Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Les vaccins, les anti-vaccins, et mon avis à moi

44 réponses • 8 min • • 03 Juin 2016

Aujourd’hui, place au grand sujet du moment (avec la finale de Koh Lanta, soyons sérieux quand même) : la vaccination !

Désormais, les jeunes parents se posent une question assez inédite : dois-je ou non faire vacciner mon enfant ? Cette question est inédite parce que c’est une question que nos parents ne se posaient pas. Du moins pour la majorité d’entre eux. On était tous vaccinés de la naissance à l’adolescence, ça ne contrariait personne et basta. Je me souviens même qu’une partie des vaccinations se faisait à l’école, à la cool. Ce n’est plus le cas aujourd’hui parce qu’aujourd’hui, on se méfie des vaccins. Tu noteras qu’on se méfie également des protéines, du lactose, du gluten, du sucre, des légumes pas bios et du Mac do.

Ainsi donc, il existe un grand mouvement qu’on appelle les anti-vaccins. Ce sont principalement des parents, qui considèrent que de faire vacciner leurs enfants, c’est plus dangereux que de prendre le risque d’attraper la maladie contre laquelle le dit vaccin doit les protéger. Ça ressemble un peu au poker, sauf qu’on parle de la santé de nos enfants à tous.

Tu commences à le comprendre, pour ma part, je considère que faire vacciner nos enfants est une nécessité absolue. Mais je ne souhaite pas non plus faire n’importe quoi alors je me renseigne avant chaque vaccin que je fais à ma fille, et, pour le moment, rien ne m’a dissuadée de le faire.

Alors, pourquoi tant de haine des anti-vaccins ?

D’abord parce que l’information fiable est rare. Et c’est comme pour tout : si tu ne connais pas, ça te fait peur. L’Etat n’assure que très peu l’information des patients au sujet des vaccins. Les médecins ont eux-mêmes des connaissances limitées sur le sujet, sans pour autant être à blâmer, ils ne sont ni chimistes, ni biologistes. Les principales informations que tu peux trouver viennent en grande majorité de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) et de la Société française de pédiatrie (SFP) qui sont financées par des laboratoires pharmaceutiques. Pareil pour le site Infovac.fr.

Ainsi, mal renseignés ou renseignés par des gens qui ont un intérêt dans l’affaire, on se place directement en position de défiance. Et on dit que les vaccins sont dangereux. Comportement que l’on retrouve depuis l’invention des vaccins puisque j’ai lu qu’en 1802, on disait que le vaccin contre la variole pouvait te transformer en vache. C’est dire la défiance. Mais avant, c’était quelques personnes seulement, très à la marge, et qui se faisaient quand même vacciner. Alors qu’aujourd’hui, de plus en plus de parents crient au loup devant les vaccins.

Alors les parents qui font vacciner leurs enfants sont-ils des moutons sans cerveau ?

Non. Dieu merci. J’ai fait vacciner Petite Chérie et, avant de le faire, je me suis renseignée le plus possible. Si j’ai finalement opté pour certains vaccins, c’est parce que :

L’utilité première d’un vaccin c’est de te protéger d’une maladie très grave

Pour faire simple, un vaccin, c’est te coller une maladie à une dose contrôlée, pour stimuler ton système immunitaire. Une fois vacciné, tu ne devrais plus attraper la maladie en question et, tout aussi important, tu ne peux plus la transmettre.

J’entends des parents dire :

« Mais moi, je n’ai pas fait vacciner mes enfants et ils ne sont pas malades ».

Ouais, c’est vrai.

Mais ça c’est parce que la grande majorité des autres parents font vacciner leurs propres enfants et permettent de maintenir le taux de protection de l’ensemble de la population suffisamment haut pour protéger tout le monde. Pour qu’une maladie soit éradiquée, il faut que 90 % de la population au moins soit vaccinée.

Aux Etats-Unis par exemple, entre 2014 et 2015, à cause d’un grand mouvement de défiance face aux vaccins RRO, la rougeole a fait un come-back pas très apprécié. Je te rappelle que la rougeole peut être mortelle. Ce que craignent les américains anti-vaccins ? L’autisme. Alors que la seule étude allant dans ce sens a été réfutée à de multiples reprises. Et je te passe les théories du complot.

Donc ceux qui vaccinent leurs enfants protègent ceux qui ne le font pas. Les plus faibles, surtout.

Et juste parce qu’avec des chiffres, c’est beaucoup mieux, selon l’OMS  (l’OMS, c’est super fiable, non ?!) :

« Les maladies pouvant être évitées par les vaccins comprennent, la rougeole, la poliomyélite, la coqueluche, le tétanos, la diphtérie, la méningite, la fièvre jaune, l’hépatite B, la tuberculose, la pneumonie, la diarrhée et les cancers du col de l’utérus. Parmi ces maladies, la rougeole demeure l’une des principales causes de mortalité des jeunes enfants au niveau mondial, malgré la disponibilité d’un vaccin sans risque et efficace.

La rougeole était à l’origine de 145 700 décès dans le monde en 2013, dont 38 000 dans les pays de la Région africaine de l’OMS. Il s’agit d’une maladie grave, très contagieuse et d’origine virale. Avant la généralisation de la vaccination en 1980, la rougeole causait environ 2,6 millions de morts chaque année ».

Parlons aussi de l’aluminium

Au regard des données disponibles à ce jour, l’aluminium contenu dans les vaccins ne remet pas en cause la sécurité des vaccins. Une étude indépendante devrait rendre son rapport en 2017 sur le sujet, on aura donc l’occasion d’en reparler sur la base de données fiables.

Et les risques de maladie grave suite au vaccin ?

Les risques des vaccins m’ont semblé faibles par rapport au bénéfice.

Quels sont véritablement les risques d’un vaccin ? Il existe des effets secondaires, notamment chez les petits. Tu le sais, souvent, après une vaccination, un tout petit se coltine de la fièvre, des boutons et pas mal de fatigue. A priori, rien de très grave.

Des risques plus graves ? Tu l’as noté, je ne suis pas médecin. Mais personne n’a de toute façon l’air très avancé sur la question.

Je te donne telles quelles les infos fiables que j’ai pu trouver :

  • Il y a eu un non-lieu dans le procès contre le vaccin contre l’Hépatite B (suspecté de déclencher la sclérose en plaques).
  • Des études ont été menées mais aucune n’a pu ni confirmer, ni infirmer le lien entre le vaccin contre la coqueluche et des problèmes cérébraux chez les bébés.
  • Enfin, une étude a priori sérieuse a établi un lien en France entre la grande campagne de vaccination contre le virus de la grippe H1N1 de l’hiver 2009 et plusieurs cas de narcolepsie chez les enfants et les adultes. La narcolepsie, ça peut être grave parce que c’est très handicapant.

