Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse33
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • 0-6 mois12
  • Allaitement10
  • Shopping10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Donner le biberon à son bébé, on a le droit !

56 réponses • 10 min • • 26 Oct 2016

Les mamans qui donnent des biberons à leurs merveilles sont très attaquées. Au moins autant que celles qui allaitent. Sauf qu’allaiter comme ne pas allaiter, cela ne regarde ABSOLUMENT PERSONNE.

Non seulement je ne permettrais à personne de me dire comment je dois nourrir ma fille, mais je n’ai jamais sollicité le moindre conseil sur le sujet : j’ai un jour décidé ne plus l’allaiter, et je ne regrette pas ce choix qui était le bon choix. Je ne demande pas si c’était le bon choix, j’affirme que oui, c’était le bon choix. Ce que les autres en pensent ? Les autres n’ont pas à en penser quoique ce soit, cela ne les concerne ni de près, ni de loin. Il s’agit de mon corps, de mon bébé, et de notre bien être à tous les deux. Et je m’occupe moi-même de ces choses-là.

Pourquoi les gens sont-ils si concernés par la manière dont je nourris mon enfant ?

Je veux dire, on dirait qu’en donnant un biberon de lait à mon bébé je l’empoisonne. Oui c’est moins idéal que mon lait à moi. OK. Mais quand on donne un verre de jus de fruits à un enfant, personne ne débarque en hurlant qu’un verre d’eau c’est meilleur pour la santé. Et pourtant, tu sais à combien de morceaux de sucre correspond un verre de jus de fruits ? Même bio ? Pourtant c’est comparable, non ?

Les gens qui jugent les mères qui n’allaitent pas brandissent des études, beaucoup d’études.

Or, les études disent seulement que le lait maternel est mieux composé que le lait infantile. Ce dont on se serait bien douté sans qu’on nous le dise.

Oui, mais c’est l’OMS qui le dit…

L’OMS recommande un allaitement au sein exclusif jusqu’à l’âge de six mois minimum puis avec une alimentation mixte jusqu’à l’âge de deux ans au moins. Ce qui est un sacré raccourci si on ne précise pas un peu le contexte de cette recommandation.

Parce qu’en fait, que dit l’OMS exactement ?

L’allaitement exclusif au sein diminue la mortalité infantile imputable aux maladies courantes de l’enfance, comme les diarrhées ou les pneumonies, et il accélère la guérison en cas de maladie. Il contribue à la santé et au bien-être des mères, aide à espacer les naissances, réduit le risque de cancer ovarien ou mammaire, augmente les ressources de la famille et du pays. C’est un moyen sûr et écologique d’alimenter l’enfant.

Déjà, je tiens à préciser que pour ce qui est du bien-être des mères, je ne vois pas sur quoi se base l’OMS pour affirmer ça. Les mamans qui donnent le biberon ne me paraissent pas beaucoup moins bien dans leurs escarpins que les autres, et mesurer le bien-être, c’est quand même compliqué je pense.

Pour la santé des mères je ne sais pas, et ce serait peut-être là une information vraiment essentielle à diffuser mais je n’ai pas mis la main sur une seule étude sérieuse sur le sujet. Ceci dit je suis sans doute passée à côté. Donc si quelqu’un a un truc fiable, qu’il lève la main bien haut dans les commentaires, parce que si c’est vrai, c’est très important (un truc fiable, ce n’est pas un article de journal qui dit « peut-être que… », on est d’accord !).

Pour l’espacement des naissances il y a d’autres méthodes (parfois moins naturelles, je le concède !), et je ne suis pas certaine que l’allaitement soit une méthode sans faille, mais admettons.

Et pour ce qui est de l’augmentation des ressources de la famille et du pays, je travaille, je paie des impôts, tout va bien, merci.

Pour en revenir au sujet, rappelons-nous ensemble que les recommandations de l’OMS visent tous les pays du monde, ce qui signifie donc qu’elles visent majoritairement des mères qui n’ont pas accès au lait infantile, ni aux vaccins. Et elles visent aussi des mères qui ont un accès extrêmement difficile à l’eau potable et à la médecine en général. Dans ces conditions, effectivement, allaiter les bébés est vital pour eux : l’eau non-potable provoque des diarrhées et même des pneumonies, et, plus évident encore, le lait maternel permet d’éviter la malnutrition. C’est vrai. Mais est-ce forcément vrai pour moi, qui vis dans une capitale européenne pourvue d’un accès aisé à l’eau minérale en bouteille, qui peux consulter un pédiatre dès que ma merveille tousse et qui peux acheter du lait infantile de qualité ?

Je trouve qu’on ne peut pas généraliser les recommandations de l’OMS tant la situation des mères à travers le monde est diverse.

D’autant qu’une fois encore, aucune étude ne démontre, à ma connaissance, que dans les conditions de vie qui sont celles d’un bébé né en France en 2016, la santé de celui allaité soit différente de celle de son camarade non-allaité. [Sauf qu’on entend dire plein de trucs et que j’ai un peu la trouille de passer à côté d’une étude sérieuse qui démontrerait, entre autres, que pour les merveilles prématurées, le lait maternel est vital. À vrai dire, si c’est vrai, je recevrais l’information avec beaucoup de plaisir parce que si de vraies études sur le sujet existent, elles doivent être partagées. Mais je n’arrive pas à trouver un document sérieux sur lequel appuyer le fait que l’allaitement sauve des vies, en France (les commentaires sont à toi, n’hésite pas !), ce qui m’amène à me poser des questions.]

Selon moi, même, une des autres recommandations de l’OMS sur le sujet m’indique à quel point nous sommes loin d’être le public visé : l’OMS recommande de ne pas donner d’eau à un bébé allaité. Pourquoi ?

En donnant de l’eau aux nourrissons, on les expose au risque de diarrhée et de malnutrition. Il arrive que l’eau ne soit pas propre et transmette des infections à l’enfant. Cela peut aussi l’induire à boire moins de lait maternel, ou à interrompre prématurément l’allaitement, ce qui peut être une cause de malnutrition.

Des risques propres à beaucoup trop de pays dans le monde, mais pas ici. En France, on peut donner de l’eau à un enfant en toute sécurité. Et sans risquer la malnutrition (pour ce qui est d’interrompre prématurément l’allaitement, même si c’est sans doute vrai, j’imagine que si tu donnes de l’eau à ton bébé en plus de l’allaitement, c’est qu’il a besoin d’eau, donc…).

Tu l’as compris, je plaide pour que les mères, qu’elles nourrissent leurs enfants au sein ou au biberon, se sentent libres de faire ce que bon leur semble, avec les informations les plus fiables, et les plus utiles possibles.

Allaiter, ça doit être chouette, vu que celles qui le font disent que, malgré des moments compliqués, c’est cool. Je les crois et je pense même que si un jour une autre merveille se pointe, je re-tenterai l’expérience.

Toutefois, je suis atterrée d’entendre des termes comme « promouvoir l’allaitement »

En France, a-t-on besoin de « promouvoir » l’allaitement ou doit-on plutôt informer et accompagner celles qui font ce choix ? Parler de promouvoir l’allaitement, c’est comme faire une campagne pour la sécurité routière, comme crier très fort que celles qui n’allaitent pas se trompent. Or, personne ne se trompe. Alors, nan, à mon sens, il n’y a rien à promouvoir. En revanche oui, il y a beaucoup à faire en matière d’accompagnement des mamans qui allaitent leurs bébés au sein et qui se retrouvent très vite seules face aux difficultés qu’elles peuvent rencontrer (mais dans ce cas, t’inquiète, Baby Factory est là pour toi).

Moi, j’aimerai que tout le monde vive bien ce choix, qu’il soit d’allaiter au sein ou d’allaiter au biberon, mais quand on me dit qu’il faut « promouvoir » l’allaitement parce que c’est un sujet de santé publique, j’ai l’impression qu’on se trompe de pays, d’époque, ou de combat.

Le sujet que cela peut soulever, c’est celui de l’information, effectivement. Il est dommage qu’il faille que ce soit Joana qui te parle des poussées de croissance et pas ta sage-femme ou ton pédiatre, c’est évident. Mais d’abord je suis sure qu’elle le fait bien mieux qu’ils ne le ferraient (hé, hé, toujours flatter l’adversaire !) (Joana, je t’aime).

On m’a beaucoup parlé du lobbying de l’industrie du lait. Et à peu près tout est vrai : l’industrie du lait marche comme n’importe quelle industrie commerciale, elle fait des cadeaux, elle parle aux parlementaires, elle fait de la pub. Comme tous les gens qui vendent un produit. Et en France, le lait, c’est un produit. Je suis d’accord, ce n’est pas bien, mais je ne serais pas d’accord pour les empêcher de vendre leur lait : moi je l’achète, ce lait. Par contre, je rejoins clairement certains de nos lecteurs qui s’insurgent contre les méthodes utilisées qui ne sont pas dignes du produit particulier qui est vendu. C’est un peu le même combat avec le lobbying pour la vaccination.

Alors pourquoi la société est-elle si ambivalente sur le sujet ?

Déjà, la première question est celle de savoir pourquoi l’allaitement est-il devenu à ce point un enjeu. Je veux dire, je n’ai jamais vraiment répondu à la question « Tu vas l’allaiter ? », parce que j’ai toujours considéré que cela ne regardait personne. On trouve normal que les gens ne révèlent pas le prénom de leur bébé avant la naissance mais pas que je ne dise pas si je veux ou non allaiter. Mais si je réponds « non, je ne veux pas allaiter », on va me demander pourquoi. Or, personne ne demande pourquoi à une mère qui allaite. Le biberon est perçu comme « un choix par défaut ». Et il est quand même assez choquant de constater qu’à l’heure où on pourrait estimer que les femmes françaises sont à peu près libres de disposer de leur corps, si elles décident de donner le biberon, elles sont immédiatement soupçonnées de ne pas faire au mieux.

