Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation40
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Développement13
  • Scolarisation12
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

« Le choix du roi »… Et c’est qui, le roi ?

29 réponses • 4 min • • 14 Avr 2016

« Aaah, le choix du roi ! » Réflexion entendue à outrance à l’annonce du sexe de mon futur bébé, lorsque je tenais en évidence mon autre bébé, celui de sexe masculin, dans mes bras. Et pour tout te dire je m’en fichais un peu : je voulais tellement une petite fille cette fois qu’à chaque fois que quelqu’un venait me rappeler mon heureux évènement à venir, je dansais la carioca un peu intérieurement.

Il n’empêche que, quand même, les gens qui se permettent de décider pour toi ce qui est bien ou pas, SURTOUT quand il s’agit des êtres qui vont composer ta famille, c’est agaçant. Alors là tout de suite, j’ai envie de lui mettre un petit crochet du droit à cette expression, ou un coup de sceptre pour l’occasion, parce que crois-le ou non, mais il y a des parents pour qui avoir une fille et un garçon, ça n’est pas le rêve du tout.

Un peu d’histoire.

J’update cet article en live (c’te folle) (merci à la super commentatrice « Laulau » ci-dessous de m’avoir remise à ma place), parce que je me suis dit que ce billet manquait d’un petit détour historique.

Détour historique, donc. Le choix du roi consiste à se réjouir à l’annonce d’avoir, dans l’ordre, un petit garçon suivi d’une petite fille. Et ainsi de suite à l’infini à l’époque de la royauté. Un garçon, pour la succession assurée, la couronne en or, la cape rouge à poils, et le fauteuil pas confortable. Une fille, sans doute, pour pouvoir la maquer avec l’un des rois d’une contrée voisine, et ainsi pouvoir se la péter en voyant son influence s’étaler au-delà de ses propres champs de tournesol.

Mais revenons à la réalité de nos vies de sujet.

Comment dire ?

Tu vois je pense que ça existe, des parents qui ont déjà un petit garçon et rêvent très fort d’un deuxième petit garçon. Et ça fonctionne en remplaçant « petit garçon » par « petite fille ».

Et ça n’est pas bizarre.

Pas que je ne comprenne pas qu’on puisse penser qu’avoir « un enfant de chaque » c’est le top, le problème, c’est supposer que c’est forcément le cas pour tout le monde.

Moi je connais des gens très bien qui n’avaient pas de préférence quant au sexe de leurs enfants, mais qui par contre ont prié très fort pour qu’ils soient du même genre, peu importe celui-ci, donc. Ça n’a malheureusement pas fonctionné, mais ça me permet quand même d’illustrer mon point : il se trouve que la maman était issue d’une fratrie de trois dans laquelle elle était la seule fille, qu’elle en avait bavé, et que pour ses enfants, elle aurait vraiment aimé pouvoir les faire du même sexe.

Et là tout de suite, l’expression « Le choix du roi » te semble un chouïa égoïste. Peut-être. A minima, il faut admettre que leur argumentaire n’est pas complètement stupide.

Et puis en fait, au-delà de toute justification acceptable, tu as aussi simplement le droit d’adorer les couettes et les jupettes, et vouloir pour ta famille le modèle fille en cinq exemplaires. Tu as aussi le droit d’aimer les slips superman et les ballons (clichééééé), et vouloir onze garçons pour toi à la maison (ou pour ton équipe de foot – re-clichééééé). Tu as bien sûr encore le droit de n’en vouloir qu’un seul, d’enfant, voire aucun, et d’attendre que personne de ton entourage ne te fasse de réflexion – mais je te le dis direct, tu rêves. Enfin, quand le hasard ne fait pas les choses comme tu voudrais, tu as aussi surtout le droit d’être déçu.

J’ai envie de finir cet article sur un ton hautement philosophique, et te laisser avec une nouvelle entrée à la liste de tes questions existentielles.

(Et pour te délester d’une autre en contre-partie : un poulpe et une pieuvre, c’est la même chose. Tu te sens tout de suite un peu plus à l’aise devant ton imagier, avoue.)