Hormis ce dernier cas, je n’ai pas trouvé d’étude sérieuse sur des vaccins dont le risque grave est avéré, mais je ne peux pas te dire que ce risque n’existe pas. Je peux toutefois te faire remarquer qu’il y a peu de risque que tu connaisses quelqu’un qui a été très gravement malade suite à une vaccination, avec la CERTITUDE SCIENTIFIQUE que la vaccination en est la cause. Très peu de gens peuvent répondre oui à cette question.

Autrement dit, le rapport risque-bénéfice m’a paru favorable aux vaccins.

Je ne suis pas là pour faire la publicité des vaccins mais je suis convaincue de leur nécessité absolue. Et je suis convaincue que si des gens évitent les vaccins, c’est parce que notre société est privilégiée. Outre la peur de rendre son enfant malade, les anti-vaccins ont aussi un comportement finalement très en phase avec notre société hyper-privilégiée : on a l’impression que les maladies graves n’existent plus (grâce aux vaccins… douce ironie n’est-ce pas ?), on ne s’inquiète pas de savoir si notre comportement à un impact négatif sur le voisin et on voit le mal partout. On sait que notre système de santé est efficace et qu’on sera toujours soigné.

Ce qui me fait mal, c’est que les anti-vaccins ne prennent pas en compte les plus faibles : si la rougeole réapparaît, ce sont les bébés les plus jeunes, les moins costauds, qui vont en subir les conséquences les plus graves. Sans parler du risque que nous faisons courir à des populations qui, elles, n’ont pas accès aux vaccins. Je sais que je ne ferais pas pleurer dans les chaumières avec cet argument là, mais, honnêtement, voir des femmes se cogner des dizaines et des dizaines de kilomètres à pied pour faire vacciner leurs enfants dénutris sous une tente de médecins du monde, moi, ça me conforte dans l’idée que nous avons une chance folle qu

Aux Etats-Unis, où le mouvement anti-vaccin a pris beaucoup d’ampleur, des gens ont décidé de déconstruire leurs arguments à travers un documentaire fait maison, « Vaccine, calling the shots » (je ne l’ai malheureusement pas trouvé en français).

Ça fait réfléchir.

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

03 Juin 2016

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. E

    Emilie 03 Juin 2016 - 10:42 Répondre

    Voilà. Merci. 🙂
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 11:44

      Simple et efficace : tu reviens laisser un commentaire quand tu veux !!
  2. A

    Apolivia 03 Juin 2016 - 10:55 Répondre

    Ton point de vue n’est pas faux. Je ne peux par contre pas être en accord avec toi à 100%. Il est vrai que les vaccins ont une utilité mais il ne sont pas sans risque et je suis très bien placé pour savoir cela. Les lobies de l’industries pharmaceutique savent très bien s’y prendre pour étouffer les effets négatifs des vaccins.
    Ma cousine est handicapé moteur suite à sa vaccination contre la Rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR). Depuis ce gros problème, aucun enfant dans ma famille n’a eu le ROR et pour cause… J’ai donc eu les 3 maladies étant enfant tous comme mes frères et sœurs et cousins. et non, nous ne sommes pas morts ! Mes parents ont préféré prendre le risque qu’on ait la maladie et de nous en soigné plutôt que de prendre le risque qu’on finisse handicapé comme ma cousine.
    Alors oui, je suis d’accord avec toi, c’est un coup de loterie aussi bien en se faisant vacciné qu’en ne le faisant pas!
    Mais arrêté de dire que la vaccination est sans risque ! Je ne dis pas qu’elle est inutile, loin de là! Mais elle est RISQUE et elle reste un coup de loterie !
    Je n’est personnellement pas d’enfants pour le moment mais il est certain que mes enfants ne recevront que les vaccins vraiment obligatoire et le plus tard possible car il est reconnu que les vaccins sont d’autant plus risqué sur les enfants en fonction de leur âge et que donc plus ils sont grands, plus ils sont apte à lutter contre ces produits. Le ROR n’étant pas obligatoire, mes enfants n’en seront jamais vacciné, c’est certain!
    Pour conclure, je dirais que chacun est libre de faire ce qu’il veut mais c’est tellement mieux de le faire en toute connaissance de cause! Alors, oui les vaccins sont utile mais pas sans dangers!
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 11:39

      Je comprends bien ta situation. Evidemment, chacun est libre de faire ce que bon lui semble pour la santé de ses enfants et je peux tout à fait comprendre que tes parents, particulièrement touchés par ce sujet, aient choisis de ne pas faire vacciner leurs enfants. Toutefois, deux éléments confortent en réalité mon opinion (dans le respect de ton opinion à toi, bien sûr, personne ne détenant de vérité absolue sur ce sujet – au passage, merci de ton commentaire qui permet de débattre sans se jeter des cailloux !) : Vous n’avez, tes frères et sœurs et toi, pas été vaccinés contre les maladies ROR, les avez attrapé, et avez été soignés. Mais du coup, vous avez peut-être, sans le savoir, contaminé des personnes plus faibles que vous. La seconde chose sur laquelle je m’interroge, c’est le lien entre un handicap et ce vaccin, qu’aucune étude scientifique n’a jamais démontrée (attention ! Je ne dis pas que c’est faux, je dis juste qu’il n’y a pas de certitude).
      Quand à la loterie, oui, c’est de la loterie tant que 90 % de la population est vaccinée et qu’on vit dans un pays qui nous permet de « prendre ce risque ».
      Une fois encore, merci pour ton commentaire !
    • E

      Ebea 03 Juin 2016 - 11:45

      Ton discours se tient, tu connais une personne qui a développé une pathologie suite à une vaccination (le lien a-t-il été réellement établis? je ne parle pas de supposition, de croyance ou de certitude personnelle, mais bien d’un fait établi et reconnu médicalement…). Je comprends donc tes réticences. Par contre, tu n’es pas morte d’avoir fait la rougeole, les oreillons ou la rubéole… tant mieux et heureusement pour toi, tes parents et ta fraterie. Mais connais-tu le nombre de personnes que tu as contaminé (sans le vouloir bien évidemment, je ne te prends pas pour une serial killer !), le nombre bébés pas encore vacciné qui auront développé ces maladies, et qui, du fait de leurs très jeune ages, n’auront pas eu ta chance, celle de rester en vie ou de ne developper aucune séquelle? Tu parles du fait que les vaccins sont dangereux d’autant plus quand ils sont fait très tôt… tout comme les maladies qu’ils évitent. Sais-tu que l’un des médicaments les plus utilisé chez nous et chez nos enfants est aussi nocif pour notre santé sur le long terme?
      En bref, oui les vaccins sont risqués, les maladies aussi et le traitements basiques quotidiens aussi… Il n’existe aucun traitement, médicaments ou autre prévention à risque 0…
    • J

      03 Juin 2016 - 12:13

      pro ou anti-vaccin, j’ai l’impression que tous les commentaires prouvent bien que tout est une question de vécu.
      Si votre cousine était morte de la rougeole (car non vaccinée), vous seriez ici avec un autre discours, et vos enfants seraient vaccinés.
    • J

      Joana 03 Juin 2016 - 12:28

      J’aime beaucoup cette approche du problème, Jérôme. Je n’y aurait pas pensé, merci !
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 2:07

      J’aurais eu tendance à penser la même chose mais je constate que mon entourage compte malheureusement une personne gravement malade dont la dite maladie est la conséquence, selon une partie des spécialistes, d’un vaccin. Et pourtant ma fille est vaccinée. Parce que je persiste à penser que même si, peut-être, les vaccins peuvent être dangereux, ils le sont toujours moins que les maladies qu’ils combattent. La seule chose évidente, c’est que je me suis intéressée aux vaccins et à leurs conséquences de manière plus poussée que je ne l’aurais fait si je n’avais pas cette « proximité » avec le problème.
  3. E

    Ebea 03 Juin 2016 - 11:08 Répondre

    oulalaaaa !!!! Terrain miné !
    J’ai donné mon avis (favorable aux vaccins) une fois sur un autre blog… je me suis vue gratinée d’une archi-anti-vaccins qui ne m’a pas lâché la grappe une seconde, tentant de me remettre dans SON droit chemin, persuadée de détenir la vérité sur ce sujet parce qu’elle travaille dans le milieu médical…
    Bref, je suis une maman qui vaccine ses enfants et même que, en plus, ils ont droit aussi aux vaccins pas obligatoire. Bébés, les deux ont été vaccinés contre la gastro (tout simplement parce que le rotavirus pour un nourrisson est très dangereux) et maintenant ils sont également vacciné contre la méningite (tout simplement parce que cette maladie est HYPER contagieuse, vicieuse et mortelle). Je ne regrette rien…
    Je pense que la vaccination n’est pas seulement un acte personnelle, ce n’est pas seulement sa propre personne que l’on protège en se faisant vacciner, mais toute une population. Alors, quand j’entends une personne me reprocher d’inoculer des maladies à mon enfants et de risquer de lui coller des séquelles, j’ai bien envie de lui dire de me remercier au passage, car en prenant ces « risques », je protège aussi son enfant.
    C’est une chance que la médecine nous offre aujourd’hui, chez nous. Et nous, pauvre pays riche, on ose se payer le luxe de refuser cette chance.
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 11:43

      Ouais, terrain miné c’est vrai ! Mais en même temps, on est nombreux à se poser la question au moment des premiers vaccins, alors autant tout mettre sur la table et que chacun trouve, dans l’article ou dans les commentaires, les arguments qui sauront le convaincre de faire ou non vacciner son enfant.
      Sinon, on est du même avis, je n’ai donc pas grand chose à ajouter !
  4. T

    Tara B. 03 Juin 2016 - 11:39 Répondre

    Je souscris à tes arguments et la manière dont tu les développes, et applaudis des deux mains lorsque tu dis que les médecins sont peu ou mal informés (ce qui renforce la défiance). Lorsqu’un médecin à qui tu viens signaler une réaction allergique (j’ai un long passif vaccinal suite à un BCG fait trop tôt qui a durablement empêché mon système immunitaire de réagir autrement que par une forte allergie à toute vaccination) te dis « ah ben non, c’est pas possible, ce que vous me décrivez ça n’existe pas, ça ne peut pas être lié au vaccin » au lieu de le signaler aux autorités comme événement indésirable (ce dont il a l’obligation légale, non pas pour dénoncer les vaccins mais pour mieux suivre ceux qui ont malheureusement de vrais effets secondaires suite à une vaccination), tu finis par te dire que tu ne peux compter que sur toi-même pour essayer de savoir quoi faire.
    Au final mes enfants sont vaccinés, mais j’ai retardé le moment au maximum pour leur éviter mes allergies et je n’ai fait que ceux qui me semblaient absolument nécessaires. Tant qu’on ne disposera pas d’une information fiable et honnête, je ne serai malheureusement pas la seule à agir ainsi…
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 11:52

      Clairement, la fiabilité de l’information pose question et c’est pour ça que des gens hésitent à vacciner leurs enfants. Et si certains médecins ne jouent pas le jeu de déclarer les réactions, on n’est pas sortis de l’auberge !
    • P

      Pompon 04 Juin 2016 - 3:22

      Bonjour,
      C’est bien la 1ère fois que je laisse un commentaire sur un blog. Je suis jeune maman, on va bientôt faire les vaccins du 4eme mois et aussi … Pediatre! Vous avez raison on déclenche une réaction immunitaire après chaque vaccin, elle est variable en fonction des personnes et si vous avez eu des effets secondaires importants, rougeur, etc… C’est finalement que le vaccin à bien marché… C’est très gênant oui mais sur le fond et la protection recherchée, la finalité y est… Tous les médicaments et donc les vaccins aussi sont à risque! Mais concernant les vaccins recommandés, leur bénéfice individuel et collectif est tel que se poser la question de leur réalisation as ta mon avis absurde. 1/ on fait courir un risque parfois vital à son enfant notamment pour la rougeole (et pendant ma formation j’ai rencontré quelques mamans d’enfants encéphalopathes suite à la rougeole en détresse)
      2/ on va tout droit à la résurgence de ces maladies en leur permettant de se développer avec un risque comme le disait très bien Juliette encouru par les plus vulnérables … Si on y pense pas nous mamans, à montrer cet exemple à nos enfants, qui le fera???
      Après les vaccins non recommandés c’est un autre problème… Et pour information, il n’existe pas de traitement curatif contre la rougeole ou la rubéole par exemple, on traite les symptômes, on croise les doigts pour éviter les complications et on attend que le corps gagne son combat contre le virus…
      Sinon bravo pour ce joli article et plus généralement ce blog!!
    • J

      Juliette 04 Juin 2016 - 7:49

      Merci beaucoup de ce compliment final !
      Pour les vaccins, je suis bien sûr d’accord avec toi. Mais je dois dire que j’ai aussi choisi ce sujet pour entendre les arguments de chacun, et je suis super contente de lire des commentaires intéressants, avec de vrais argumentaires et surtout très ouverts à la discussion ! Que du bonheur !
  5. C

    Catwoman 03 Juin 2016 - 11:51 Répondre

    Le nombre de fois où j’ai bondi par rapport au vaccin contre la rougeole, je ne le compte plus … La maladie a fait également son retour en France « grâce » aux anti-vaccin contre la rougeole ! Perso, il me suffit d’entendre ma mère nous parler de nos rougeoles pour être absolument convaincue de la nécessité du vaccin : elle en garde de sacrés souvenirs, 30 ans après !

    Pour l’hépatite B, j’ai décidé de laisser les enfants décider par eux-même quand ils en auront l’âge : ce n’est pas franchement indispensable quand ils sont petits … Pour celui de la grippe en 2009, j’étais concernée : ma fille avait 6 mois à l’époque, j’avais reçu le courrier m’enjoignant de la faire vacciner. J’étais très partagée, le médecin ne me le conseillait pas franchement et finalement je ne l’ai pas fait. Je n’ai aucun regret, surtout quand on voit les suites sur certains enfants (et sachant que ma grand mère était atteinte de narcolepsie) !

    Personnellement, les vaccins qui ont fait leurs preuves, je les fais faire les yeux fermés. Mais quand, comme le coup de la grippe, on fait une campagne dans l’urgence, avec des vaccins sur lesquels on a aucun recul, là, je dis clairement Niet !

    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 11:57

      J’ai essayé d’être honnête de ne donner que les infos qui m’ont parues émaner de sources fiables. Hormis le vaccin contre la grippe, rien ne démontre que les autres vaccins soient dangereux. Mais la garantie n’est pas de 100 %, c’est certain.
      Mais je suis comme toi : la rougeole, on en meurt, même en France, pays privilégié s’il en est. Alors ce vaccin me paraît indispensable. Et comme toi aussi, je me méfie des nouveaux vaccins, je me renseigne, je lis à droite, à gauche… notre boulot de maman, quoi !
  6. S

    Savy 03 Juin 2016 - 3:06 Répondre

    Commentaire inutile sans doute car je suis plutôt sans opinion…Dans d’autres pays d’Europe également le lien entre vaccins et narcolepsie a été établi. Plusieurs centaines de personnes viennent de recevoir un dédommagement en Suède, et le problème existe aussi en Finlande d’après l’article http://vaccinationer.se/nyhetsinlagg/ny-studie-darfor-fick-barn-narkolepsi-av-vaccin/. Sinon, protéger les autres plus faibles, ne comprends pas l’argument. Si ton enfant n’est pas vacciné et les autres si, où est le problème? Si ton enfant non vacciné et les autres non plus, n’est ce pas la responsabilité exclusive de ses parents?
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 3:23

      En fait le problème c’est que certains enfants, les plus faibles, ne peuvent pas être vaccinés (parce qu’ils sont trop jeunes, déjà malades ou qu’ils ont des allergies). Du coup les enfants non vaccinés vont attraper les maladies et les leur transmettre. Et pour les enfants les plus faibles, les conséquences sont dramatiques. Sans compter qu’un enfant non vacciné peut également mourir de la rougeole.
      Le problème c’est que si trop de personnes ne sont pas vaccinées, il y a vite épidémie. Et une épidémie, non seulement cela tue les plus faibles de la société, mais ca s’exporte dans d’autres pays, moins équipes médicalement. Et c’est le drame.
      J’ai du mal à concevoir que l’argument selon lequel tu protèges les plus faibles ne soit pas convaincant. Mais ce n’est que mon avis.
      Et enfin, c’est de la responsabilite des parents, c’est vrai, mais il convient quand même de se demander ce qui est bon pour la société et qu’elle est la responsabilité commune sur ce sujet.
      Et non, ton commentaire n’est pas du tout inutile, loin de la ! Au contraire, n’hesite surtout jamais à commenter !
  7. A

    Anne-marie 03 Juin 2016 - 3:28 Répondre

    Article vraiment intéressant, j’apprecie ce point de vue mais j’avoue que pour ma part mon angoisse ne se situe pas là. Pour moi, la question n’est pas de savoir si un vaccin est « défini » comme dangereux par certaines études ou pas (c’est à dire que plus de X personnes ont eu des complications graves). D’ailleurs mon mari toujours très optimiste considère que si c’est sur le marché depuis X années, c’est qu’on peut avoir confiance. Certes, c’est un vrai débat et il est important que des collectifs de personnes mènent des études face aux laboratoires pharmaceutiques. Mais,au delà de ceux qui « seraient »declarés dangeureux, pour moi le problème du vaccin est justement sa définition de « dangereux ». Je ne suis pas d’accord qu’on puisse dire que « rien ne démontre que les vaccins soient dangeureux » … ça contredit le caractère même des vaccins, médicaments et tous les actes médicaux. Tout le monde reconnait, et les laboratoires eux-même, qu’il existe des risques (aussi minime soient-ils) et qu’une personne sur je ne sais combien aura une complication très grave, c’est comme ça. Il existe d’ailleurs des assurances pour ça ! Ce débat entre anti-vaccins et pro-vaccins m’agace donc un peu … car les deux clans voudraient que ce soit noir ou blanc ! Moi, mon problème est qu’à chaque fois que je fais faire un vaccin à mon fils, je ne dors par pendant 2 jours car c’est pour moi la roulette russe, pour autant je n’imagine pas ne pas le faire vacciner contre certaines maladies … Personne ne tient ce discours : oui un vaccin est un danger mais oui ne pas faire certains vaccins est dangereux et oui c’est un cas de conscience et une angoisse pour chaque parent, dans les 2 cas ! Personne n’a tort ou raison, c’est juste une question de « statistiques » mais, pour moi, du moment qu’il y a un risque de mort (même 1 seul) dans les 2 cas on ne peut pas blâmer ni les parents qui vaccinnent ni ceux qui ne vaccinent pas !
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 4:22

      Hum ! Je n’avais pas vu les choses sous cet angle ! Oui, c’est vrai.
      Ceci dit, je n’ai jamais vu un parent ne pas dormir après avoir donné un médicament rose connu à son enfant (même que beaucoup de parents n’attendent pas 6 heures entre chaque prise ou donnent plus que le poids de leur enfant ou, plus dangereux encore, alternent avec un autre médicament bien connu et interdit dans les services de pédiatrie), alors que le risque est probablement le même qu’avec les vaccins obligatoires (on parle de probabilité, pour les vaccins obligatoires, rien ne démontre leur dangerosité au-delà des risques allergiques).
      Alors oui, après chacun fait ce que bon lui semble, sauf que ceux qui ne vaccinent pas font courir un risque à d’autres. Et ça, c’est ennuyeux.
    • E

      Ebea 03 Juin 2016 - 4:46

      ah bah c’est bien de ce médicament rose dont je parlais dans mon précédent commentaire… Il suffit de lire les notices et leur paragraphes « effets non souhaité ». Tous les médicaments soignant (ou plutôt soulageant) un mal de crâne sont susceptibles de vous causer des céphalées, c’est le comble, mais c’est comme ça! Je ne pense pas que tout soit tout noir ou blanc. Pour moi il ne s’agit « que » de juger du rapport bénéfice/rique selon vos convictions, recherches, antécédents… personne ne prendra ce risque à votre place.
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 4:59

      oui, oui, c’est lui ! Ce flacon rose que beaucoup de gens donnent à leurs enfants comme un bonbon !
    • A