Ensuite, la seconde question est de comprendre comment une société qui prône ouvertement l’allaitement maternel, peut également penser qu’une femme qui allaite doit le faire en se cachant. Preuves en sont ces regards désagréables, voire même ces remarques ou ces censures d’images qu’affrontent certaines mamans qui allaitent tranquillou sur les bancs publics. Moi je crois qu’un bébé qui a faim doit pouvoir manger tout de suite, et si c’est dans un wagon de métro ou au milieu d’un marché, et bien tant pis. Je veux dire que si la maman se sent à l’aise avec ça, y’a pas de raison de décider qu’elle ne doit pas allaiter ici et maintenant.

Alors, finalement, que tu donnes le sein ou le biberon, t’es toujours un peu montrée du doigt.

Raison de plus pour faire comme tu le sens.

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

26 Oct 2016

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. J

    Julycocoon 26 Oct 2016 - 10:46 Répondre

    Pour une fois, je ne suis pas d’accord avec toutes les idées avancées ! Puisque malgré ta volonté d’être objective, tu ne l’es pas, étant toi même maman et ayant opté pour une des 2 solutions ! Je suis totalement dans le même cas que toi à la différence que j’ai allaité. Bien des fois l’OMS m’a aidé dans mes arguments du pourquoi j’ai continué d’allaiter après 2,3 6 mois… Bien sûr que l’eau ou le lait en poudre n’empoisonnent pas les bébés français mais quand tu allaites et que ça se passe bien, pourquoi y a-t-il un moment, où aux yeux des autres tu devrais arrêter pour donner un biberon ? Je ne pense pas que l’allaitement soit toujours mieux vu que le biberon. je pense qu’il faut promouvoir et deux solutions et éduquer les gens ! Ca ne ferait pas de mal à tout le monde de se mêler de ses propres choix, de les assumer, sans avoir à se justifier ! Et sur cela, oh oui, on est bien d’accord 🙂
    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 10:55

      Je crois qu’en vrai on est d’accord…
      J’aimerai juste que quand on dit que l’allaitement ça évite aux bébés de mourir, on sache aussi expliquer pourquoi et sur quoi on se fonde. Parce que quand toi tu n’allaites pas, c’est un discours très violent. L’idée c’est que toutes puissent décider en connaissance de cause et pas avec des informations erronées.
    • S

      SuperMommy 02 Nov 2016 - 4:26

      Il reste faux de dire que le lait artificiel est aussi bon que le lait maternel, et pourtant, on l’entend souvent.
    • J

      Juliette 02 Nov 2016 - 6:49

      Je suis assez d’accord.
      J’ai, pour ma part, rarement entendu dire que le lait infantile serait meilleur que le lait maternel, mais je me suis quand même posé la question. En cherchant on trouve quand même plusieurs études qui démontrent que le lait maternel n’est pas exempt de produits chimiques par exemple (https://www.hsph.harvard.edu/news/press-releases/breastfeeding-may-expose-infants-to-toxic-chemicals/), ce dont peu de gens parlent également (j’ajoute tout de suite que cette étude ne remet pas en question l’allaitement).
    • S

      SuperMommy 03 Nov 2016 - 11:28

      C’est vrai, les polluants passent dans le lait, donc comme nous sommes, hélas, tous exposés (même si on les limite avec une alimentation bio etc) les bébés sont exposés aussi. Cela dit, le LM a des atout qu’aucun LA n’aura jamais :
      – le fait de s’adapter (au cours de la tétée et à chaque tétée)
      – les anti-corps de maman (donc adaptés à l’environnement directe de bébé)
      – une meilleure digestibilité

      J’ai entendu dire souvent que les biberons c’est « aussi bien » je ne sais pas ce que ça veut dire, je pense qu’il s’agit de déculpabiliser les mères qui n’arrivent pas à allaiter ou qui ne veulent pas. Si elles n’étaient pas culpabilisées à la base, se serait mieux que de dire des bêtises. Après tout, nous sommes toutes libres, c’est notre corps, nos seins, et le fait de devenir maman n’implique pas nécessairement le sacrifice ultime et le devoir absolu d’être la meilleure mère qu’on ait jamais vu. Chacune fait au mieux, selon ses réalités, son vécu, ses envies (ben ouais, on a le droit d’avoir des envies perso aussi quand on est maman). Le bib est un choix parmi un millier d’autres qu’on peut faire, maternage proximal ou laisser pleurer (et tout ce qui se situe entre les deux) motricité libre ou pas (et tout ce qui se situe entre les deux). Cette pression mises sur les femmes (et les mères à fortiori) est à mon sens le nerf de la guerre avec le fait que tout le monde se mêle franchement de ce qui en les regarde pas, pour l’allaitement, mais pas que, l’éducation aussi. Bref, quand t’as des enfants, le libre arbitre devient un lointain souvenir lol.

    • J

      Juliette 03 Nov 2016 - 11:50

      Que dire de plus ? 😁 Ton commentaire est parfait.
  2. C

    Célia 26 Oct 2016 - 11:46 Répondre

    C’est fou cette stigmatisation que ce soit par la société ou même les autres mères! Et c’est la même chose pour celles qui donnent le biberon que pour celle qui continue d’allaiter au delà de 6 mois/1an et voir beaucoup plus! Chacune fait ce qu’il veut et chacun se doit de respecter le choix des autres! Chacune à ses propres motivations, envies, obligations et je ne pense pas que faire une promotion de l’allaitement soit judicieux! Par contre, expliquer les avantages/inconvénients et dédramatiser ce choix me parait important! Surtout que ce qui fonctionne pour une ne fonctionnera pas forcément pour une autre.

    Je suis totalement d’accord sur l’accompagnement. Tant pour celle qui souhaite allaiter et qui galère que pour celle qui souhaite donner le biberon. Personnellement, personne ne m’a expliqué comment préparer correctement un biberon une fois à la maison. A la maternité, les biberons sont déjà prêt à l’emploi. Et quand on sait qu’un biberon mal préparé peut causé des diarrhées ou des constipations…

    Si on pouvait arrêter de se juger les uns et les autres, et s’entraider ça serait un grand pas!

    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 12:05

      Heu… amen ?!
      Le jugement est un problème majeur, c’est évident. Mais j’avoue que je parviens plutôt bien à éluder les remarques. En revanche, je trouve qu’il y a tellement d’idées reçues et de trucs qu’on entend à droite à gauche que finalement on sait pas ce qu’il faut retenir.
    • S

      SuperMommy 03 Nov 2016 - 11:30

      Amen
  3. L

    Lauriane 26 Oct 2016 - 12:31 Répondre

    Coucou !
    Ça fait du bien cet article! Car je suis enceinte de 8 mois et j’ai décidé de ne pas allaiter … Et c’est fou comme tu peux être jugée … Nous sommes déjà considérés comme de mauvais parents car nous avons choisis le biberon … L’allaitement est un choix personnel et malgrès tout les bienfaits du lait maternel MOI je ne me sent pas d’allaiter, en plus sur ce blog on a les deux cas de figure, et j’ai bien lu tout les articles de Joana ( que je remercie surtout pour les poussées de croissance 😜, c’est pas tres courageux de ma part mais je n’ai pas vraiment envie de me compliquer la vie ) … Peut être qu’une fois que la poupette sera là je changerai d’avis… Même ma sage femme me dit « mais il y a les tire-lait, vous pouvez donnez votre lait comme ça  » Euh comment lui dire que si le sein ne m’attire déjà pas l’idée d’être « traie » l’est encore moins ( loin de moi l’idée de comparer les mamans allaitantes aux ruminants ).
    En tout cas merci encore pour l’article je me sent moins seule dans mon rôle de « mauvaise » mère 😉
    • S

      SuperMommy 03 Nov 2016 - 11:40

      Tu fais un bébé, crois moi, faut déjà du courage, le fait d’allaiter fait pas de moi quelqu’un de plus courageux que toi. Pour ma part, ça été d’une grande aide pour calmer les pleurs de bébé et prendre le temps de le comprendre avec moins de stress car j’avais le remède miracle et que je m’évitais bien de la vaisselle. Je dis pas que ça a été facile tous les jours, mais je ne suis pas certaine du tout que l’option bib aurait été plus simple pour moi et je suis absolument ravie d’avoir vécu cette expérience (qui continue). J’aimerais te donner envie, te convaincre d’essayer, parce que je trouve dommage de passer à côté de ça dans une vie de femme et que j’ai parfois l’impression que certaines femmes renoncent pour des raisons infondées. Mais en réalité, je n’ai pas à me mêler de tes affaires lol. (Pas facile ^^)
  4. l

    l0uanne 26 Oct 2016 - 1:44 Répondre

    Merci merci merci ! C’est tellement rare les articles qui vantent les bienfaits du biberon ! J’ai choisis dès la naissance de ma fille de donner le biberon et tout le monde va bien et en plus je peux déléguer !
  5. I

