousine de ma copine qui en a eu trois, elle… »).
    Et aux amis qui n’ont pas d’enfants même après le mariage/dix ans de vie commune/un aîné qui a déjà huit ans, on ne dit rien, si possible.
    Et si c’est eux qui vous en parlent, alors on dit juste  » Je suis désolé(e). Courage ».
  20. K

    Kissis 15 Mar 2018 - 5:01 Répondre

    Felicitations pour bébé 2 ! Je suis tombéepar hasard sur ton blog car je cherchais des informations sur la futur rentrée en maternelle de mon fils de 3 ans en septembre et j’ai tout de suite accroché à ton style d’écriture, tes histoires…Enceinte de bébé 2 également, je te souhaite beaucoup de bonheur a toi et ta petite famille 🙂
  21. S

    Sonia Danse Prénatale 31 Mar 2018 - 9:05 Répondre

    Félicitations !!!!! Et bravo pour cet article ! Car c’est vrai que la société nous fait vraiment culpabiliser ! Moi je me dis qu’ essayer de faire des bébés c’est comme essayer d’avancer dans la vie: on fait des erreurs, des ratés, on trébuche…beaucoup parfois et puis un jour on y arrive !
    Sonia Danse Prénatale

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *