Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation39
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Développement13
  • Scolarisation12
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Comment on est allés au Brésil tous les quatre, et que c’était bien, mais pas que…

7 réponses • 7 min • • 01 Avr 2016

Ça y est, on est rentrés de voyage.

Je vais être honnête, voyager avec deux bébés/ très petits*, c’est compliqué. Genre, on est rentrés depuis 10 jours et j’ai les yeux qui brûlent, les paupières qui collent, le blanc de mes yeux est rouge, et mon meilleur anti-cernes permet de me faire passer de la couleur bleu à violet intense.

*Question existentielle : je ne sais pas jusqu’à quel âge le mot bébé est justifié. Oui, de toute manière c’est mal de les appeler « bébé », c’est des personnes à part entière, JE SAIS. Mais il (Paco, 1 an et 11 mois) ne parle pas, porte des couches, et ne fait pas ce qu’on lui dit, je pense que le mot bébé est quand même encore pas mal approprié ?

Bref tu vois, pas super reposantes les vacances. Mais on l’a fait et ça c’est comme le marathon, faut en être fier, même si tu ne sais plus descendre 2 marches et que t’as moyen la classe avec trois ongles en moins à chaque pied.

Je vais donc te faire le récit de mes super vacances, histoire que tu restes chez toi cet été si toi aussi, tu as deux enfants en bas âge.

Pour bien voyager, il faut voyager léger

Dixit l’Homme.

Petit historique, Marcio et moi on est habitués à voyager léger. Genre très léger. C’est notamment lié aux quelques voyages en vélo qu’on a faits avant que je tombe enceinte, et au cours desquels j’ai rapidement pu constater que transporter un short et trois collants c’était mieux que transporter trois jeans. C’est même devenu une manie et tu nous verras rarement trimballer avec nous plus que le nécessaire. Petite anecdote, on l’a fait un jour quand Paco était petit et on s’est rendus compte à mi-parcours qu’on avait tout sauf le nécessaire (comprendre, on avait oublié la valise mais on avait bien tous ses doudous, 3 poussettes et la veilleuse au cas où et même si à la maison on ne l’avait pas allumée une seule fois), et on s’est retrouvés à faire du shopping pour le minimum au H&M du coin. Voilà.

Donc depuis, quand l’Homme dit qu’on voyage léger, on voyage léger. Comme ça, il croit qu’il a un peu son mot à dire aussi, hein. Et puis quand même, c’est lui qui va porter la majorité des bagages, faut pas déconner. Enfin, les moins de deux ans n’ont pas droit à des bagages, et comme on est un peu rapaces…

Voyager léger, ça signifie que ton sac de jouets se résume à un sac plastique de jouets, et encore, celui que tu reçois à la pharmacie pour mettre ta boîte de doliprane dedans. Bien sûr, sur place, t’es complètement embêté s’il pleut ou si finalement, cette journée, tu la passerais bien à ne rien faire à l’intérieur (« rien », HAHA, la blague). Mais t’as voyagé léger et ça c’est bien, et puis t’as qu’à sortir un peu, ho. Tu peux encore opter pour l’achat de jouets dont tu feras don à une famille plus démunie avant de partir, et sérieusement (ce sera le seul passage de cet article, profite) j’aime bien cette idée.

Quand tu voyages léger, t’amènes pas de serviette à la plage, mais un paréo, pour quatre. Et bien sûr tu n’amènes pas non plus la super bouée top de la mort qui fait flotter ton enfant sans que t’aies rien à faire de plus, tu le fais s’accrocher à tes épaules et tu nages la brasse avec lui sur le dos. Même si tu avales un litre d’eau de mer au passage. (OK ok, je déconne, la technique est top.)

Bref on a voyagé léger, ça l’a à peu près fait, mais quand même, je crois que je prendrai des serviettes pour la prochaine fois.

Mais avant de t’imaginer faire bronzette sur la plage, il va falloir y aller, à la plage. Et si comme moi tu ne jures que par celles du Brésil (rapport aux caipirinhas, on est d’accord), tu devras prendre l’avion.

Vacances

Tu les as vues, nos caipis à volonté ?

« Encore ? », me diras-tu, toi qui as lu cet article. « Mais tu nous as dit que voyager avec un bébé, ça le faisait ! » Oui, sauf que cette fois tu en as deux, des enfants.

Comme moi, tu hésiteras peut-être entre vol de jour et vol de nuit, pour te rendre compte finalement que les deux ont leur lot d’inconvénients (tu voulais que j’écrive le mot « avantages » aussi, avoue ? Je sais, désolée de te décevoir.)

Le vol de jour

À l’aller on a pris un vol de jour, en se disant que de toute manière si on voyageait de nuit on dormirait peu ou pas et qu’il valait mieux passer une sale journée, mais une bonne nuit.

Et on a vraiment passé une sale journée, mais pas une bonne nuit, merci de demander. Ils n’ont pas particulièrement beaucoup pleuré, non, ils ont juste été eux. Remplis d’énergie que 50 aller-retours dans les couloirs de l’avion n’ont pas réussi à commencer à enrayer. Au début les gens souriaient : c’est vrai qu’il est mignon cet enfant. Au bout de cinq passages, il semblerait qu’il le soit beaucoup moins, va savoir.

Bref, onze heure. Tu sors de là c’est pas une bonne bonne nuit qu’il te faut, mais quarante. Et manque de bol il est trois heures du matin quand tu arrives finalement à te glisser sous ton drap.

Le vol de nuit

Le vol de nuit, ça a été un peu mieux, et basée sur mes deux expériences, je pense que je recommanderais le vol de nuit à quiconque souhaite tenter l’aventure (pas moi) (pas tout de suite).

Mais il faut prendre en compte qu’on a eu la chance d’avoir une Mada qui n’a juste rien compris, qui a trouvé que le berceau de notre compagnie aérienne, c’était mieux que le creux de mes seins en pleine montée de lait, et qui a dormi du début à la fin. Notre sauveuse. L’autre énergumène, bien que moins agité qu’à l’aller, a quand même eu du mal à s’endormir, et surtout, même endormi, rappelle-toi que tu l’as sur tes genoux et que du repos tu n’en auras donc point, toi. Et je ne te parle pas des repas, coincés dans nos petits sièges d’avion, avec notre enfant sur les genoux qui ne veut bien sûr rien avaler (qui le blâmerait en même temps cette fois ?) mais qui essaie de jeter toutes les barquettes, ou, plus drôle encore, les gobelets (pleins) au sol pendant ce grand moment de détente avant la douce nuit qui t’attend.

Mais quand même tu vois, j’ai envie de te dire que c’était mieux que le vol de jour. Par contre renseigne-toi sur la situation du berceau dans l’avion ; on en a eu un un jour accroché au mur qui servait aussi de paroi aux toilettes, et aussi endormi ton bébé soit-il, crois-moi qu’il se réveillera à chaque fois qu’un passager ira se soulager – au point où tu te demanderas si tu ne devrais pas passer le restant du vol assise toi-même sur la cuvette, histoire d’en finir à tout jamais avec ces claquages de porte intempestifs et laisser un peu de repos à ton tout petit.

Nan mais nos vacances étaient cool

On a eu du beau temps (la moitié du temps), de la plage (un peu), et des caipirinhas (en quantité satisfaisante).

Regarde ça, c’est nous en vacances. Enfin, c’est mes deux enfants, sur le paréo (et sans serviette).

Et vas-y que je te mette le doigt sur l'objectif.

Et vas-y que je te mette le doigt sur l’objectif.

Juste, peut-être que je commence à comprendre l’intérêt des clubs de vacances…

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

01 Avr 2016

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. Q

    Quatre Enfants 01 Avr 2016 - 11:05 Répondre

    Je confirme, essaie les clubs de vacances. Depuis qu’on y a gouté, impossible de s’en passer. Bon, dès que les derniers seront plus grands, on fera autrement parce que ça coute quand même atrocement cher. Par contre, toujours pas de solution pour les voyages en avion, à part un quart de Lexomil toutes les heures (pour moi hein, pas pour les mômes 🙂 !
    • J

      Joana 01 Avr 2016 - 11:09

      On va tenter ça la prochaine fois. Et puis, il paraît qu’il y a même des gens pour te garder tes enfants pendant que tu sirotes ta caipi !
  2. E

    Elodie 01 Avr 2016 - 11:05 Répondre

    Entre le paréo et la serviette de plage qui pèse un âne mort et pue après 3 baignades, nous on a opté pour la fouta (ou drap de hammam). Toujours dans notre valise, elle sert de serviette (sèche vite et est plus confortable qu’un paréo), de plaid dans l’avion, de nappe pour un pique-nique improvisé, voire même de tapis de change ! Et à Marseille on en trouve à 5€ 😉
    Et vive les voyages avec nos bébés ! Même si en rentrant on le refile vite à la nounou pour dormir toute une journée…
    • J

      Joana 01 Avr 2016 - 11:08

      Oh punaise. MERCI pour l’astuce, je cours m’en commander !
  3. E

    Elsa 01 Avr 2016 - 2:15 Répondre

    Hahahaha tu m’as bien fait rire en tout cas… On va attendre encore un peu pour les bébés alors 😀 Vive le voyage en totale libertéééééééééé !!!
    • J

      Joana 01 Avr 2016 - 4:37

      Mais non mais non, des bébés c’est aussi plein de choses super ! Et avant d’en avoir deux, tu en as déjà un, et avec un seul, c’est easyyy !
  4. Une réorganisation de chambre Montesso-perso, ou, lui faire retrouver de l'intérêt pour ses jouets – Baby Factory

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.