      Anne-marie 04 Juin 2016 - 6:12

      J’avoue ne pas comprendre le rapport de ce débat avec le fameux médicament rose … Mais quoiqu’il en soit ça rejoint bien ce que je disais, le risque 0 n’existe pas, que ce soit pour un vaccin, un médicament ou un acte medical – que le medicament rose ait des effets secondaires ne changera pas le fait que, à mon point de vue, dire qu’un vaccin est « sans danger » car aucune étude ne le prouve (question probabilités), c’est renier le caractère même du vaccin pour lequel un minimum d’accidents graves surviennent automatiquement chaque année pour lesquels les laboratoires payent des assurances, mais tout le monde l’accepte et joue le jeu en deça d’un certain seuil, et heureusement ! Mais du coup, ça reste angoissant ce jeu de la roulette russe. Par contre, je ne comprends pas l’argument selon lequel les non vaccinés font prendre un risque aux « plus faibles » : soit on est vacciné soit on ne l’est pas, la population prenant des risques est bien celle des non-vaccinés (dans laquelle il y a des faibles et des moins faibles, mais non-vaccinée tout de même). Le débat des parents qui doivent fournir des certificats pour l’entrée en collectivité est un faux débat, l’enfant malade n’est un danger que pour les autres enfants non-vaccinés dont les parents ont pris une decision qu’ils doivent assumer. Donc dire que ceux qui ne se vaccinent pas font courir un risque à d’autres est faux, puique les autres sont soit des vaccinés soit des non-vaccinés qui ont fait le même choix. Pour moi il n’y a pas de débat à avoir, le poids de cette décision n’a d’impact que sur l’individu et en aucun cas sur le collectif, même si moins il y a de vaccinés plus la maladie se repend certes … mais pourquoi donc les vaccinés ont-ils peur ? Les seuls qui doivent avoir ce raisonnement ce sont les pouvoirs publics. Mais je ne comprendrai jamais pourquoi les parents des enfants vaccinés prétendent que les anti-vaccins font prendre des risques à leurs enfants, avec pour conséquence un rejet de la société (crèche, école, …). Si mon enfant est vacciné pourquoi je mettrai la « pression » à un autre parent avec comme argument que son enfant est un danger pour le mien ?? Ça n’a aucun sens, chacun devrait être libre !
    • J

      Juliette 04 Juin 2016 - 7:42

      Une partie de la population n’est pas vaccinée, non pas par choix, mais parce qu’il est impossible de la vacciner. Je pense aux bébés tout neufs, à ceux qui sont malades, à ceux qui sont allergiques… Bref, oui, en ne vaccinant pas son enfant on fait courir des risques à d’autres. D’où l’obligation des vaccins en collectivité.
  8. S

    Savy 03 Juin 2016 - 5:14 Répondre

    Je ne savais pas que les enfants les plus petits ne pouvaient pas être vaccinés, c’est pour ça que je ne comprennais pas pourquoi la décision des uns sur ce sujet avait des conséquences pour les autres. Je comprends mieux.
    Après est-ce que le mouvement anti vaccin et si répandu en France?
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 5:22

      J’ai du mal à trouver des données certaines. Il y a cette page, peut-être :
      https://www.mesvaccins.net/web/news/6140-couverture-vaccinale-en-france-en-2014-un-bilan-contraste

      Mais comme il faut un taux de couverture énorme pour s’assure d’éviter l’épidémie ou même la réapparition d’une maladie, il suffit finalement qu’une personne sur 10 ne soit pas vaccinée pour que cela ait des conséquences importantes. Mais je n’ai pas de chiffres exacts, j’ai fait cet article parce que je me suis posé beaucoup de question sur les vaccins de Petite Chérie et que je connais des gens (des copains même !) qui n’ont pas fait faire de vaccins du tout à leurs enfants. D’ailleurs, à ce propos, ce serait hypra cool que les médecins cessent de faire de faux certificats médicaux pour des enfants non-vaccinés (oui je sais, rien à voir avec ton commentaire, mais je voulais trop le placer celui-là !! :))

  9. L

    Lauriane 03 Juin 2016 - 6:18 Répondre

    Bonjour je vous rejoint pour donner mon avis. Je trouve que certes certains vaccins ne sont pas indispensables mais nous avons la chance de vivre dans un pays développé ou la vaccination et une CHANCE après le choix revient aux parents , je ne suis pas vaccinée ROR mais j’ai reçu le vaccin de la méningite ( fait à l’école 😉 ) car la sœur de ma grand mère en a été atteinte petite au début des années 50 et a failli y passer … Ce choix reflète nos convictions, croyances, et surtout histoires personnelles .. Par contre je travaille dans le milieu médicale avec des personnes adultes polyhandicapés et autistes et le vaccin contre l’hépatite B est obligatoire . Pour éviter la transmissions de maladies comme nous le rapppele Juliette. Je me suis peut être un peu perdue dans ce commentaire mais jaimerais surtout exprimer que d’accord ou pas pour la vaccination nous devrions tous tomber d’accord sur le point que avoir le choix du vaccin est une chance . Bonne soirée à tous .
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 6:29

      Et bien je crois qu’on est d’accord ! Et même on est d’accord pour dire que tu sais faire passer ton message avec conviction !! Merci pour ce message enflammé !
  10. L

    Lauriane 03 Juin 2016 - 6:47 Répondre

    Oui je me suis peut être un peu emportée 😊 Et je comprend apolivia par rapport à sa cousine, dans l’établissement où je travaille un jeune homme et également polyhandicapé, né sans problème particulier et qui développe un handicap suite à in vaccin ( mais rien n’a été prouvé ) un autre résident réfugié kurde (ils sont arrivé dans les années 90) serait handicapé physique et men tal suite à une méningite mal soignée par un médecin turc (dixit les parents et aucun carnet de santé avant son arrivé en France ) . Je pense et par expérience que le handicap et tellement difficile à accepter pour les parents que « accuser » ( à ne pas prendre mal apolivia, je ne remets absolument pas en cause le handicap de ta cousine on certains diagnostiqués qui ont pu être posés ) un vaccin permet de mieux vivre avec ce handicap et au final de pouvoir l’accepter sans se sentir « coupable » .. J’espère ne choquer personne et ne vexer personne loin de moi cette idée .. 😊
    • J

      Juliette 03 Juin 2016 - 7:12

      Non, non, ne t’inquiète pas, tes propos sont parfaitement compréhensibles, quelque soit le drame qui peut arriver dans une vie, on a tous besoin de l’expliquer. Et effectivement, rien ne dit que la raison n’est pas un vaccin.
  11. S

    Savy 03 Juin 2016 - 7:14 Répondre

    C’est vrai que c’est difficile de prendre une décision en tant que parent (euphémisme!). Autant protéger les autres, surtout les plus faibles, doit entrer en ligne de compte lorsqu’on conduit par exemple, autant dans d’autres cas… peut-on donner la priorité aux autres par rapport à sa précieuse? Ça me paraît difficile. (sous entendu impensable!)

    Par exemple, si un vaccin contre la grippe est fortement recommandé par les autorités mais présenter un risque comme par exemple celui de la narcolepsie (oui je sais je me répète mais cet exemple est avéré!) doit-on faire vacciner sa fille parce qu’elle fait courir un risque aux autres plus faibles dans la rue? Qui sacrifierait son enfant à l’intérêt général? D’un autre côté, il ne faut pas demander non plus un faux certificat médical pour une sortie scolaire ou il faut être vacciné! Surtout si la sortie scolaire est dans une maison de retraite avec des petites vieilles dames fragiles!

  12. A

    Apolivia 04 Juin 2016 - 9:05 Répondre

    Je suis vraiment surprise des divers commentaires laissé suite à l’énoncé de mon histoire familiale. Je ne peux m’empêcher d’ajouter certaines choses et je me permet de glisser quelques liens pour ceux et celles que ça intéresserait.
    Avant tout, je me permets de préciser que je ne suis pas contre les vaccins. Je suis contre le fait qu’on vaccine systématiquement contre des maladies qui pour certaines n’existent plus ou quasi plus en France et cela sans informer les vaccinés des risquent que cela engendre.

    Car oui, les vaccins contiennent des substances extrêmement nocives pour l’homme comme le mercure, le plomb et bien d’autre. cf: http://vaccins-pour-ou-contre.blogspot.fr/2011/04/consequences-du-mercure-dans-les.html

    De plus, une personnes vacciné voit son immunité chuté pendant plusieurs semaines suite à l’administration de celui-ci. Et ce n’est pas un vaccin artificiel qui donne une vrai immunité contre une dite maladie. L’immunité d’un individu est entravé de manière générale suite aux multiples vaccins qu’il reçoit.

    Il a déjà été prouvé statistiquement que les vaccins ne sont pas toujours efficaces. cf: http://vaccins-pour-ou-contre.blogspot.fr/2011/03/faits-et-realites-sur-linefficacite-des.html ou encore http://vaccins-pour-ou-contre.blogspot.fr/search?updated-max=2011-03-22T02:52:00-07:00&max-results=7 ou encore http://vaccins-pour-ou-contre.blogspot.fr/2011/02/et-pourtant.html
    N’auriez vous pas peur finalement que vous, les vaccinés, contractiez une maladie alors que vous en êtes vaccinés. Les conséquences pour vous en serait alors grave car votre système immunitaire est plus faible et donc pas forcément paré à combattre la maladie.

    Aucun suivi des accidents liés au vaccin n’existe et n’est pratiqué en France. De plus, les médecins ont tous subit des lavages de cerveau à ce sujet et ne reconnaitront jamais même quand il s’agit d’évidence qu’un vaccin peut être la cause des problèmes de santé de vous ou votre enfant. Pour corser le tout, les effets néfastes d’un vaccin peuvent apparaître plusieurs années après son administration. Il est alors presque impossible de prouver un quelconque lien. cf : https://www.santenatureinnovation.com/danger-vaccin-enfants-vaccination-dangereuse/

    Enfin, je trouve qu’on sous estime le pouvoir des firmes pharmaceutiques. On oublie très volontiers que vacciner une population leur rapporte des milliards d’euros. Et qu’il est bien plus rentable pour eux qu’on soit en mauvaise santé plutôt qu’en bonne santé ! L’Etat nous a conditionné à passer obligatoirement par la case vaccin et pour cause ! cf : http://vaccins-pour-ou-contre.blogspot.fr/2011/03/le-conditionnement-de-letre-humain-la.html ou encore http://vaccins-pour-ou-contre.blogspot.fr/
    Les Vaccins sont responsables de milliers de maladies graves. Onze pays d’Europe ont abandonné l’obligation vaccinale mais pas la France. Pourquoi ?
    La vaccination est l’une des plus grandes escroqueries de notre époque en matière de santé.
     » Une population malade rapporte plus d’argent au système dit de santé publique qu’une population en bonne santé  »

    Pour finir, j’ajouterais qu’il est trop facile de croire que cela n’arrive qu’aux autres. Mourir de la rougeole est irrémédiable je le conçois mais passer sa vie entière comme un légume dans un lit, est ce vraiment mieux??? Faire l’autruche et enfoncer la tête dans le sable ne résout pas les problèmes! Si nous étions tous informés des statistiques réels des effets négatifs des vaccins (qui soit dit en passant n’existe pas), on regarderait les choses autrement.

    J’espère avoir pu vous donner quelques pistes d’information sur le sujet d’autant que beaucoup ont écrit ici n’avoir pas trouver d’articles à ce sujet. J’ajoute encore ce lien parlant particulièrement des effets néfastes du vaccin ROR : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/effets-du-vaccin-ror-des-parents-139406
    Bonne lecture à tous et à toutes

    • J

      Juliette 04 Juin 2016 - 7:47

      Je suis un peu ennuyée parce que les liens que tu fournis ne sont pas neutres et il me semble qu’ils doivent être pris avec précaution.
      Par ailleurs, si certaines maladies ont disparues en France, c’est justement grâce à la couverture vaccinale suffisante : si on arrête les vaccins, la maladie revient.
      Une fois encore, je comprends tes craintes eu égard à ce qui est arrivé dans ta famille.
  13. M

    Mémento Eve 06 Juin 2016 - 10:27 Répondre

    Un article qui fait forcément débat. Pour mon cas je suis entre deux. Je suis pour et contre les vaccins. Je n’arrive tout simplement pas à trancher. Pour le vaccin pour éviter la maladie et pour protéger les autres qui est de notre devoir de citoyen selon moi. Contre: je ne fais absolument pas confiance au laboratoire pharmaceutique. Étant cadre dans la fonction publique je vois manipule des chiffres au quotidien et je sais qu’il y a des choses que l’on ne doit pas dire au grand public. Dans mon domaine il s’agit juste de chiffre sur le bâtiment ce qui n’entraine aucun danger pour personne. Mais je reste convaincue que dans le domaine de la santé c’est la même chose. Concernant les études, elles montrent ce qu’on cherche pas le reste. Je suis surement un peu trop paranos en mode théorie du complot. Mais avec ce que je peux voir à mon niveaux j’ai de quoi.
    Deuxième raison, je consulte le même pédiatre qu’une amie. Les discours qui lui tient à elle sont radicalement différent de ceux qu’il me tient à moi…. Un peu compliquer de faire confiance dans ce cas. Donc pour le moment bébé est vacciné contre les obligatoires et le reste non.
    • J

      Juliette 06 Juin 2016 - 2:42

      Oui c’est un peu le position d’une majorité de parents aussi (du moins des parents de mon entourage) : ils sont partagés entre le fait que les vaccins leurs semblent indispensables mais que leur contenu est peut être potentiellement dangereux.
      Perso, je dis juste que les vaccins obligatoires sont, à mon sens, indispensables. Après, s’ils ne son pas obligatoires, je ne vois pas de souci à s’en passer. Ma fille a eu celui contre la gastro parce que, pour elle, le risque était important en cas de grosse gastro, mais j’en suis encore à faire des recherches sur d’autres vaccins pour son avenir et à peser le pour et le contre. Comme tu le fais, je pense qu’il faut être vigilant et réfléchit, mais je pense également que les vaccins sont une chance et un privilège.
  14. o

    oops 12 Juin 2016 - 7:11 Répondre

    Ma petite dernière a 18 mois, et elle n’a reçu aucun vaccin.
    Mes 2 « grandes » sont vaccinées (4 ans et presque 6 ans).
    Entre temps, j’ai juste eu l’impression que certaines grosses boites se payaient ma tronche sur le dos de la santé de mes enfants… et arnaquaient la Sécu au passage : impossible de trouver uniquement les vaccins obligatoires, ou à l’unité. C’est le pack avec 8 ou 10 vaccins, ou rien !!!
    Comment avoir confiance, quand il y a une telle manipulation, que l’intérêt général soit vraiment défendu par les fabricants de vaccins ?!!

    J’habite dans un petit village de montagne. Aucun médecin à la PMI depuis… Je n’en sais rien, mais depuis 3 ans que j’y suis, je n’en ai pas vu.
    Lundi, je vais faire 2h de route pour aller dans une petite ville où j’ai réussi à trouver les vaccins obligatoires + le ROR.
    Car il y aura la crèche à la rentrée, des voyages… alors j’ai tout mis dans une balance*, pesé le pour et le contre, comme dans cet article, et choisi ce qui me semblait le moindre risque. Et aussi le plus facile à gérer pour nous actuellement**. Mais je ne vais pas dormir pendant quelques jours, c’est certains : je n’ai jamais rien gagné à la loterie, alors qu’on enfile les problèmes comme des perles… J’en ai l’estomac noué rien qu’en l’écrivant.

    —-

    * comme pour l’accouchement à domicile, choisi pour ma 3è, car moins risqué pour moi et mes bébés-fusées. J’ai bien fait : la sage-femme est arrivé après la naissance ! Une route de montagne enneigée et verglacé, c’est plus risqué qu’un bon lit douillet (et les pompiers prévenus, et le soutien du gynéco : grâce à l’hélico des secours, il m’accueillait au bloc en 10 min en cas de pépin).

    ** Il y aura sans doute déscolarisation dans un avenir pas trop lointain pour nous, mais en attendant, la collectivité a ses règles, qu’il faut bien prendre en compte, et je suis comme toi tout a fait scandalisée par les falsifications des carnets de santé. Car on prive l’enfant, ses encadrants et ses soignants d’une information qui pourrait être vitale !!!
    Assouplir les règles de l’entrée en collectivité sur ce point me paraitrait judicieux pour tout le monde, car il y aura de toute façon des enfants non-vaccinés en collectivité.

    Franchement, c’est vraiment compliqué de se faire une opinion dans ce fatras d’informations. Mais c’est rendu encore plus difficile avec l’ingérence totale des fabricants. Je me sentirais mieux en tant que parent si je pouvais faire un choix librement (donc plusieurs vaccins accessibles dans toutes les pharmacies), sans la pression de la collectivité, et avec une information plus facilement accessible.
    Pourquoi pas avec un comparatif entre les différents pays européens, car ceux qui sont obligatoires ici ne le sont pas ailleurs et inversement !!!

    • J

      Juliette 12 Juin 2016 - 7:41

      Merci de ce commentaire très sage ! Même si je plaide pour que les enfants soient vaccinés, je ne trouve pas normal que les vaccins soient si « commerciaux » et que l’information donnée ne soit pas plus claire.
      Par contre, tu viens de donner une info de folie furieuse que je me dois de relever : tu as pris l’hélicoptère avec ton bébé ?! Mais c’est un truc de fou !! Tu veux pas nous raconter ça dans un article ?!
  15. o

    oops 13 Juin 2016 - 6:21 Répondre

    Et non, je n’ai pas eu l’occasion de prendre l’hélico : mon accouchement à domicile s’est très bien passé ! Dommage, hein ?!! 😛
    (« il m’accueillait » c’était au subjonctif… il faudrait remplacer par « il m’aurait accueilli », ce serait plus clair, non ? Je ne peux plus éditer et modifier !)
    Mais c’était prévu en cas de problème : on voit l’hélico des secours très régulièrement ici, pour tous ceux qui sont difficilement transportables même en ambulance (une route de montagne, ça tourne !), ou si le trajet est trop long (plus d’1h pour arriver aux urgences…)
    Donc je savais qu’en cas de problème (pour moi ou le bébé), on ferait un petit vol.
    Bon, je ne suis pas sûre que j’en aurais bien profité pour regarder le paysage, qui doit pourtant être magnifique, surtout en arrivant sur la Côte où se trouvent les hôpitaux… (j’habite dans l’arrière-pays niçois).

    Il n’est pas un peu bizarre, l’interligne, dans mon précédent commentaire ? Il s’agrandit, on dirait que j’ai écris un pavés !

  16. L

    Lou 26 Août 2016 - 2:24 Répondre

    Moi je suis tiraillée entre la vaccination et les anti vaccins… Au final je pense faire vacciner ma fille sur les vaccins obligatoires ( DTP et Cie) mais la raison va peut être paraitre bizarre…
    Si jamais ma fille choppe une des maladies pour lesquelles je les vaccinée, je me dit que de toute façon j’ai fait de mon mieux… Je veux aussi éviter que mon pédiatre (qui est pro vaccin ) et mon assurance me disent (bah voilà ç est arrivé parce qu’elle était pas vaccinée )
    Mais j aurais voulu que mon pédiatre me laisse le choix de la formule du vaccin pour que je fasse vacciner mon enfant maladie par maladie pour contrôler les effets secondaires ( d’abord DTP puis la suite). .. La on propose un vaccin contenant 6 maladies (!): comment un bébé peut il lutter contre autant de virus à la fois? Si il fait une réaction , on ne saurait pas dire quel virus en est la cause…
    • J

      Juliette 26 Août 2016 - 2:36

      Il semblerait que les vaccins « combines » soient aussi efficaces que les autres mais il est vrai que ce type de produit est conçu à des fins commerciales, on est bien d’accord.
      Je crois qu’en faisant vacciner ta fille, au moins avec les vaccins obligatoires,tu la protèges effectivement. Et je suis bien d’accord : décider de faire vacciner son enfant n’enlève pas toutes les incertitudes.
  17. C

    Courtney 30 Août 2016 - 4:48 Répondre

    Pas pire de se poser des questions APRÈS avoir vacciné un enfant qui n’a comme seule option que : Vous. Est-ce qu’il n’y aurait pas une sorte d’incertitude ou de regret là -dedans ?

    Le problème avec les vaccins est qu’ils ne sont pas sûrs a 100%. En fait, les stats varient entre 67 cas sur 10000 de reaction anormale et d’autre chose. Vous me direz que rien nest parfaitement sûr. Mais est-ce une bonne raison de prendre des risques inutiles ?

    Des vaccins tels le Trivirix qui causait beaucoup de cas de méningite (retiré du marché) ou le Prevnar bani au Japon parce qu’incompatible avec la population.

    Versus le système immunitaire humain : 30 millions d’années à mettre au point, antigène spécifique et garde la race humaine en vie depuis….

    Quand vous savez que la polio et la variole ont disparu (du moins au Canada) vous prenez tout de même le risque d’accident vaccinal pour ces deux vaccins ? Pourquoi, pour protéger les autres ? De quoi, ces maladies n’existent a proprement parler plus.

    Ah non j’oubliais qu’on ne vaccine plus contre la variole. Pourquoi pas, tant qu’à y être s’il n’y a pas de risque ? On ne sait jamais…

    C’est l’intérêt public versus celui d’un enfant qui depend de vous. Pourquoi ne pas le laisser choisir si c’est une affaire de solidarité sociale ? Je donne pas les sous de mon voisin a la charité alors pourquoi donner la sante de nos enfants pour le prétendu bien commun ?

    Bref il y a une raison pourquoi l’information est masquée, parce quand on la connaît on ne veut pas faire vacciner ses enfants.

    Voici la partie masquée : Risque de la maladie versus risque du vaccin. Telle nous est présentée l’équation. La vraie equation est la suivante : Risque de la maladie * risque de la contracter versus risque du vaccin.

    La polio est bien terrible quand on l’attrape, mais puisque le risque est nul, c’est inutile a moins de croire en le bien commun de se protéger d’une épidémie si la maladie revient un jour. Clairement ce n’est pas mon cas et je ferais alors la file pour vacciner ma famille.

    C’est le même raisonnement que les dommages collatéraux lors d’un bombardement. Pourtant ça c’est inacceptable, mais les accidents vaccinaux ça passe encore.

    • J

      Juliette 30 Août 2016 - 10:28

      Les « réactions anormales » dont tu parles, il me semble, prennent en compte des effets secondaires non-prévus mais pas forcément graves.
      La polio a disparu dans certains pays seulement : ce sont des pays industrialisés dans lesquels les gens voyagent. Le risque de réapparition existe donc. Cette maladie existe toujours. Dire que le risque est nul est non seulement faux, mais également dangereux puisqu’une maladie ne disparait jamais totalement :
      « L’élimination de la poliomyélite a été prononcée en juin 2002. Suite à la découverte de PVS1 dans les eaux usées d’Israël puis à la survenue de cas confirmés en Syrie, l’ECDC (European Center for Disease Prevention and Control) a évalué le risque d’importation de poliomyélite en Europe. Si ce risque a augmenté, il reste toutefois limité au vu des couvertures vaccinales élevées dans les pays européens. Une vigilance accrue est néanmoins nécessaire, et les recommandations de l’ECDC sont les suivantes :
      les états européens doivent en priorité évaluer la couverture vaccinale vis à vis de la poliomyélite au niveau national et locorégional et identifier d’éventuels groupes de populations vulnérables, en particuliers non ou mal vaccinés. Les états ayant une couverture vaccinale inférieure à 90 % doivent mettre en place des mesures visant à son amélioration ;
      les recommandations vaccinales doivent être rappelées pour tout voyageur se rendant dans les zones endémiques et ou une reprise de circulation de poliovirus sauvage est avérée ;
      les pays limitrophes ou accueillant des réfugiés syriens doivent renforcer leurs systèmes de surveillance des entérovirus (humain et environnemental), et au niveau européen cette même surveillance doit être également renforcée ;
      les états européens doivent convenir ensemble d’un plan opérationnel de mise à disposition de vaccins dans l’éventualité d’une reprise de transmission de PVS en Europe ».
      http://invs.santepubliquefrance.fr/fr../Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Poliomyelite/Points-de-situation/Point-de-situation-sur-la-poliomyelite-en-France-suite-a-la-circulation-de-poliovirus-sauvages-en-Israel-et-en-Syrie-au-12-11-2013

      Ton raisonnement sur le bien de son propre enfant contre le bien de la communauté est étonnant. En effet, saches que si les enfants non-vaccinés ne sont que très peu sujets aux maladies concernées par les vaccins, c’est parce que le taux global de vaccination dans le pays est suffisant pour maintenir en sommeil d’éventuelles épidémies : je vaccine mon enfant, ce qui le protège, mais ce qui protège également le tien. En protégeant mon enfant, je protège également sa mamie fatiguée, son petit frère prématuré, son papa malade et affaibli… (j’invente hein, mais c’est l’idée). Donc oui, je protège mon enfant, ma famille, et les autres. Et quand je dis que je protège ton enfant, ce n’est pas une illusion puisque je voyage beaucoup avec ma fille qui sera scolarisée cette année : si elle n’était pas vaccinée, le risque qu’elle transmette à ses futurs petits camarades existerait, et il sera trop tard pour vacciner les enfants des autres.
      L’argument de solidarité et d’altruisme ne convainc donc pas ceux qui profitent de la solidarité des autres. Pour autant, l’argument premier est bel et bien la santé de ton enfant à toi.

  18. S

    Sam 01 Mai 2017 - 3:30 Répondre

    Trés instructif…
    Que pensez-vous du vaccin contre la meningite C ?
    Merci
  19. B

    Brisson 26 Jan 2018 - 3:38 Répondre

    Bonjour
    Je ne connais pas la personne qui a écrit le message , il a l’air énormément calé par rapport à moi moi je suis juste une maman soucieuse du bonheur venir de mon enfant, mais en tout cas une chose est sûre c’est que j’ai 2 enfants de 26 mois des jumeaux mon fils a beaucoup été malade pendant un an et demi et il est sûr que je réfléchis beaucoup avant de faire des vaccins de plus je n’ai pas eu de souci avec les vaccin en particulier pour ceux que j’ai fait !mais quand je vois qu’il y a des bébés qui son devenu autiste quelques jours après l’injection/ ou autres problèmes bien plus grave je suis en droit en tant que maman de me poser des questions d’avoir peur je trouve que la personne qui écrit le texte est très dur vis-à-vis des gens qui sont non pas anti vaccins mais qui se pose des questions et qui ont la peur au ventre pour leurs enfants. Car moi c’est ce qu’il en est je suis terrorisée à faire le vaccin. Je sais très bien qu’il y en a qui sont nécessaires mais il y en a aussi qui sont dangereux. C’est facile de dire qu’il faut faire les vaccins quand on n’a pas été confronté à des problèmes de santé d’un enfant ou la mort de son enfant. Je je ne suis pas une maman phobique de la maladie ou des problèmes de santé mais mais j’entends souvent qu’il y a des problèmes avec les laboratoires pharmaceutiques avec les grosses multinationales qui les tiennent alors oui j’ai peur j’ai peur j’ai peur de ce système mais je le répète je ne suis pas anti vaccin
    Merci bonne journée

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *