Grossesse et Accouchement

Le forceps en accouchement : une pratique courante pour faciliter l’expulsion

Par camille , le 9 décembre 2023 , mis à jour le 12 janvier 2024 — tous - 5 minutes de lecture
Mrjtolm0g2gbqmx9lnkd jpeg

L’accouchement est un événement majeur dans la vie d’une femme et de son nouveau-né. Toutefois, parfois des complications surviennent lors de l’expulsion du bébé, nécessitant l’utilisation d’instruments tels que les forceps ou les ventouses. Cet article vous informe sur l’usage du forceps : qu’il s’agisse de ses avantages, de ses risques ainsi que les alternatives à sa mise en œuvre.

Le forceps en obstétrique : une aide instrumentale au service de l’accouchement

Le forceps a été conçu comme un outil permettant d’aider à l’extraction instrumentale du fœtus lors de l’accouchement. Il s’agit généralement d’une paire de spatules courbes qui sont insérées dans le vagin afin de saisir fermement la tête du bébé et exercer une traction pour faciliter la descente de celle-ci dans le bassin maternel.

Ainsi, il est principalement utilisé lorsque l’accouchement n’est pas achevé malgré une dilatation complète du col utérin et la présence d’un bon apport en oxygène au niveau du cerveau fœtal, notamment grâce à la péridurale et à la prise en charge adéquate des dysfonctionnements nerveux (nerfs honteux notamment).

Pourquoi utiliser le forceps ?

  1. Facilitation de l’expulsion : Le forceps permet d’exercer une traction sur la tête du bébé et d’ainsi faciliter la descente de celle-ci dans le bassin maternel.
  2. Protection du nouveau-né : L’utilisation du forceps peut contribuer à protéger le bébé contre les risques potentiels liés à la compression du cordon ombilical ou au manque d’oxygène lors de l’accouchement, notamment dans les cas où la péridurale n’a pas été suffisamment efficace pour assurer un bon apport en oxygène.
  3. Réduction des efforts maternels : Une utilisation judicieuse du forceps peut contribuer à réduire les efforts poussés exercés par la mère lors de l’accouchement, ce qui est particulièrement important si cette dernière présente des problèmes de santé tels qu’une hypertension artérielle ou une cardiopathie.

Les risques associés à l’utilisation du forceps pendant l’accouchement

Malgré ses avantages, l’utilisation du forceps n’est pas exempte de risques, tant pour la mère que pour le bébé. Il est important de bien peser ces risques avec les bénéfices, puisqu’ils peuvent être sources de nombreuses complications.

Risques pour la mère

  • Déchirures vaginales : L’utilisation du forceps peut provoquer des déchirures vaginales chez la mère, en particulier si la spatule n’est pas correctement positionnée ou si une traction trop importante est exercée.
  • Malaises post-partum : Certaines femmes éprouvent un inconfort voire des douleurs après l’utilisation du forceps, qui peuvent durer plusieurs jours ou semaines et nécessiter une prise en charge médicale appropriée.
  • Infections : Les déchirures vaginales entraînées par le forceps augmentent le risque d’infection chez la mère, notamment au niveau de la plaie.

Risques pour le bébé

  • Traces sur le crâne : L’utilisation du forceps peut laisser des marques temporaires sur le crâne du bébé, mais elles disparaissent généralement quelques jours après la naissance.
  • Blessures diverses : Le forceps peut causer différentes blessures aux niveaux de la peau du crâne, du visage, du cuir chevelu ou des yeux du bébé. Ces blessures sont généralement mineures et guérissent rapidement.
  • Traumatismes nerveux : Dans de rares cas, l’utilisation du forceps peut provoquer des lésions nerveuses chez le bébé, avec des conséquences potentielles sur son développement moteur ou cognitif ultérieur.

Les alternatives à l’utilisation du forceps

Si l’usage du forceps ne paraît pas adéquat, il existe d’autres options en matière d’accouchement instrumental. Parmi ces alternatives figurent notamment :

La ventouse obstétricale

La ventouse est un instrument qui se compose d’un disque souple en plastique ou caoutchouc et d’une poignée permettant d’appliquer une succion sur la tête du bébé. Cette succion permet de guider le fœtus à travers le canal vaginal, facilitant ainsi l’accouchement. Moins invasive que le forceps, la ventouse présente toutefois certains risques similaires, tels que des traces temporaires sur le crâne du bébé.

Les spatules de Thierry

Les spatules de Thierry sont une alternative moins connue au forceps, consistant également en deux instruments courbes insérés dans le vagin afin de mieux saisir la tête du bébé. Ces spatules exercent une traction différente de celle du forceps, limitant les pressions sur le crâne de l’enfant et réduisant ainsi les risques de blessures liées à la technique médicale).

Faire le choix adapté pour l’accouchement

Ainsi, il apparaît que l’utilisation du forceps en accouchement, bien qu’elle soit une pratique courante en obstétrique, présente des avantages indéniables mais également des risques non négligeables tant pour la mère que pour le bébé. Il est donc essentiel de discuter avec son professionnel de santé des différentes options possibles et de leur adéquation à votre situation spécifique afin de faire un choix éclairé et personnalisé.

Cela vous permettra de partir l’esprit plus tranquille vers cette étape importante qu’est l’accouchement, en ayant l’assurance de bénéficier des meilleures techniques médicales adaptées à vos besoins et ceux de votre enfant.

User avatar

camille

Je suis Camille, une maman passionnée résidant à Toulouse. Mon amour pour la maternité et les bébés m'a conduit à partager mes expériences et mes connaissances sur ce blog. Mon cœur bat pour l'allaitement maternel et la parentalité active. J'aime créer des articles sur la façon de tisser un lien fort avec votre bébé dès le début, ainsi que des conseils pour vivre une grossesse épanouie.