J’ai réfléchi longuement, j’ai fait des stats à l’échelle de l’Univers, et j’en suis arrivée à la conclusion que généralement, l’envie d’une petite fille après un garçon ou le contraire, correspond plutôt à un désir de parent. À l’inverse, tous les enfants du monde sauf deux sont plutôt inclinés à vouloir un second enfant du même sexe qu’eux. On peut donc raisonnablement en conclure que ce que l’on appelle communément le choix « du roi » est un choix de parent.

Mais on continue à employer le terme « enfant-roi ».

Un peu de cohérence. (Bordel.)

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

14 Avr 2016

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. L

    Laulau 14 Avr 2016 - 10:03 Répondre

    Ce que je déteste le plus dans cette histoire de choix du roi c’est son pendant choix de la reine et tout ce que ça implique d’un point de vu sociologique et historique.
    Tout ça est très agaçant.
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 10:12

      Merci, je mourrai moins bête, je viens donc de découvrir l’existence de l’expression « choix de la reine ». C’est quand même marrant, la maternité, et tous ces nouveaux aspects de la vie et des gens qui nous entourent que tu découvres d’un coup. Quoique « marrant » n’est peut-être pas le bon mot. Je vais ajouter une section « histoire » à cet article, je crois qu’il en a besoin. Merci !
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 11:03

      Bon, j’ai tenté l’update en live, mais après des recherches un peu plus poussées, je ne suis pas sûre que l’expression « le choix de la reine » en soit vraiment une. C’est quoi pour toi, et, as-tu des références, histoire qu’on meure tous un peu moins bêtes ?
    • L

      Laulau 18 Avr 2016 - 10:31

      Pour moi le choix de la reine c’est l’inverse du choix du roi (fille puis garçon).
      J’ai toujours entendu les 2 expressions ensemble, par tout un tas de gens différent.
      J’ai vu ça comme un truc un peu sexiste qui tendrait à dire que la mère préfère avoir son ainée « pour elle » et qu’elle puisse la garder et l’élever comme une mini elle. 😀
    • J

      Joana 19 Avr 2016 - 9:45

      Ah ok ! Je l’ai vue un peu cette expression du coup, mais je pensais qu’il y avait une connotation historique qui m’avait échappée. Mais peut-être que c’est parce que c’est juste ce que tu dis, et oui dans ce cas, c’est bien tordu !
  2. E

    Eugénie 14 Avr 2016 - 11:13 Répondre

    J’ai détesté cette f*****g expression pendant de longs mois (et encore parfois aujourd’hui, malgré les 16 mois de n°2).
    J’ai eu une fille en 1er, ça tombe bien, je voulais une fille et j en m’en cache pas (parce que je pense aussi que bon nombre de parents prétendant se foutre totalement du sexe, ne veulent tout simplement pas avouer leurs préférences). Puis est arrivé ma 2eme grossesse… et là je n m’en cache pas non plus, je voulais une fille… encore, et oui! ça semblait bizarre pour beaucoup de monde « bah, t’en as déjà une, c’est bien les deux! ». Si ça semble bien pour beaucoup, ça ne me convenait pas. j’étais habituée aux filles, j’avais gardé la quasi totalité de la garde-robe de ma fille et même si ces 2 bébés n’était pas du tout du tout de la même saison, c’est pas grave! Mais le destin en a voulu autrement, j’attendais un garçon. Sincèrement, j’avais déjà imaginé être un chouia déçue à cette annonce mais en fait QUE NENNI. Mon petit boy, je l’ai accepté immédiatement, c’était même naturel, normal… Et aujourd’hui, je ne vois pas du tout la vie autrement. Mais d’entendre au moins 5 fois par jour « Oh, le choix du roi » m’a rendu complètement dingue. Je n’ai rien choisi, ni moi ni mon mari (et nous n’avons pas une once de sang royal dans les veines!). Et puis, j’ai eu une fille suivi d’un garçon… pas l’inverse ! Alors aujourd’hui, c’est une expression que je ne sortirai jamais à une future maman sur le point d’avoir une princesse ou un prince.
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 2:41

      Haha, Eugénie, mais ouais ! Et tu as bien raison. Si tu nous suis depuis un moment, tu as dû voir passer l’article dans lequel, grosso modo, je dis que les « On s’en fiche du sexe, tant qu’il est en bonne santé », dans 90% du temps, c’est du bullshit (il s’appelle « Garçon ou fille, est-ce que ça nous est vraiment égal ? » ! Et moi aussi, je voulais trop une fille, au moins ! Ici, première grossesse un garçon, et finalement : j’adore ! J’en veux même un autre c’est dire ! Mais oui, dans tous les cas, il faut arrêter de se mêler des désirs des gens comme ça. Ça coûte rien de demander aux parents s’ils sont contents avec la nouvelle concernant le sexe de leur enfant. (J’ai adoré le « on n’a pas une once de sang royal dans les veines » :-D)
  3. W

    Weena 14 Avr 2016 - 12:10 Répondre

    Nous, on voulais (et on veux toujours) une fille dès le départ …
    Bon raté, pour le premier, un p’tit mec … et pour le deuxième aussi … Autant pour le premier, même si ce n’était pas « ce que j’aurais choisi » si j’avais pu, j’étais heureuse quand même et je suis folle de lui ^^. Bon, la deuxième annonce de p’tit mec, ça m’a fait un coup parce qu’on a galéré sur les prénoms alors qu’on en a un top pour une fille !!! Mais bon, je suis sûre qu’il sera aussi top que son frère 😉
    Pis comme on en veut 4, on a encore un peu de marge … il n’y a que l’option 4 garçons qui m’effraye un peu (beaucoup en fait)
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 2:45

      Weena, je te comprends. Pour notre deuxième, on m’avait annoncé un autre garçon à la première écho, et j’en ai chialé. Bon, il s’est avéré que c’était une erreur, mais tout ça pour dire, je comprends qu’on puisse être déçue. Et nous aussi, quand on a eu le résultat (faux donc), on s’est dit : pas grave on en veut 4 à la base !! Comme toi ! Mais c’est clair que la pression augmente à chaque fois et que quatre garçon ça doit quand même être folklo (moi je nous imaginais à leur adolescence, à cuisiner des quantités d’ogre ! Hahaha !) Bref, je croise les doigts pour tes prochaines grossesse, en espérant que le soulagement d’attendre une petite fille arrive rapidement. Des bisous !
  4. F

    FernandaH 14 Avr 2016 - 2:56 Répondre

    Ça a l’air d’énerver pas mal de monde cette histoire de choix du roi… J’en ai eu le droit quelques fois avant de savoir le sexe de bébé 2 (« ah ce serait bien que ça soit un garçon, non?, un garçon une fille, le choix du roi »).
    Et ensuite cela s’est transformé en « aaaah une deuxième fille, bon… Vous allez faire un 3ème pour avoir un garçon? » Réponse polie: « allez, doucement, un enfant à la fois ». Réponse dans ma tête: « rhaaaaaaaaaaaa »
    Le pire c’est quand tu dis que si si on est contents et que non non, c’est pas grave qu’on a pas eu le foutu roi, et qu’on te croit pas. (Au début de la grossesse j’avais envie de pleurer en regardant la garde robe qui serait inutile si c’était un garçon). Mais bon, les gens aiment bien décider à ta place ce qui est bien ou pas bien, et en plus sur ce genre de choses sur lesquelles en fait tu n’as absolument aucun pouvoir de décision!
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 8:06

      Sérieux ? Les gens t’ont suggéré un petit troisième pour LEUR faire plaisir ? Hahaha ! Mais qu’ils te fichent la paix ! Bon, heureusement tu as l’air de bien savoir ce que tu veux et tu ne t’es pas laissée démonter !!
  5. B

    Barbara 14 Avr 2016 - 3:25 Répondre

    J’ai découvert cette expression à la naissance de mon deuxième enfant (une fille donc)… Au départ je souriais d’un air convenu, du genre « oui, oui » quand en fait on n’a rien compris et que ça ne nous intéresse pas du tout (cause toujours). Ce n’est qu’au du vingtième « choix du roi » que j’ai eu la curiosité d’aller voir quelle était la signification de cette expression d’un autre temps. Bon au final, il faut dire qu’on s’en fout pas mal de ces histoires de roi…
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 3:48

      Mouahaha, mais comme j’aime mes lecteurs. Ton « Il faut dire qu’on s’en fout pas mal de ces histoires de roi » résume juste À MERVEILLE mon article. Merci, j’aurais pas mieux fait, je crois que je vais tout effacer et remplacer mon texte par ta phrase.
  6. L

    La Polygraphe 14 Avr 2016 - 5:18 Répondre

    Mon souhait à moi, après avoir eu ma Poupette, serait d’avoir une autre Poupette, et peut-être même une troisième. Comme je ne suis pas Roi, et que l’amoureux non plus, j’imagine que tout ça doit être lié. J’imagine… 😉
    Marine
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 7:38

      Ça doit être ça ! 😉
  7. C

    Cendra 14 Avr 2016 - 6:08 Répondre

    Étant enceinte de mon 2ème, j’en reçois à la pelle, surtout qu’on garde le sexe secret jusqu’à la naissance. Mon premier étant un garçon, c’est simple, on me balance de façon nette « je te souhaite une fille » « ohh, l’idéal serait que ce soit une fille »… Ah et, si c’est encore un garçon, je fais quoi? je le jette à la poubelle histoire de recommencer????… Sans déconner, c’est assez irritant. Surtout qu’on ne choisi pas, malgré les préférences qu’on peut avoir. C’est comme si on nous disait « oh mais, t’as les yeux marrons, oh, l’idéal aurait été qu’ils soient bleus, c’est ce que je t’aurais souhaité ». Alors, quoi, on doit nous répondre quoi si on a deux enfants du même sexe?: « oh, tant pis » « dommage » « ben merde, va falloir faire avec ».
    Perso, ça me pompe toutes ces réflexions pourries, d’ailleurs, ça tombe bien, comme le dit La Polygraphe, y a pas de Roi dans la famille, alors, on aura pas de soucis de successions, ni l’obligation de marier de force notre éventuelle fille.
    Bref, à mort les clichés et la pression sociale casse-noix!
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 7:41

      Attends, t’as les yeux marrons ?! Pffff… Sinon ouais t’as bien raison, restons dans le thème et condamnons à mort cette expression ! C’est chouette cette histoire de sexe gardé secret, si on devait avoir un troisième, je voudrais garder le secret, mais pour nous aussi ! Bises
  8. J

    Julia 14 Avr 2016 - 6:55 Répondre

    J’ai un garçon et une fille et je déteste cette expression entendue un million de fois !!! Tellement moyenâgeux…
    • J

      Joana 14 Avr 2016 - 7:44

      Tout à fait d’accord !
  9. h

    helia 15 Avr 2016 - 3:35 Répondre

    Bonjour, je pars du principe tout est possible dans ce bas monde. Mais je pense sérieusement que la majorité des gens qui disent « on s’en fout du sexe » ne veulent pas avouer leur préférence… et bien entendu 99,9% des gens veulent avoir des enfants en bonne santé ;o)

    Nous avons une préférence… une fille… je me vois bien aussi vivre sans enfants… mais si j’ai des enfants, je veux au moins une fille. Si l’on me dit « tu vas avoir 4 garçons puis 100% sûr d’avoir une fille » bah je le ferais… et je ne ferais pas ça pour avoir un garçon. Nous avons une fille en bonne santé, belle et intelligente (on a l’impression déjà de gagner au loto chaque jour qui passe avec elle) et pour le suivant j’avais du mal à imaginer un garçon. En même temps, j’ai déjà une fille donc nous étions dans une situation « confortable ». A l’annonce du sexe du bébé… un garçon… j’ai un petit pincement au coeur pour tous ces vêtements de fille (et juste après j’ai dit à mon frère… que sa petite fille vient de remporter le jackpot de la garde robe du siècle), j’ai mis 2 semaines à réaliser que je vais avoir un petit garçon… parce que je me vois tellement avoir 2-3 voire 4 filles.

    Evidemment, c’est « ah mais vous avez de la chance, le choix du roi, et blablabla » Les gens ne réalisent pas qu’avoir la chance c’est d’avoir (les enfants en bonne santé certes) ce que l’on veut ! Je connais plein de copines qui ne veulent pas de filles car relation mère-fille leur font peur (en gros). Mais ça me fait surtout de la peine pour les parents de fratrie unique sexe qui vont entendre pendant longtemps les phrases du type « pas trop déçus ? ».

    Maintenant que mon fils est né, je suis folle de lui… un garçon c’est différent qu’une fille (sans blague… mais les gens continuent à dire que c’est pareil), cela ne veut pas dire qu’avoir deux garçons/filles c’est moins bien que « le choix du roi »

    • J

      Joana 15 Avr 2016 - 9:46

      Helia, j’avais justement déjà écrit un article sur cette histoire de « On s’en fout du sexe, tant qu’il est en bonne santé ». Moi aussi, je pense que 90% du temps, c’est du pipeau !!! Et moi aussi, je voulais une fille absolument ! Puis à la naissance de mon premier : AMOUR FOU ! Là on a donc un garçon et une fille, et honnêtement, s’il doit y en avoir un troisième, je m’en fiche complètement tant qu’il est en bonne santé (Haha ! Pas pipeau !) Ce que je veux dire, c’est que c’est une chose d’avoir une envie a priori, une autre de vivre la réalité. Et la réalité, c’est que garçon comme fille, c’est chouette.
      Sinon, moi, j’avais une collègue qui a deux filles et qui m’a dit qu’elle adorait les filles. Quand j’ai été enceinte de mon premier, et qu’on a découvert que c’était un garçon, elle m’a sorti : « Hm, pas trop déçue ? » Dans le genre je reporte sur les autres mon propre désir, je demande la collègue ! 😉
  10. L

    Lucas3008 15 Avr 2016 - 9:12 Répondre

    Cette phrase est tellement mal venue, comme si avoir une fille puis un garçon (ou l’inverse) était le choix rêvé de tous les parents ! Moi ça ne me dérangerait pas que numéro 2 soit un garçon pour lui mettre tous les jolis vêtements qui attendent sagement dans un carton et qui viennent de son grand frère ! (Mon dieu, arriverais-je un jour à me défaire de ses vêtements ? J’en doute 😮 ) Et puis si c’est une fille, je suis clichée, ça sera du rose à gogo (planquez la carte bleue) !
    Bref, comme quand les gens veulent ABSOLUMENT découvrir le sexe et le prénom de bébé avant la naissance. Honnêtement dans leur vie, qu’est-ce que ça va bien pouvoir changer ? Tout le monde me tanne pour savoir les prénoms, et puisque nous voulons les garder secret jusqu’à la naissance, certains « boudent »… A part satisfaire leur soif de curiosité, à quoi sert de bouder et de savoir si mon enfant va s’appelle Georgette ou Raymonde ? Fondamentalement, est-ce que ça va bouleverser leur vie ? Il ne me semble pas… Enfin, les gens ne connaissent pas les limites parfois, et se permettent des réflexions qui peuvent nous irriter comme justement ce fameux « Choix du roi » !
    • J

      Joana 15 Avr 2016 - 9:51

      Oui c’est clair, quelques fois, c’est une sacrée invasion de la privacité. Pour le troisième (un jour) (peut-être) je ne voudrai pas connaître le sexe avant la naissance, mais je sens déjà que toutes les questions vont m’ennuyer ! Mais faut dire que là, on a déjà eu des réflexions du genre : « Oh, mais pourquoi vous avez demandé ? Faut se garder la surprise ! » Bref, il y en a pour tous les goûts, et réciproquement, tu feras toujours quelque chose qui ne plaît pas à quelqu’un. Les prénoms, nous c’est pareil, c’est à la naissance, sinon tout le monde y va de son « Oh comme cousin machin, l’attardé de service ! » ou « J’avais un oncle très méchant qui portait ce nom. » SYMPA, merci.
  11. M

    Mathilde 15 Avr 2016 - 10:15 Répondre

    Ohhhhh ce bel article que voilà. Parlons-en de ce fameux choix!
    On choisit de faire un enfant, on ne choisit pas son sexe.

    Pour ma premiere grossesse, j’ai eu une petite fille, j’avoue qu’à l’époque je ne me voyais pas avec un ptit gars et pour le prénom je séchais complètement. Et puis voilà, ma fille serait la neuvième ou dixième génération de nana dans ma famille maternelle. Oui, oui, Neuf générations où l’on ne connaît que la recette du Xx.

    Bref, donc là deuxieme grossesse, sexe tenu secret pour la famille. On doit même le cacher à notre puce parce que les gens essaient de la soudoyer, je ne sais pas s’ils se rendent compte qu’à cause de leur non-patience, on prive aussi notre fille de pouvoir participer à fond dans nos quelques achats/choix. Bref, on a heureusement quelques personnes sages, qui ont compris que rien ne servait de demander, ce serait le jour J, puis c’est tout.

    Mais alors le top du top, ma belle-mère (que j’apprécie mais qui parfois me sort pas les yeux avec cette histoire de bébé). Qui nous parle sans cesse de notre bébé au masculin, oui oui on a compris qu’il manquait un gars dans la famille! Dernier truc en date, une liste de vêtements envoyées par mail dans lequel on devait sélectionner des habits. J’ai serré très très fort les dents en découvrant le fichier: du bleu, du Winnie, du Némo, du Cars… Et si c’était une fille hein?! Résultat des courses, nous avons supprimé plus de la moitié de cette liste, au profit du neutre. Mais j’ai surtout été très déçue de cette initiative de nous « imposer » son choix, même si elle ne devait pas penser mal.

    Non, pour nous un gars + une fille, ce n’est pas le choix du roi.

    • J

      Joana 15 Avr 2016 - 10:22

      Bonjour Mathilde, et bienvenue ! J’ai beaucoup ri à ton « Oui, oui, neuf générations que l’on ne connaît que la recette du Xx ». Chez nous c’était ça aussi, mais on a eu le premier p’tit mec ! J’avoue je voulais une fille, mais je dois dire que je ne peux rien dire, il est PARFAIT cet enfant. Hahaha. Plus sérieusement, je comprends que tu sois saoulée par les attitudes et je n’avais jamais pensé comme, effectivement, l’entourage est tenté de soudoyer les informations aux autres enfants, et à quel point c’est horrible, en fait !! Et pour ta belle-mère… Elle est pas un peu BIZARRE ? 😀 Tu en es à quel stade de grossesse ?
  12. L

    Lucas3008 15 Avr 2016 - 11:05 Répondre

    Mathilde, je suis ravie que mon fils ne parle pas encore vraiment moi !! Je te comprends, la famille tente également de le soudoyer pour le prénom, manque de bol, je doute que d’ici là il sache le dire !
    Mais c’est vrai que c’est affreux de devoir écarter votre fille de tout cela, ne pas pouvoir l’impliquer à cause de la curiosité malsaine des gens, c’est tellement malheureux…
  13. B

    Badelel 15 Avr 2016 - 11:20 Répondre

    Après ma grande, je viens de donner naissance à un petit garçon. J’aurais bien refait une fille, mais la nature, tout ça… ben c’est un garçon, voilà. Et je l’aime très fort quand même. Mais ça fait des mois qu’on me bassine avec le choix du roi que j’en ai rien à carrer et je sais malheureusement que ce n’est pas fini. Ce n’est pas le choix du roi, c’est celui de la nature, celui des grands-parents qui sont ravis à la rigueur, mais pas spécialement le nôtre. Le roi c’est pas nous.
    • J

      Joana 18 Avr 2016 - 2:40

      Bien dit ! Putain de roi de mes deux (ovaires). Et la question qui tue : « Bah du coup, le troisième, c’est pour quand ? » 😀
  14. I

    Illiade 27 Mai 2016 - 1:07 Répondre

    Dans mon souvenir ma mère me disait que vu qu’elle avait déjà eu une fille et un garçon, elle n’avait pas voulu savoir à l’avance pour moi, que j’étais le choix du roi. Une erreur sans doute, mais donc pendant longtemps j’ai vu ça comme ma mère, dans sa grande magnanimité, faisant un cadeau au roi. Style « Allez vas-y Roi choisit, de toute façon tout me va ».

    Moi je voulais un garçon en premier, parce qu’on échappe difficilement aux stéréotype et je trouvais mieux de risquer un « grand frère protecteur » qu’une « petite mère ». Depuis que je savais que notre préférence était exaucée, je nous souhaitais (pour un jour) une petite fille.
    Et en fait, maintenant ça m’est égal. On a aussi le droit de changer d’état d’esprit.

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.