    Illana 26 Oct 2016 - 2:30 Répondre

    En realité, on est tous jugé, allaitante, pas allaitante, par la famille, amis ou connaissances et malgré nous, nous jugeons inconsciemment (ou pas) les autres, ceux qui ne font pas le même choix que nous meme si consciemment on le respecte.
    Je pense que c’est la societé qui veut ca.
    Moi j’ai allaité et j’allaite encore et j’ai été « conseillée » par les pediatres de la maternité 3 jours apres la naissance de ma fille : « donnez le biberon, elle grossit pas assez » . A 3 jours de vie, il aurait fallu lui laisser encore un peu de temps mais non il faut qu’il sorte de la maternité avec 10 kilos en plus et comme sous la pression et sous le poids des hormones on est moins capable de dire non, j’ai craqué car impossible de resister à l’equipe medicale entiere qui dit que « non ca ne changera rien, donnez lui elle prend pas de poids » et de ce fait te fait passer devant tt le monde pour une mauvaise mere qui ne veut pas que son bebe grossisse! Au final, grace a leur precieux conseils j’ai galeré pendant 2 mois d’allaitement et j’ai également dû passer à l’allaitement mixte parce que ma fille s’est habitué au debit du biberon.
    Tout ca pour dire que nous sommes tres mal accompagnées pour que ce soit l’allaitement au biberon ou au sein et que ca ne ferait pas de mal que tout ce personnel medical soit plus formé à ça. (D’ailleurs j’ai connu votre blog grace à l’article de Joana mentionné plus haut.)
    Donc Non ce n’est pas specialement mieux d’allaiter si la mère n’est pas prete à ca et ce n’est pas bon non plus d’arreter l’allaitement par manque d’information et quoiqu’en dise l’OMS.
    Bref encore bravo pour vos articles que j’adore decouvrir à chaque fois.
    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 2:42

      Tu sais parfaitement traduire ce que je voulais dire : je ne voulais pas tant axer mon propos sur le jugement que sur le fait qu’il est impératif que les informations données aux mamans soient exactes. Parce que je disais justement à Joana tout à l’heure que si demain on me dit qu’allaiter protégera ma fille des maladies et qu’on en est sur à 100 %, je ferai mon choix en intégrant cette information là. Et comme tu le dis, non seulement le manque de certitude conduit au jugement des unes vers les autres, mais cela conduit aussi, et c’est plus grave, à ce que du personnel soignant te conseille mal.
    • I

      Illana 26 Oct 2016 - 3:08

      Le pire dans tout ca, c ‘est qu’on leur fait confiance et que beaucoup se basent sur ce que leur pediatre leur dit…
      Au final de mon côté j’ai decidé de lire, de chercher et de ne croire que ce qui est prouvé et demontré et je n’ai plus de pediatre mais un medecin traitant qui traite les rhumes et les gastros si besoin (et encore).
    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 5:14

      J’ai la chance d’avoir un pediatre vraiment brillant qui, pour avoir fait de l’humanitaire, sait avoir beaucoup de recul sur notre société ! Mais il est vrai que dès la maternité on te bourre le crâne d’idées fausses, tant dans un sens que dans l’autre : les mamans qui allaitent, si le bébé ne grossit pas vite, sont sommées de donner des biberons, et celles qui n’allaitent pas se retrouvent pressées de donner le sein 3 minutes après l’accouchement parce que c’est indispensable. Dans l’une des situations comme dans l’autre, le défaut de connaissance et de défaut est assez cruel !
    • I

      Illana 27 Oct 2016 - 1:05

      Un bon pediatre!!! Waouu une denrée rare! A partir du moment où celle que je voyais m’a dit « arretez d’allaiter » alors j’ai preferé arreter d’aller la voir 🙂
      Sinon j’ai pensé à quelque chose en lisant un commentaire et relisant une partie de l’article c’est que je pense que ce que l’OmS qualifie de « bien etre de la maman » c’est en realité une hormone de bien etre et de detente produite lors de l’allaitement (quand tout se passe bien evidemment et pas les deux premieres semaines aussi on est daccord!). Pour l’avoir pratiqué, c’est vrai que ca peut etre tres relaxant… apres on est daccord que leur explication reste floue!
  6. T

    Tara B. 26 Oct 2016 - 4:21 Répondre

    Ouh la oui, sujet hautement à risque s’il en est… Effectivement, donner le biberon c’est se prendre régulièrement dans les dents un « ah bon ? tu l’allaites pas ? » (sous-entendu « pourtant t’avais pas l’air d’être une mauvaise mère vu de l’extérieur »). Et effectivement on est sommé de s’expliquer sur le pourquoi du comment. Moi j’ai l’excuse qui claque le bec à ces (pas si) gentilles questions : j’ai essayé d’allaiter mon premier, j’ai galéré comme pas possible, il a perdu du poids comme pas possible, j’ai vu toutes les consultantes en allaitement de la terre, j’ai tiré mon lait toutes les deux heures pour stimuler cette fichue lactation et pour finir on s’est arrêtés à 6 semaines parce que j’étais à deux doigts de la camisole et qu’on a tous été plus heureux quand j’ai arrêté de m’obstiner. Alors quand j’explique ça on me dit « ah d’accord » (sous entendu « toi au moins t’as une vraie bonne raison… même si franchement t’aurais peut-être pu essayer pour le deuxième, non ?… »).
    Je suis bien élevée alors je ne mords pas les gens qui me disent ça comme ça, sans penser à mal, mais surtout sans penser tout court à ce que leurs petites phrases impliquent. Mais ça me donne envie de hurler, à chaque fois. Parce qu’on pourrait tout simplement leur ficher la paix aux mères, c’est déjà bien assez compliqué comme ça de faire comme on peut avec nos mini-gremlins sans qu’on vienne en plus nous expliquer qu’on ne fait jamais comme il faut rapport à Sainte-Mère-Parfaite-priez-pour-nous-pauvres-pécheresses-qui-fait-tout-mieux-que-tout-le-monde… Viva el biberon, caramba !
    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 5:06

      Je ne m’attendais pas à la fin de ton commentaire et j’ai bien ri !!
      Moi je vais retenter si un jour l’occasion se présente. Après les remarques, c’est toujours pareil. Le truc qui me touche plus que les « bouh ! T’allaite pas, t’es nulle », ce sont les remarques pseudo-médicales. Ces remarques là me touchent parce qu’elles parlent de la santé de mon enfant mince alors ! Alors oui, je veux bien qu’on vienne me dire qu’allaiter ça fait des adultes en meilleure santé, mais seulement si on en est sûrs quoi !
  7. Q

    Quatre enfants 26 Oct 2016 - 5:00 Répondre

    Super article, qui ne tombe pas dans le règlement de compte, c’est appréciable ;). J’ai allaité tant bien que mal, j’ai du donner plus de biberons que je n’aurais voulu, mais une chose est sûre, aucun bébé n’est en danger en France en 2016 en avalant du Gallia 1er âge. Une pensée à toutes celles qui ne veulent pas donner le sein, à toutes celles qui ne peuvent pas, à toutes celles qui auraient aimé faire plus ou faire différemment, vous êtes des warriors les filles, allaitantes ou biberonnantes !
  8. C

    Célia 26 Oct 2016 - 5:13 Répondre

    Je comprends ce que tu veux dire quand tu dis que tu intègrerais une information prouvée (comme l’allaitement protège des maladies) dans ton choix. Et effectivement, le choix de beaucoup serait différent à ce moment là.

    Après, il ne faut pas oublier que ça n’est pas toujours un véritable choix. A la suite d’une opération, il m’était impossible d’allaiter donc je n’ai pas réfléchi à mes options. C’est pareil pour celle qui essaye mais n’y arrive pas pour x ou y raisons…!

    • J

      Juliette 27 Oct 2016 - 9:41

      Oui bien sûr, quand ce n’est pas un choix c’est différent aussi. Et dans ce cas j’imagine que la frustration de celles qui tenaient vraiment à allaiter doit être immense…
  9. J

    Julie 26 Oct 2016 - 5:49 Répondre

    Tout à fait d’accord avec Juliette (encore ?!?!?!).
    Chacune devrait être libre de faire ce qu’elle veut/peut/à envie d’essayer ou pas.
    J’ai essayé d’allaiter 2 fois. 2 fois j’ai fini en plein babyblues (moins la 2ème fois parce que j’avais l’expérience de mon 1er et que j’ai réagi plus vite). Du lait il y en avait, pas de problème. Les crevasses ? Aux 2 seins jusqu’au sang les 2 fois (bouts de sein, lanoline et bepanthen j’ai tout essayé sans succès. Prise de poids des bébés : une catastrophe. Pesée avant après 1 heure de tétée : + 20 g pour numéro 1 et + 40 g pour numéro 2 -> biberons de complément (c’est TRÈS MAL mais numéro 2 était tellement faible qu’elle ne se réveillait même pas pour réclamer à manger). Pourtant au tir-lait je faisais des biberons de dingue.
    Résultat des courses, 2 bébés qui ne prenaient pas de poids et une maman qui culpabilise et finit en larme et finit par passer au biberon de lait industriel parce qu’elle est à bout et qui d’un coup va mieux (et accessoirement des bébés qui ont enfin commencé à prendre du poids).
    J’aimerais bien savoir aussi du coup sur quoi se base l’OMS pour dire que l’allaitement est bon pour le bien – être des mères (en plein babyblues avec des obus en sang prêts à exploser je n’étais pas vraiment le reflet du bien – être.
    Je pense qu’on sera toutes d’accord pour dire que quel que soit le choix de la mère (biberon ou sein) ce qui manque c’est un vrai accompagnement. Je ne parle pas de la Sage-femme tout droit sortie de la Petite maison dans la prairie qui est venue me voir 3 fois à la maison pour me massacrer le sein en l’écrasant pour y installer ma fille qui ne voulait pas ouvrir la bouche et qui limite me faisait culpabiliser de lui donner des biberons de complements et ne pas lui proposer assez souvent le sein (toutes les 3 heures c’était pas assez pour elle ???)

    Pour l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois c’est pareil… J’ai un terrain allergique. Pour mon 1er il y a 11 ans on m’a dit « pas de diversification avant 6 mois ». Ok. J’ai suivi les consignes. Pour ma 2ème (6 mois 1/2) mon médecin qui revenait d’un séminaire sur l’allergologie m’a boostée pour que je diversifie l’alimentation à fond entre 5 et 6 mois parce que introduire les aliments trop tot (avant 4 mois) ou trop tard (après 6 mois) serait a l’origine d’allergies. Ok. J’ai suivi aussi. On verra dans quelques années lequel des 2 est le plus allergique (pour l’instant numéro 1 va bien et numéro 2 ne s’est pas encore retrouvée couverte de pustules malgré l’introduction de 2 ou 3 aliments en même temps certains jours).

    Je pense (si si je vous assure… même si à première vue ce n’est pas évident) je pense donc (et ça n’engage que moi et ceux qui veulent me suivre) que les recommandations de L’OMS concernent plus les pays qui n’ont pas atteint notre niveau de développement (comprendre accès à l’eau courante, aux soins médicaux, à la nourriture de qualité et en quantité suffisante pour tout le monde).
    Alors oui, l’allaitement permet à bébé de récupérer les défenses immunitaires de maman le temps de développer les siennes. Mais un enfant pas allaité ne développera pas forcément plus de maladie qu’un enfant allaité (la preuve, je n’ai été allaitée que 3 jours et je ne suis pas plus ni moins malade que mes collègues plus âgées qui ont certainement elles été allaitée parce que née avant la mode du biberon).

    L’essentiel est que chaque maman fasse ce qu’elle veut sans être jugée. Un conseil est toujours le bienvenu (surtout qd il est demandé et bienveillant) mais l’imposition de la vision de l’autre (d’autant plus qd on ne lui a rien demandé) est épuisante (ça marche pour l’allaitement, le sommeil, l’éducation…).

    Voilà voilà… il va être temps de s’arrêter… sinon je vais faire planter le site…

    Ah si ! (Presque) rien avoir, mais je profite de la bonne compagnie pour lancer un SOS : si vous avez des conseils (demandés et bienveillants) sur comment soigner un érythème fessier qui se tape l’incruste depuis 10 jours je suis preneuse !

    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 6:02

      WHAT ? T’as pas lu l’article sur l’erytheme ? Jette un coup d’œil et regarde dans les commentaire s’il y a ton bonheur !!
  10. L

    Lili et ses filles 26 Oct 2016 - 10:01 Répondre

    Alors, je suis un peu partagée sur le sujet. D’abord je suis à 100% d’accord sur le fait que nous devrions tous pouvoir avoir accès à une information fiable, et c’est encore très loin d’être le cas. Ensuite, quel que soit notre choix, cela n’a rien à voir avec l’amour qu’on porte à notre enfant. Pour autant, et j’en arrive à notre « désaccord », je pense qu’il faut redonner sa place à l’allaitement, comme le moyen naturel et évident de nourrir son bébé. Qu’une alternative soit possible, heureusement, mais qu’elle soit juste une alternative. Pour moi, c’est comme si on disait, quand on veut un enfant : « attend, je réfléchis si je vais porter moi-même mon bébé, ou non ». Ou alors, « je préfère une césarienne, s’il vous plait » (ce qui est le cas parfois et je troue ça flippant comme évolution). Heureusement, il y a des alternatives quand la solution naturelle ne fonctionne pas, mais personne ne conteste cette solution naturelle. Donc, oui, je pense qu’il faut promouvoir l’allaitement, pour lui redonner sa place, sans pour autant culpabiliser ou effrayer les mamans (dommage que le discours de l’OMS puisse passer pour tel). Allaiter son enfant ne fait pas de nous une meilleure maman. Il faudrait parvenir à dépassionner tout ça.
    • J

      Juliette 26 Oct 2016 - 11:08

      Effectivement, nous sommes d’accord sur l’essentiel… mais pourquoi ce qui est « naturel » devrait être prioritaire ? Et aussi, qu’est-ce qui justifierai alors de choisir entre les techniques non naturelles qu’on peut utiliser et les autres ?
      Je ne comprends pas bien ce que signifie « redonner sa place à l’allaitement », surtout si on d’accord sur le fait que chacune fait comme elle veut.
      Apres, que toutes soient mieux informées sur l’allaitement, qu’on ne pointe pas du doigt celles qui allaitent jusqu’à 2 ans (ou plus hein, on s’en fout !), et qu’on arrête de penser qu’elles allaitent en public pour le plaisir de montrer leur poitrine de folie, oui, cela devrait être travaillé davantage.
  11. S

    Sophie 27 Oct 2016 - 7:34 Répondre

    J’ai essayé d’allaiter avec l’aide de toutes les sages femmes de la maternité mais ça n’a pas marché. Je n’avais pas de lait et mon fils n’avait pas assez de forces car né un peu avant. Il ne prenait pas le sein très longtemps ou s’arrêtait faute de lait. il s’est mis à perdre du poids donc passage rapide au biberon. Je l’ai mal vécu car j’avais envie d’y arriver je trouvais que le lait industriel avait une odeur chimique. J’ai aussi dû convaincre le papa avec une démonstration de tire lait (quand après 45 minutes de tire lait 20 ml de lait est seulement sorti…..) que ce n’était pas possible car on nous fait souvent culpabiliser avec l’argument suivant : il y a des anticorps dans le lait maternel, ça le protégera aussi contre les allergies plus tard. Mais est ce vraiment prouvé???
    • J

      Juliette 27 Oct 2016 - 7:50

      Je crois que c’est prouvé pour le lait des premiers jours, mais je vais tenter de te trouver une source, promis !
      Ceci dit, cela ne signifie pas que ton enfant non-allaité n’a pas d’anti-corps et sera allergique à tout !
      Il n’y a aucune culpabilité à avoir : tu as ton histoire et, visiblement, c’était déjà assez frustrant pour toi de devoir arrêter sans qu’en plus tu te colles de la culpabilité… Nan mais oh !
      Et puis les gens qui cherchent à te culpabiliser, j’ai un truc infaillible : quand ils te disent un truc, demande toi si eux, ils font tout bien. D’un seul coup leurs paroles ressemblent à du vent, je te jure !
      Comme cette fille que je connais et qui passe sa vie à me dire que je laisse ma fille faire trop de trucs dangereux mais qui n’attache pas ses enfants en voiture…
  12. G

    Gina 27 Oct 2016 - 10:30 Répondre

    j’ai pas les références sur moi et j’avoue que j’ai la flemme de chercher mais j’avais lu quelques études pour mon premier qui montraient que l’allaitement diminuait le risque d’obésité par la suite (comme rien n’est stérile, le bébé allaité aurait une flore intestinale plus compléte t donc un meilleur métabolisme plus tard), et que il y avait effectivement un effet protecteur sur les maladies durant l’allaitement (ça ne les rend évidemment pas invincibles). Bref, effectivement un effet, mais pas de quoi dire que ça sauve des vies !
    Après chacun son choix, moi j’allaite (pas pour ces raisons, en premier lieu parce que ça me parait bien plus simple que se faire chier à stériliser des biberons et qu’on a pas besoin de se lever la nuit), mais effectivement, on se prend des remarques dans les deux cas alors bon !
    • J

      Juliette 27 Oct 2016 - 10:49

      J’ai aussi lu ça effectivement.
      Moi je ne suis réfractaire ni à l’allaitement, ni au biberon. J’ai d’ailleurs fait les deux. Mais je trouverai normal que le choix de chacune se fasse sur la base d’informations fiables. Si on me dit qu’en allaitant j’évite à mon enfant d’être obèse dans 30 ans, et que c’est prouvé et certain, je veux le savoir parce que cela va participer à ma prise de décision.
      Et comme tu le dis, les remarques c’est quoique tu fasses de toute façon !
    • J

      27 Oct 2016 - 9:13

      Tu n’évitera jamais rien de façon sur, tu réduira juste les risques.
    • J

      Juliette 27 Oct 2016 - 9:45

      Oui bien sûr, je suis d’accord : dans la mesure où la majorité des maladies n’ont pas qu’une cause unique, j’imagine que rien ne peut permettre de les éviter à coup sûr. Je veux dire que qu les risques sont réduits de manière significative quoi ! (On est encore d’accord, faudrait pas que ça devienne une habitude hein ! 😂)
  13. N

    Nedonsel 27 Oct 2016 - 11:30 Répondre

    J’ai beaucoup aimé cette article, je suis moi même infirmière puéricultrice, je bosse en néonatalogie avec les prématurés, je suis une convaincu du bien fondée de l’allaitement MAIS de l’allaitement cool et sans pression… je suis aussi maman pour la première fois depuis 6semaines et j’allaitte, j’ai le projet d’aller jusqu’à 6 mois MAIS on verra bien sur… je me suis retrouver dans la fin de ton article, on prône l’allaitement mais l’allaitement caché !
    Sur le fond je dirais que chacun est libre de choisir, et qu’il n’y a pas de bon ou mauvais choix, par contre je trouve ça bien de promouvoir l’allaitement et donc informer le public des bienfaits de l’allaitement sans culpabiliser celles qui ne font pas ce choix, le manque d’informations des jeunes mamans ET des professionnels de santé entraîne de jeunes mamans à arrêter leur allaitement prématurément non pas par choix mais par manque de soutien… ca a cela qu’il faut remédier, il faut aussi mieux informer la population des bienfaits de l’allaitement car outre les recommandations de l’oms il a été prouvé que l’allaitement maternel protéger mieux les enfants de certaines pathologies sur du court ( otites, bronchiolites ) grâce aux anticorps de la maman et long terme ( diabète, obésité ) les mamans avaient moins de risque d’avoir un cancer des ovaires, du seins etc… je vais pas tout détailler car il suffit d’aller sur le site de la leache league pour en savoir plus… je suis d’accord que comme nous sommes dans un pays développés les conséquences d’un non allaitement sont moindres…
    Par contre le lait maternel est indispensable pour les prématurés, tous prématuré en dessous de 32sa est nourris avec du lait de mère ( pas forcément celui de sa mère, d’où l’importance des dons de lait ) car il ne saura pas le digérer et cela peut entraîner de grave conséquences pour son système digestif. Les premas sont aussi plus sujets aux infections, maladies respiratoires etc et l’allaitement va beaucoup jouer sur tout cela…
    Finalement je pense que l’allaitement c’est bien, que malheureusement nous ne sommes pas assez informées ni soutenues au début…

    Malgré cela les mamans qui ne veulent pas allaiter c’est un choix personnel, elles seront juger tout comme celle qui allaiteront, malheureusement tout le monde y va de son petit commentaire… Quant on me demandais si j’allais la nourrir je répondais toujours qu’il était interdit de laisser son enfant mourrir de faim… bib ou allaitement ça ne regarde que moi, mon mari et mon bebe !!

    • J

      Juliette 28 Oct 2016 - 6:06

      Mon problème c’est justement que les informations qui sont données doivent être justes : par exemple, pour ce qui est de dire que l’allaitement protégerait les femmes du cancer du sein, il est clair que toutes les études menées (que j’ai trouvées hein, mais je suis pas certaine d’avoir tout lu sur le sujet !) ne montrent pas de différences significatives entre allaitantes ou non mais que la différence est nette entre les femmes ayant des enfants et celles n’en ayant pas. La leache league le mentionne également.
      Apres, qu’il y ait des bienfaits à allaiter, je veux bien, mais ce qui m’embête, c’est qu’on parle de bienfaits qui n’ont pas été prouvés de manière certaine, tout simplement parce que c’est une manière de culpabiliser les mères qui n’ont pas fait ce choix.
      Pour les prématurés tu confirmes ce que j’avais déjà entendu sur le sujet et j’imagine que les hôpitaux se basent sur des études sérieuses pour établir leurs protocoles (ou du moins j’espère !).
      Merci beaucoup de ton commentaire d’infirmière-jeune maman !
  14. M

    Mémento Eve 28 Oct 2016 - 12:07 Répondre

    L’essentiel, comme tu le dis si bien, c’est que chacune fasse comme elle l’entend. A la naissance de mon neveu, ma belle soeur a décidé de l’allaiter. Elle l’a fait jusqu’à ses 3 ans… L’image de mon neveu qui s’arrête de jouer au parc pour venir chercher à boire au sein de sa mère assis sur le banc m’a quelque peu perturbé. Mais ce qui m’a le plus marqué c’est la galère qu’elle a connu les premiers mois pour qu’il prenne du poids, mange à heure fixe, fasse ses nuits, etc… Ces choses là n’ont peut-être aucun rapport de cause à effet, mais pour ma part j’ai choisi le lait infantile. Quel drame. Tous les gens qui jugeait ma belle-soeur et son allaitement, m’ont en suite jugé. Tu comprends, j’allais passer un côté d’un lien sacré, à cause de moi nous allons passé notre temps chez le pédiatre pour absence de défense himunitaires et moi comment est- ce que j’allais récupérer ma ligne??!!! Ce soutien a été très sympa. En attendant la première fois que j’ai vu un pédiatre pour cause de maladie mon fils avait 10 mois (1 mois après son entrée en crèche), il a fait ses nuits à 2 mois et demi et buvait un biberon de 120 ml à +3jours. Et moi je me sentis libre d’avoir fait ce choix: de pouvoir dormir dès la seconde nuit parce que le papa donnerait le biberon, de pouvoir passer le relais à ma mère ou ma grand-mère toute une après-midi pour justement remodeler mon corps, d’avoir pu remettre une lingerie sexy 1 semaine après l’accouchement, d’avoir pu aussi emmener mon fils partout sans penser au repas (oui j’ai aussi fait le choix du biberon à température ambiante, bien plus simple pour la vie de tous les jours). Mais bien que je reste convaincu de mon choix, grâce à ces mauvaises personnes qui préfèrent toujours t’encenser alors que tu fais de ton mieux, la petite culpabilité pointe le bout de son nez. Suis-je passé à côté de quelque chose avec mon fils en ne l’allaitant pas?… Toutefois, si je devais avoir un deuxième je ferai le même choix: celui du bib de lait industriel!!!
    • J

      Juliette 28 Oct 2016 - 4:48

      Je crois que je me suis arrêtée après que tu ai dit que tu rentrais dans ta lingerie sexy 1 semaine apres ton accouchement… à ce stade de ma lecture la jalousie m’a submergée. 😂
      Et sinon oui, chacune sera de toute façon jugée quoiqu’elle décide. C’est pourquoi il est si important de faire son choix en étant la mieux informée possible.
      Et il faut se dire que, finalement, on est jugées sur absolument tout, toujours : j’entends régulièrement des remarques sur le travail que j’ai choisi, sur ma maison, sur « si tu manges pas de viande tu vas être malade », « si ta fille va pas au zoo elle sera inculte », « si elle a qu’un seul cadeau à Noël elle sera malheureuse »… bref. On en est tous la quoi !
  15. S

    Savy 31 Oct 2016 - 2:07 Répondre

    Hello Juliette,

    Très bon article et qui donne naissance à une intense réflexion (et non réflexions :p) comme d’habitude ;)!
    Je vais tenter de faire un commentaire court, pour une fois:

    1. Alors pour « le naturel c’est le mieux »… J’ai toujours trouvé l’argument perfide, invoqué uniquement quand ça nous arrange (sinon, c’est « on n’est pas des animaux quand même! »). Exemple: mon père vient d’un pays et d’une culture où quasiment 100% des femmes allaitent, où traditionnellement parents et enfants dorment dans la même pièce, où l’enfant est porté tout le temps. À priori dans le respect de l’attachement bienveillant, non? Taux de mortalité? Près de 100 pour mille dans la première année de vie! Je laisse aux curieux.ses le soin de googler la mortalité infantile en Afrique de l’Ouest. On vient d’un des pays rouges.

    2. Le document que tu recherches pour te conforter dans ton argumentation, c’est un rapport de l’OMS lui même :), celui sur les effets de l’allaitement à long terme. C’est une méta-analyse (donc une analyse qui combine plusieurs rapport de qualité plus ou moins bonne, un problème à prendre en compte: http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/79198/1/9789241505307_eng.pdf).
    Je l’ai lue en entier et non seulement les effets de l’allaitement sont grandement exagérés et limités dans le temps, mais en plus, elle souffre d’un biais majeur: les populations comparées ne sont pas les mêmes. Je cite:
    « Even when multiple studies show similar results, these studies may largely be subject to the same biases. In particular, most studies are derived from high-income settings where breastfeeding is more common among highly-educated, better-off mothers who are more health conscious, and whose offspring may be less likely to suffer from the negative outcomes covered in the present review. The fact that estimates from high-quality studies, with tighter control of confounding, are less marked than those from all studies suggests that this may be the case. »
    Si on compare la population allaitée vs population biberonnée en Europe ou aux États-Unis (d’où ces études proviennent), les bébés allaités auront un meilleur IMC et quelques points de QI en plus, mais cela apparait lié aux conditions sociales. La même étude faite au Liban ou en Afrique ne donnera pas les mêmes résultats, puisque les bébés nourris au biberon viendront d’un meilleur milieu socio-économique.

    Je cite une autre étude qui a fait beaucoup de bruit, qui a tenté de corriger ce biais de sélection. Elle porte sur plus de 1700 enfants d’une même famille. Lorsque les chercheu.ses. comparent ce qui est comparable (enfants élevés dans la même famille et les mêmes conditions matérielles), l’allaitement ne présente que des avantages minimes (3% de diarrhée en moins), et pourrait occasionner plus de cas d’asthme (auto reportés donc donnée non fiable). Je mets le lien vers l’article du Times (http://well.blogs.nytimes.com/2014/03/04/is-breast-feeding-really-better/?_r=0) et une description plus détaillée (http://researchnews.osu.edu/archive/sibbreast.htm). Je n’ai pas lue l’étude elle même, elle coûte 35 dollars :p.

    Donc: je reviens à ta question. Je n’ai pas connaissance d’une étude qui affirmerait que l’allaitement sauve des vies en France ou en Europe; les bienfaits de l’allaitement dans un pays riche qui a accès à l’eau potable sont abusivement exagérés. Oui, on a le droit de nourrir son gosse au biberon. Oui, les grognasses/grognards qui nous disent l’inversent méritent des claques. Après tout, c’est un système de défense naturel dans le règne animal. (Je plaisanteuuu!)

  16. L

    Livia 02 Nov 2016 - 1:53 Répondre

    Hello Juliette,

    Ton article tombe à pic!
    Enceinte de 4 mois j’ai récemment assisté à une réunion d’information à la maternité das laquelle j’ai prévu d’accoucher.
    Après 1h30 de bavardages sur des points abordés au moins une bonne cinquantaine de fois, arrive enfin un sujet intéressant et peu abordé jusqu’alors : le jour de l’accouchement ou plutôt le juste après (mais genre les 5 minutes qui suivent l’expulsion !). La sage femme qui anime cette réunion explique alors que l’on va d’abord nous déposer le bébé quelques minutes pour établir un premier contact, qu’on va ensuite aller le nettoyer( pas de bain dans cette mater apparemment) avant de nous le rendre ET de nous le mettre au sein. Excusez-moi mais j’ai du rater un épisode, dans cette phrase je n’ai pas entendu le moindre « on va vous proposer », « vous demander », « si vous le souhaitez »…. J’ai donc laisser la « dame qui s’y connait » continuer son discours en espérant qu’elle allait nous expliquer qu’il y a une alternative à l’allaitement maternel….mais non, rien. Elle s’est contentée de dire qu’il était normal, et que nous avions le droit de ne pas savoir à ce stade de notre grossesse si nous allions allaiter ou pas, que 3 femmes sur 10 étaient encore indécises et que dans ce cas le jour de l’accouchement nous pourrions décider d’allaiter ou pas après la première mise au sein. Nous étions une dizaine dans la salle et personne n’a réagis. Seulement voilà… moi je sais (et ce depuis toujours je crois et le fait d’être enceinte n’y a rien changé lol) que je ne souhaite pas allaiter. Même pas essayer. C’est mon choix, je n’ai pas à me justifier. En revanche, j’estime avoir le droit qu’on me dise à la maternité ce qui se passe dans ce cas là. Parce que bon….attendre gentiment les montées de lait quand on décide de ne pas allaiter je ne vois pas trop l’intérêt. Alors cette gentille sage-femme, fort sympathique par ailleurs, après avoir pris son air étonné et m’avoir dis « ah donc vous vous avez déjà décidé? » (oui voilà c’est ça je ne fais ni partie des 7 qui savent qu’elles veulent allaiter, ni des 3 qui sont indécises, je suis la rebelle qui a décidé de ne pas allaiter un point c’est tout! lol), m’a expliqué qu’il fallait que je demande des granules homéopathiques le jour de l’accouchement ET SURTOUT que je refuse la mise au sein pour éviter la montée de lai (et accessoirement que je porte un soutien-gorge le plus serré possible…) .Et j’ai trouvé ça vraiment gonflé comme réponse….Es-ce que le jour de l’accouchement je suis sensée penser à demander ces fameux granules et SURTOUT es-ce que je suis sensée me « battre » pour refuser la mise au sein ? ( parce que vu sa manière de me dire SURTOUT VOUS DEVEZ REFUSER LA MISE AU SEIN, j’ai vraiment eu l’impression que cela allait être un moment difficile pour moi…). Au moins maintenant je sais à quoi m’en tenir et je n’oublierais pas de faire tout comme elle m’a dit lol. Et puis bizarrement 2 autres futures mamans se sont empressées de rebondir sur ma question pour demander des précisions en cas de non allaitement comme si elles n’avaient pas osé se manifester les premières de peur d’être jugées.ET c’est cela qui moi me gène fortement. Donner le sein ou le biberon peu importe, cela ne concerne que la maman et son bébé, personne n’a rien à dire là dessus et personne n’a à se sentir honteuse ou gênée d’avoir fait un choix ou l’autre.Conclusion : sur 10 nous étions donc 3 à préférer donner le biberon et non pas 3 indécises….;) et il serait bien que le personnel médical n’oubli pas que tous les cas de figure sont possibles et en tiennent compte dans leur discours.

    PS : continuez vos articles, ils sont vraiment trop chouettes! 🙂

    • J

      Juliette 02 Nov 2016 - 2:31

      D’abord merci pour le compliment final ! On écrit avec beaucoup de plaisir et savoir que des parents se retrouvent dans nos expériences c’est juste un grand plaisir pour nous !
      Je dois dire que selon les maternités c’est tout l’un ou tout l’autre… soit on t’encourage trop fortement à allaiter, soit on te décourage de le faire. Et comme tu le dis, dans les deux cas, ce n’est pas normal !
      Toutes les alternatives devraient être présentées de manière égales, et on en revient à l’information fiable et à son rôle dans la décision.
      C’est bien que tu ais pu poser tes qu serions et permettre à d’autres mamans d’assumer leur choix.
      D’autant plus que la décision prise avant la naissance peut tout à fait changer apres, pour mille raisons, et que c’est normal de savoir ce qu’il va se passer dans l’une et l’autre des options.
      C’est quand même assez dingue que des maternités en soient encore là.
  17. I

    Illiade 02 Nov 2016 - 6:51 Répondre

    Bonjour,

    hi hi je rejoins un peu le premier commentaire, par Julycocoon. En fait, je crois que ton article traite de plusieurs choses et c’est ce qui fait qu’on peut être plus mitigée que pour d’autres de tes posts.

    Moi je prône la tolérance lol. Pour les mères qui allaitent au sein, pour celles et ceux qui allaitent au bib, et même pour ceux qui s’en mêlent.

    Parce que je trouve que, quelque part, être pour l’information juste et contre les avis de tierces personnes, c’est un peu contradictoire.
    En effet, il y a des études, mais même la plus scientifique sera toujours menée sur des échantillons choisis, sur des éléments précis, avec des points développés et d’autres mis de côté… Il revient aux gens de garder à l’esprit que les recommandations issues de ces études ne sont pas une vérité absolue.

    Evidemment, celui qui insulte ton intelligence en t’accusant de mettre ton enfant en danger aura un temps d’écoute limité, mais souvent les gens sont curieux sans penser à mal, au pire ils souhaitent que tu fasses ton choix en toute connaissance de cause, et à ce moment là pourquoi bloquer toute conversation alors qu’on est en recherche d’information à côté ? Est-ce qu’on ferme la porte ou est-ce qu’on mène sa propre étude pour voir ce qu’on garde ou pas ?
    Après tout, écouter n’empêche pas de penser.

    Promouvoir l’allaitement maternel, OUI OUI OUI !
    Pourquoi ? Parce qu’il ne s’agit pas d’informer celles qui souhaitent allaiter elles-même mais de contrer les idées reçues anti allaitement maternel.

    En théorie, tout le monde est sencé savoir que le LM, y’a rien de plus adapté ? Les pubs de lait même les plus anciennes le disent, et s’appuie là-dessus pour insister sur le fait que ce n’est pas donné à tout le monde d’allaiter (ne précise pas pourquoi hein, libre a chacun d’imaginer, de s’inquiéter, et de prévoir « au cas où ». Ha tiens, en voilà un argument tacite qui accuse la mère qui veut allaiter de mettre son bébé en danger si elle ne prévoie pas un bib). La vraie promotion du LA s’est faite par des biais détournés, mais non moins réels.

    Dans ma petite étude à moi sur 11 filles, les 2 plus âgées vont « tenter » le LM (et envisagent le bib sans souci), 2 hésitent (animal vs naturel)
    1 ne le sens pas, et 1 prends des medocs. Vu que pour moi, la chose la plus importante est le bien-être de la mère pour que le bébé soit bien, ce sont des arguments indiscutables avec la place du papa et le partage de la fatigue la nuit.
    Pour les 5 autres, bonjour la désinformation !! C’est là que la promotion LM devrait agir.
    « le LA est meilleur parce qu’il y a des compléments », « je suis sure de lui donner la bonne quantité », « c’est plus pratique » (?), « je perdrai plus vite du poids si je ne stoque pas de graisses pour fabriquer le lait », « ça va me déformer les seins ». Et pour les plus pointues : « je veux prendre une tétine anti-colique / anti-RGO ».

    En utilisant le conflit intergénérationnel (le LA, c’est moderne), l’industrie a contribué à bloquer la transmission des savoirs de l’allaitement maternel. Aujourd’hui, les mères allaitantes à 8 jours ne sont pas beaucoup plus nombreuses que les autres, et après mal aidées, isolées, et de toute façon peu soutenues pour la reprise du travail. L’aide vient plus d’internet que de nos mères (bib) ou du corps médical (un bib pour prendre du poids ou des médocs).
    La littérature prônant la « mauvaise mère » explose. La plupart des bébés dans les médias ont un bib dans la bouche.
    Et on veut nous faire croire que les mamanbibs sont encore harcelées et en position de faiblesse ? Harcelées par les vieilles dames à la rigueur, par les pères peut-être, par les mères au foyer… (proportion par rapport aux mères au travail ?)
    Relativisons…

    Pourquoi l’allaitement maternel est-il un enjeu ?
    L’enjeu est au delà de la mère qui individuellement veut ou ne veut pas. Il paraît que l’on est un des pays parmi les plus faible taux d’allaitement. Qu’est-ce que ça traduit ? Quels enjeux économiques, sociétaux, familiaux ? Quel rapport au corps, à l’image de la famille, des enfants, de la transmission des choses, à la nourriture, au monde ? Je n’en sais rien, mais il y a assurément une problématique plus importante quand on est un peu versé dans les sciences sociales qu’un choix personnel.

    Pour finir, j’ai toujours allaité partout, même en magasin, en conférence, en visite guidée, dans des lieux de culte, bus, train, resto, pleine rue, et je n’ai jamais subi aucun regard négatif.
    Encore une fois, on fait sans doute une montagne de quelques cas.
    Pour moi, allaiter les seins à l’air c’est comme manger la bouche ouverte. Manger a beau être autorisé et même délicieux, on n’est pas obligée d’en faire profiter tout le monde.
    Et un bébé qui tête, c’est aussi des bruits de déglutition, une main et une bouche qui palpe un endroit généralement intime, un sein lâché rouge, mouillé, quand il n’y a pas en plus un filet de bave accroché.
    Ca me rappelle mon beau-père qui se balade en slip pour me prouver que je ne devrais pas être gênée…

    Allez, je n’en suis plus à ça prêt. le LM est mieux en cas de régurgitation ou reflux, et il n’y a pas de risque d’allergies.

    • J

      Joana 03 Nov 2016 - 9:30

      Héhé, je ne suis pas trop rentrée dans la discussion parce que mon point de vue diffère (largement ?) de celui de Juliette en la matière et j’aurai tout le loisir de donner mon point de vue un jour. (Je pense d’ailleurs que la personne visée derrière les poils hérissés de Juliette quand elle entend « promouvoir l’allaitement maternel » c’est moi. Et je maintiens, tant pis pour ses poils ! :P)
      Je suis contente de te lire et je me permets de te dire que je suis 100% en accord avec ton commentaire. Autant je suis pour le respect du choix de chacune, autant je ne comprends pas comment on ne peut pas se rendre qu’il y a un problème (oui, même ici, en France) quand on voit qu’on a le taux d’allaitement maternel le plus bas d’Europe… Et non, ça n’est pas contradictoire. Je ne veux forcer personne à rien, mais quand je parle de promotion, ça signifie pour moi aussi information sur le sujet, formation du personnel accompagnant, ou l’autre point que tu soulignes justement : ne pas se sentir gênée d’allaiter en public, de se servir de cette partie de notre corps pour nourrir un bébé, et sans doute plein d’autres choses. (Et c’est marrant, quand les enfants jouent au bébé avec une poupée, ils ont systématiquement un biberon à donner… il n’y a pas que ces saletés de publicité !) Bref, informer assez et casser assez de barrières (culturelles, sociétales, etc) pour que le choix devienne un VRAI choix. Merci. <3
  18. S

    Savy 03 Nov 2016 - 12:54 Répondre

    ah là là, j’ai vraiment l’expérience inverse! Tout comme , je n’ai pas eu l’impression d’une honnête promotion mais d’une dictature de l’allaitement!

    N’étant pas plus bête qu’une autre, je me suis penchée sur le sujet et pris une décision que je croyais personnelle… Et je me suis aperçue que cette décision ne serait pas respectée!

    Je m’explique: pendant la réunion d’information dans un amphi, personne n’ose demander « et si je ne veux pas allaiter? ». Quand je demande quelles sont les alternatives (la sueur au front je précise :D), l’intervenante me dit qu’il faut juste attendre et ne pas stimuler les seins, et éventuellement un bandage. Je vois qu’elle essaie de m’entourlouper et demande à ce que ça soit indiqué dans mon dossier médical/lettre de naissance (pas l’entourloupe mais le médoc).

    Le jour de l’accouchement, il m’a fallu me battre avec les sages femmes pour avoir les pilules stoppant les montées de lait -et ce, juste après avoir expulsé ma Pepette et mon placenta!… Les sages femmes ont tenté de me les refuser -alors que c’était dans mon dossier médical, mais passons- en invoquant un traitement que j’ai pris il y’a dix ans et un vague risque de psychose (risques plus bas que de faire une hémorragie à l’aspirine, mais passons..), rien que ça! J’ai du exiger qu’elles demandent l’avis de la doctoresse de service, pour qu’elles reviennent la queue entre les jambes avec mes pilules. (le plus naze, c’est qu’elles me disent qu’elles se sont aperçues que j’avais pris de la sérotonine il y’avait 10 ans, comme si je ne leur avait pas déjà expliqué ça, les pattes écartées dans la chaise gynécologique??)

    Mais ce n’était pas fini! Après ça Pepette a eu droit à une coupe pour boire son lait maternisé (« parce qu’on promeut l’allaitement madame! »), puis on nous a refusé une tétine (« parce que ça peut compromettre l’allaitement madame! »), puis j’ai eu toutes les peines du monde à obtenir une information sur ce comment je devais faire pour bander ma poitrine (réponse « on n’a pas ça ici madame » « quoi, on est pas dans un hôpital?? ») J’ai dû aller les acheter moi même en pharmacie le lendemain de l’accouchement… Sympa.

    @Joana: du coup je l’ai très mauvaise sur la promotion de l’allaitement. Si on doit promouvoir quelque chose c’est l’information véritable et pas la diabolisation du lait maternisé, un congé maternité adapté et plus long en France.
    Donc : il existe un médicament pour stopper les montées de lait, tu as droit de le demander. Parle des contre indications avec ton/ta docteure à l’avance pour savoir quoi leur répondre. Pense bien à prendre un soutif d’équitation très très serré avec toi, qu’il faut aussi porter pour dormir.

    • J

      Joana 03 Nov 2016 - 1:29

      Hé Savy, quand je dis que je suis pour la promotion de l’allaitement je parle des exemples que j’ai cités. Loin de moi l’idée de cautionner le genre d’expérience que tu as vécue, que je trouve bien violente et très irrespectueuse… pas d’amalgame siouplé ! 😉
      Pour moi il s’agit d’informer et de parler des appréhensions que peuvent avoir les femmes pour que la décision soit allaiter ou donner le biberon pour des raisons intrinsèques, et pas « Je sais pas trop, il va dire quoi le monsieur à côté de moi dans le métro ? Et mes collègues si mon bébé se met à avoir faim au Resto ? », qui sont des raisons compréhensibles mais qui ne devraient pas exister. Tu vois ? Quand je parle de promotion je veux dire par exemple montrer que c’est normal, qu’il n’y a pas de honte à allaiter. Parce qu’autant je suis une fervente défenseuse de l’allaitement, autant c’était bizarre de faire ca devant des gens au début. Et je sais aussi que certaines femmes décident de ne pas allaiter pour ces raisons. Que je comprends, donc, mais voilà je pense qu’on peut travailler sur certaines raisons qui font que ca peut bloquer. Pas toutes hein, par exemple si une femme ne souhaite pas utiliser ses seins pour ça, et prend sa décision en fonction de ce sentiment, je trouve ça admirable (je trouverais même dommage de se forcer en n’étant pas à l’aise). Juste voilà, de la meilleure information, et faire en sorte de rendre l’acte naturel aux yeux de la société… je sais pas, j’appelle ça de la promotion moi, c’est peut-être sur le terme que l’on est pas d’accord ? Tu vois j’imagine, tout bêtement, des pubs ou séries TV où on voit des femmes allaiter. Attends je te trouve un super exemple et je reviens ! 😜
    • J

      Joana 03 Nov 2016 - 1:52

      Bon j’ai plus retrouvé. En gros je t’explique, l’autre jour on était à Milan, puis on se promène dans une galerie à côté d’un magasin d’une marque de fringues, et devant le magasin une série de photos, avec des messages genre « Decide who you are » et une personne avec les cheveux de toutes les couleurs portant le jean de la marque ; il y avait une autre affiche avec un message similaire et une personne gay, toujours avec le jean de la marque ; et encore une autre affiche avec une femme allaitant un bébé, torse nue et avec un jean de la marque. Tu vois je trouve ça cool.

      Puis là en cherchant cette campagne, je suis tombée sur d’autres campagnes, que je trouve super : http://www.dailymail.co.uk/femail/article-2628142/Would-eat-toilet-Powerful-new-ad-series-shows-nursing-mothers-confined-bathroom-stalls-bid-break-taboo-public-breastfeeding.html, ou http://www.dailymail.co.uk/femail/article-2573875/Understanding-wifes-body-makes-better-father-Dads-pose-gender-bending-breastfeeding-campaign-support-nursing.html. Je crois au’on est bien dans la promotion de l’allaitement non ? Ben moi à ça je dis OUI, ARCHI OUI, MILLE FOIS OUI ! 😀

    • L

      Livia 04 Nov 2016 - 1:35

      Merci pour tes conseils. 🙂
      J’espère que je n’aurais pas à me battre autant que toi pour faire respecter mon choix mais au moins je suis prévenue. Affaire à suivre…;)
  19. S

    Savy 03 Nov 2016 - 5:19 Répondre

    Pardon j’étais un peu sur la défensive car quand on donne le biberon on est très attaquée… et je crois que c’est même la première phrase de l’article :).

    En plus j’ai aussi lu le commentaire de
    « Et on veut nous faire croire que les mamanbibs sont encore harcelées et en position de faiblesse ? Harcelées par les vieilles dames à la rigueur, par les pères peut-être, par les mères au foyer… (proportion par rapport aux mères au travail ?)
    Relativisons… »…alors comment te dire?

    Oui. Surtout dans un pays où 9 femmes sûr 10 allaitent, et les autres sont priées de le faire. Mais en France ça a l’air pareil. N’importe qui se sent supérieure, une meilleure mère et se permet en conséquence de « t’éduquer » sur tes mauvais choix pour ton enfant, même si leur bébé d’un an machouille un hamburger du Mac do (w…t…f…) à côté.

    Quand des hopitaux amis des bébés (UK) suppriment le lait maternisé gratuit (allo, le bébé est un patient qui a le droit de manger, si pour quelques raisons que ça soit ille n’a pas son lait!!!) ou qu’on te force à réussir ton allaitement avant de partir, c’est trop. Ah oui pour la petite histoire la maternité nous a demandé gentiment quand on partait parce que celles qui restent normalement c’est celles qui ont besoin d’aide pour allaiter… Pas ceux qui sont « juste » inquièt.es pour leur nouvelle née. Alors qu’on a en théorie les mêmes droits que les autres contribuables.

    Je pense que oui l’allaitement est un droit, donc oui aux campagnes que tu mets en lien :)! (même s’ils essaient surtout de fourguer leurs jeans ;))
    Mais ne serait ce pas mieux diriger ses efforts contre les entreprises qui te permettent pas d’allaiter que contre les autres femmes qui ont choisi de ne pas le faire? Ne t’en fais pas, je ne dis absolument pas que c’est ce que vous faites sur le blog Babyfactory, je fais référence à mes exemples horrifiants :).
    Bref c’était rhétorique. Je suis sûre que tu seras d’accord :p

    • J

      Juliette 03 Nov 2016 - 6:10

      Oh Yeah ! (Pardon, j’étais trop obligée d’acquiescer tellement je suis d’accord!).
      Moi aussi j’ai d’abord été étonnée de la remarque d’@iliade puis, en y pensant, je crois voir l’idée : on tombe vite dans l’excès quand on dit que les unes ou les autres sont très attaquées, et il est vrai qu’il est parfois nécessaire de pondérer un peu le propos.
    • J

      Joana 03 Nov 2016 - 7:48

      Bien sur que je suis d’accord ! Ouf, enfin ! Héhé. Petite précision, je ne trouve pas que les campagnes mentionnées dans mon commentaire visent les mamans qui n’allaitent pas cela dit. Pas dit que tu penses ca, mais je sais que c’est un terrain sensible où beaucoup se sentent très vite visées alors que pas (dans les deux camps). Bref. Mais voilà, je pense que le genre de choses cité en exemple est la bonne manière de faire, ça normalise l’allaitement, et je pense que ça aura pour conséquence forcément de faire du mal aux entreprises qui ne te permettent pas d’allaiter… sans rentrer dans un jeu d’accusations. Respectueux, classe. Enfin, c’est mon avis ! 😘
  20. I

    Illiade 04 Nov 2016 - 12:12 Répondre

    Merci Juliette d’avoir traduit mes propos. C’est tout a fait ca, l’exces quand on oppose meres allaitantes et bib.
    Pour ma part, je connais surtout des cas de bébés passés au bib a la mater, parfois même a l’insu de leur mère à la pouponnière, avec l’argument qu’ils ne prenaient pas assez de poids (pas assez vite pour sortir en 3 jours surtout).
    Je suis tout aussi choquée par le refus de la pillule contre les montées de lait et la pression a allaiter pour une mère qui ne le souhaite pas. C’est le meilleur moyen de perturber bébé et de grossir les stats d’allaitement impossible.

    Finalement, toutes les mères peuvent subir des pressions inadmissibles si leur choix n’est pas celui du professionnel en face :'( … Et quand on a été 9 mois sous hormones, qu’on vient d’accoucher et qu’on a une pression certaine vis a vis de cette nouvelle responsabilité qui crie de faim à coté (ou d’on ne sait quoi d’ailleurs), c’est vrai que la contestation de notre liberté/ choix/ vision de la maternité/ compétence est carrément mal digérée !

    Je garde quand même mon « relativisons » pour l’après 😉 car quand on a subi ou qu’on a peur de subir un jugement, on a vite fait d’attaquer en premier si on ne relativise pas.
    Peace and Mom 😉

  21. S

    Savy 04 Nov 2016 - 7:48 Répondre

    Haha vous avez bien raisons les filles, soutenons nous et unissons nous pour faire évoluer les choses :)! De mon côté je souffle un bon coup et relativise. Ça me fera pas de mal!

    J’ai l’impression que les pressions autour de l’allaitement (jusqu’à une certaine limite bien sûr! Les femmes qui allaitent « trop » longtemps sont aussi jugées et raillées!) sont là suite des pressions pour l’accouchement naturel (c’est mieux pour bébé, elle aura moins d’allergies parce que les bactéries vaginales c’est trop top pour sa flore intestinale, c’est naturel et c’est comme ça depuis le début de l’humanité, blablabla)… Je ne sais pas quand ça a commencé mais ça parasite l’esprit! Et quand je vois des gens qui s’excitent contre « la césarienne de convenance » je me demande quel est l’intérêt Oo?

    Bien plus facile pour nos politiques de viser et culpabiliser les mères que les entreprises, les restos et les piscines qui t’obligent à allaiter dans les chiottes… Plus facile pour la télé de pointer du doigt et rappeler les recommandations de l’OMS… que de souligner que le congé mater est trop court pour allaiter sereinement pendant 6 mois!

    Je n’imaginais pas qu’on puisse donner du lait artificiel contre l’accord de la maman! Est-ce même legal? Doit on écrire dans son projet de naissance qu’on refuse le lait maternisé, et est ce que le personnel va en tenir compte? Mince si ça te foire ton allaitement, j’imagine la colère et la tristesse!

    Ici on ne nous enlève pas les bébés à la naissance, même pour les laver (surtout pas pour les laver d’ailleurs… Le gras de la poche des eaux est très bon pour leur peau). Si on emmène bébé pour des soins, le/la partenaire suit. Aucune intervention sans que les parents ne s’en aperçoivent. Comment ça se passe en pouponière? Je croyais que c’était pour les prémas?

    t’inquiète pas ton bébé sera le/la même quel que soit le mode de livraison (césarienne/vaginal/peri ou pas!) et son mode d’alimentation! Si ça se trouve tu auras du personnel très sympa et réspectueux autour de toi. Ça me fait penser à la discussion autour de la sage femme en libéral dans l’article sur l’accouchement. Peut être la professionnelle de santé la mieux qualifiée pour te préparer?

    • J

      Joana 05 Nov 2016 - 2:23

      quel commentaire magique qui résume bien les choses ! Je suis complètement d’accord avec ta remarque qu’il faudrait mieux que le changement vienne du haut (politiques, grosses entreprises etc) que du bas (humbles mummies). Mais l’histoire montre que tant que le bas ne se manifeste pas, le haut continue de se bâfrer sur le dos des premiers… Et que notre seul chance de voir changer les choses, en général, c’est de vouloir le changement ! Mais pour ca, il faut savoir que l’on veut ce changement.. Enfin bref, j’espère que c’est clair. Bon weekend les chic@s ! 😘
  22. J

    05 Nov 2016 - 12:54 Répondre

    Pour notre par, l’expérience de l’allaitement avec la maternité, ce n’était pas ça du tout ! rien n’était fait pour favoriser un bon allaitement, pour la première nuit de notre fille née au petit matin (9 h) après une nuit blanche, j’avais prévenu ma chérie qu’on allait surement lui proposer pour notre fille : totosse, complément alimentaire ou pouponnier si la nuit s’annonçait difficile, et de surtout bien insister pour refuser.
    ça n’a pas loupé, on lui a proposé les 3. donc pour que la maman puisse se reposer, après avoir pu dormir pour ma pars 2 heures et demie, j’ai eu l’autorisation du service, de revenir à 3 heures du matin, pour prendre le relais / m’occuper de notre fille et surtout pour laisser quelques heures de repos a la maman.
    donc oui, c’est vrai que c’est dommage,( peu importe le choix que la maman puisse faire), qu’il y a besoin de l’imposer au lieu d’être écouté et aider.
  23. La culpabilité du parent qui travaille – Baby Factory
  24. R

    Ruby 02 Déc 2016 - 10:27 Répondre

    J’ai un avis très personnel sur le sujet comme vous toutes ici….
    Je trouve qu’on en fait des caisses par rapport à l allaitement…. mais franchement il vaut mieux une maman épanouie qui donne un bibi ou une maman qui allaite a contre coeur?
    J allaite ma fille de 3 mois ( allaitement maternel exclusif) et oui… elle a eu un rhume qui a traîné pendant 3 semaines….. donc je pense que chacune est libre de joueur son enfant comme elle veut du moment que la santé de l enfant n est pas mise en danger 😆
  25. A

    Aurelie 05 Mai 2017 - 10:47 Répondre

    Ma fille va avoir dix mois , je l’allaite encore le matin. Voila un mois quelle prend (enfin!)le bib le soir. Avant cetait « ah c’est génial tu allaites! » Et maintenant « ah mais tu allaites encore? Tu comptes allaiter jusqu’à quand? ». Euh juste laissez moi tranquille . Jai eu mal pendant deux mois entiers à la naissance, sans parler d’être scotchée en permanence à ta progéniture, ne pas la laisser à garder pendant 6 mois dans mon cas (refus du bib). La fatigue, le dévouement corps et âme. Les sous tifs d’allaitement moches (ben oui!!), Les coussinets glamour. Bref faut vraiment se faire violence moi je trouve pour allaiter. Je ne sais pas si j’aurais autant de volonté pour le deuxieme. Le choix du biberon n’est donc pas un mauvais choix non plus, tant que ça aide à se sentir mieux, on peut déléguer, faire ca sereinement. Tout ça pour dire que les deux solutions sont bonnes j’en suis convaincue. Alors qu’on nous foute la paix avec nos tétons et nos tétines ! 😀
    • J

      Juliette 05 Mai 2017 - 11:13

      Et bien voilà !! On est bien d’accord !

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *