Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse33
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • 0-6 mois12
  • Allaitement10
  • Shopping10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

I got the baby blues, et c’est moins cool que tu crois

7 réponses • 5 min • • 11 Mai 2015

Viens par ici je dois te parler. D’un truc sérieux.

Je viens te parler du baby blues. Celui qui vient après la grossesse. Et pour qu’on soit claire toi et moi, je te parle du « petit » baby blues, celui qui finit par passer sans trop de mal, même si ça te paraît le bout du monde, on est d’accord, pas la belle grosse dépression post-partum qui fait bien mal par où elle passe. Parce que ça j’y connais rien et j’ai pour principe de ne pas avoir d’avis sur ce que je ne connais pas (tu noteras comme je suis bien élevée).

Et si j’ai décidé ce matin en me levant qu’aujourd’hui toi et moi on allait discuter sévère, c’est parce que personne ne m’avait prévenue.

Bizarrement. Je dis bizarrement parce que quand moi j’ai commencé à dire que je me sentais moyen-moyen, la moitié de mes copines voyaient tout à fait de quoi je parlais, vu que ça avait été pareil pour elles. Sauf qu’elles n’en avaient pas parlé. Mais moi tu me connais, te cacher la vérité j’y arrive pas.

Enfin je dis « la vérité », alors que je devrais plutôt dire « ma vérité » parce que je ne sais pas si le baby blues c’est pareil pour tout le monde, donc on va partir du principe que je vais juste te raconter comment c’était pour mes copines et moi, et comme ça, si c’est pareil pour toi, tu sauras que non, tu n’es pas la principale victime de l’univers tout entier. Et que tu es encore moins une mauvaise mère, rapport qu’un jour on parlera de ce qu’est une mauvaise mère et tu verras que toi, meuf, t’es la meilleure mère du monde.

Le jour où mon bébé est arrivé dans nos vies est une journée qui a filé à la vitesse de l’éclair. Il me semble que j’étais aussi heureuse et fébrile qu’on puisse l’être dans ces circonstances un poil exceptionnelles. Pareil le lendemain. Jusque-là tout allait bien. Mais le matin du troisième jour, à défaut de séparer la Terre et les eaux, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas à la portée de tout le monde, je me suis sentie vaguement triste. Et de plus en plus triste en fait. Et même quand toute ma famille est venue remplir les 4 mètres carrés de ma chambre de maternité.

Et même quand l’Homme a apporté 15 kilos de Kinder.

Et cet état qu’il m’est aujourd’hui encore difficile de définir a finalement duré 15 jours. Pendant ces 15 jours, je peux te dire que je pleurais beaucoup, que je ne savais pas pourquoi, que mon bébé a toujours été pour moi la plus belle chose du monde.

Alors si toi aussi tu vis un truc qui y ressemble, ou si ça t’arrive un jour, voici ce qui m’a aidée (un peu) :

  • Quand une copine dont je ne soupçonnais pas qu’elle ait pu subir un baby blues tellement elle avait l’air cool à la naissance de son fils, m’a avoué qu’elle avait pleuré 1 mois entier et que même, comble du comble de l’étonnement, elle avait un jour dit à son mari « Je crois qu’on n’aurait pas dû avoir d’enfant. » Sur le coup ça m’a paru horrible, mais d’abord elle n’a jamais cessé d’aimer son bébé et de prendre soin de lui, ensuite, son mari a pu mesurer la situation et l’aider.
  • Quand un pédiatre qui passait par là m’a dit qu’il savait ce qui se passait dans ma tête et que non, je ne traumatiserais pas mon bébé parce que je n’avais pas le moral pendant quelques jours. Un peu flippant mais véridique, c’est exactement ce qui se passait dans ma tête : « j’ai le bébé le mieux de la Terre et il mérite une meilleure maman que moi qui ne sait même pas en profiter ».
  • Quand on m’a prescrit des compléments alimentaires type acide folique, fer, etc. et que deux jours après je gambadais à nouveau dans un champ de pâquerettes. Parce qu’apparemment, le manque de tout ça peut te conduire à avoir le moral qui dégringole.

Conseils n°1 et 2.

Ne crois pas que tu sois la seule à connaître ça (même Alessandra Sublet, s’te plaît !) et balance que ça va pas à ta famille, à tes amis, à ton médecin, bref, à ceux qui peuvent t’aider (oui, parce que toute seule tu vas galérer plus et que ça sert à rien).

Conseil n°3.

C’est une réaction saine que de s’interroger mais ne pense pas que ton bébé sera malheureux comme les pierres parce que tu pleures une semaine.

Conseil n°4.

N’attends pas que « ça passe », vas direct voir quelqu’un. Moi c’était mon médecin, mais si ça se trouve toi un acuponcteur, un bon massage ou une virée chez monop’ et BAM t’es guérie !

Sinon parmi mes copines y’en a une qui nous a quand même fait le plan de ne pas vouloir sortir de la mater tellement elle pleurait. Elle pensait qu’elle était la pire maman du monde et qu’elle ne saurait pas s’occuper de son bébé. Niveau baby-blues elle était au top. Et maintenant sa fille pète le feu et même que ma copine, c’est une maman super.

Alors surtout, surtout, surtout, n’arrête jamais de penser que tout va bien aller et que t’es une maman au top, je t’en supplie.

Et vous, vos copines, elles pleurent beaucoup ?

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

11 Mai 2015

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. J

    Julie 11 Déc 2015 - 10:29 Répondre

    J’espère y échapper cette fois au baby blues (on peut rêver non ???).
    Pour ma 1er accouchement j’ai passé 5 jours a l’hopital.
    5 jours donc… Et qui a « gentiment » attendu d’être à la maison pour déclencher son baby blues ??? Eh oui… personne n’est parfait…
    J’ai bien dû attendre une dizaine de jours avant de passer à la pmi… qui n’a rien fait sur le moment mais m’a envoyé une puéricultrice à la maison quelques jours après pour faire le point.
    Bilan : ne pas se stresser sur l’allaitement qui ne fonctionnait pas. En stressant je stressais bébé qui pleurait, ne mangeait pas et ne dormait pas bien non plus. On est passé au biberon et oh miracle, Tout le monde est allé mieux en quelques jours.
    Ça tient souvent à pas grand chose mais on a tellement le nez dedans qu’on ne voit rien alors une seule règle : en parler et de mer de l’aide.
    Je compte sur vous pour me le rappeler dans quelques mois !!!
    • J

      Juliette 14 Déc 2015 - 10:02

      Demander de l’aide ! C’est la seule solution pour survivre !!
  2. J'ai essayé l'allaitement : chronique d'un joli ratage... – Baby Factory
  3. Tu l’as vu, toi, l’instinct maternel ? – Baby Factory
  4. A

    Aurélie 27 Avr 2016 - 12:03 Répondre

    Je dois accoucher début août et franchement…c’est ma grosse hantise ce baby blues ! Fraîchement débarqués a la campagne loin de tout je n’ai plus ni amies ni famille à disposition (ce n’était pas un choix de ma part)… Je déprime déjà maintenant alors j’ai franchement peur pour la suite.
    Alors si vous avez des conseils vous qui êtes passées par là, je suis preneuse ! Et merci pour vos articles, on se sent moins seules !!
    • J

      Joana 27 Avr 2016 - 7:29

      Aurélie, je comprends, j’avais la même hantise ! Moi j’avais lu que faire une cure d’oméga 3 peut aider. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais ça vaut le coup de tenter ! Il y a un article sur le sujet qui traîne. Bon courage pour les derniers mois !
  5. A

    Aurélie 27 Avr 2016 - 8:13 Répondre

    Merci 😉

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *