Baby Factory
La Fabrique.
  • Éducation41
  • Lifestyle37
  • Santé36
  • Grossesse34
  • Organisation29
  • 1 an et plus21
  • Accouchement19
  • Les premiers jours15
  • On a testé...14
  • 0-6 mois13
  • Scolarisation13
  • Développement13
  • Shopping11
  • Allaitement10
  • 6-12 mois10
  • 2-3 ans9
  • Alimentation9
  • Garde7
  • Activités7
  • Couple6
  • Voyage6
  • Concours3

Le meilleur des pires réflexions entendues concernant l’allaitement (et les réponses qui vont avec)

45 réponses • 4 min • • 24 Mar 2016

De la question purement naïve de celui ou celle qui ne connaît absolument rien au sujet, au vrai pic de cet(te) autre qui n’y connaît finalement rien non plus mais qui croit que si, je liste ici le meilleur des pires réflexions que j’ai pu entendre lors de mes allaitements, avec en prime la réponse que j’aurais aimé avoir sous le coude quand ça m’est arrivé. Et comme je sais déjà que cet article ne résume pas à lui tout seul toutes les idées farfelues qui peuvent passer par la tête de nos congénères, j’attends ton meilleur du pire à toi en commentaire, ok ?

  1. « Tu ne peux pas savoir combien il mange ! »
    Non ! C’est important ?
  2. « Comment tu sais qu’il en a eu assez ? »
    Au hasard, parce qu’il a l’air repu et qu’il grandit bien.
  3. « Quoi, tu l’allaites encore ? Il a quoi déjà, au moins… »
    … 5 mois. Oui, figure-toi que l’allaitement maternel exclusif est recommandé par l’OMS jusqu’aux six mois de l’enfant, et devrait être poursuivi, toujours selon ce même organisme, en complément de la nourriture solide jusqu’à ses deux ans au moins. Mais apparemment chez toi, à six mois, les enfants dégustent des huîtres en apprenant la démonstration du théorème de Pythagore sur fond de Chopin, donc qu’est-ce que j’en sais après tout.
  4. « L’allaitement au début je trouve ça bien, mais au bout d’un moment, quand l’enfant a un an ou plus, franchement c’est malsain. »
    Je vais donc d’abord te renvoyer à la réponse précédente. Ensuite, « malsain »… Comment te dire. Un enfant d’un an ça ne parle pas, ça croit que quand tu dis non c’est pour jouer, ça ne sait pas à quoi ça sert un zizi (est-ce que ça sait même que ça en a un ?), mais ça aurait des pensées malsaines. Tout à fait. Ça ou bien c’est toi qui en a, en fait, des pensées malsaines.
  5. « Mais, il a des dents ! Moi j’arrêterais si j’étais toi. »
    C’est à dire qu’il tète, il ne mord pas. Le tien a percé les tétines de son biberon quand il a eu ses dents ?
  6. « Le papa doit se sentir inutile… »
    Le papa va très bien, merci pour lui. Et puis d’ailleurs, un bébé ça ne fait pas que manger : ça a besoin de câlins pour s’endormir, ça a besoin d’être porté pour faire son rot ou encore faire passer une colique. Ça a besoin d’être changé, et le change, ça n’est pas qu’une histoire de caca.
  7. « 3 mois ! Mais tu as encore du lait ?! »
    Il se trouve que mon lait ne m’a pas été offert par packs de 6 le jour de mon accouchement. Je le produis, et j’en produirai tant que mon enfant m’en demandera.
  8. « Voir un bébé au sein de sa compagne, ça doit rendre le papa jaloux. »
    Nan, ça va, merci. Mais c’est sûr, j’ai la chance d’avoir épousé un homme qui a plus de 50 de QI… Et sinon toi, tu penserais quoi d’un mec qui te demande d’arrêter de faire des bisous à ton enfant parce que tu utilises pour ça la même bouche qui sert à l’embrasser langoureusement ?
  9. « Quoi, tu es malade, et tu l’allaites ?! Je crois vraiment pas que ce soit une bonne idée… »
    Ce qui n’est pas une bonne idée, c’est de mettre en quarantaine une jeune maman et ainsi priver son petit bébé de câlins et d’attention. Je pense qu’on est d’accord. À partir de là, si j’ai chopé un virus, mon bébé le chopera aussi, que je l’allaite ou non. Mais si je l’allaite, il chopera surtout aussi tous les anti-corps qui vont l’aider à combattre la maladie, renforçant au passage son système immunitaire à lui.
  10. « Franchement, allaiter, c’est bizarre. »
    Non en fait, si tu réfléchis, ce qui est bizarre (si quelque chose doit l’être), c’est donner du lait d’un autre animal à un petit d’homme. Moi, je fais juste comme n’importe quel autre mammifère sur cette planète.

Ah, ça fait du bien ! Tu veux te sentir mieux aussi ? Allez, viens tout nous raconter !

Être maman prend du temps, on publie quand on peut. Le mieux, pour te tenir au courant de la publication d'un nouvel article, c'est de nous donner ton mail dans le petit espace, là, tout en-bas. Tu peux aussi nous suivre sur Facebook, et dans ce cas c'est sans garantie que nos dernières tribulations apparaissent dans ton feed – mais on s'y marre bien quand même.

24 Mar 2016

Article Précedent

Article Suivant

Réactions

  1. J

    Julie 24 Mar 2016 - 9:48 Répondre

    Bonjour,
    Il y a et y aura toujours de quoi se faire pipi de rire dessus avec ce sujet. La race humaine est affligeante.
    L’allaitement maternel c’est très bon pour les bébés quand tout le monde (je parle de la cellule familiale bébé-parents) le vit bien.
    Cela dit allaiter jusqu’à 2 ans est un peu compliqué dans notre société où maman est sensée retourner travailler quand bébé a 2 mois 1/2.
    Je voulais rebondir sur ta réponse au point 5 et t’informer que : Oui il s’est pris de passion pour le croquage de tétine quand il a eu ses premières dents… Rétrospectivement je bénis donc les crevasses et le baby blues qui m’ont fait opter pour le biberon au bout de 15 jours.
    Sinon, on m’a expliqué qu’allaiter en public était un manque de respect aux personnes autour…
    Comment expliquer que je n’ai pas prévu d’exposer mon opulente poitrine (laissez-moi rêver) à la foule en délire et que les vêtements d’allaitement son très bien conçus pour ça ???)
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 9:30

      Hahahha ! Effectivement l’allaitement tardif est compliqué pour la raison que tu mentionnes, et certaines maman préfèrent même ne même pas commencer en se disant que pour arreter au bout de 2 mois, c’était pas la peine… Dommage ! Concernant le croquais, en vrai mon aîné s’y est essayé l’une ou l’autre fois, mais vu ma réaction, il n’a pas recommencé 😉 Pour ce qui est de l’allaitement en public et de l’étalage de la marchandise, je ne crois pas que les vêtements d’allaitement sur soient si bien conçus pour qu’on n’y voit rien. En tout cas pas les miens ! Honnêtement j’étais en mode zéro pudeur passées les premières semaines. Mais franchement, je trouve ça malhonnête de s’en prendre à une femme qui ne fait que nourrir son enfant en l’accusant de manque de respect, surtout quand on voit le nombre de pub tendancieuses auxquelles on est exposé continuellement sans que ça ne choque absolument personne. Donc si quelqu’un me dit que voir ma poitrine nourrir mon petit ça le dérange, crois-moi que je vais bien lui dire qu’il lui suffit de tourner la tête de l’autre côté (version soft de ma réponse, bien sûr).
  2. M

    Maman_2_anges 24 Mar 2016 - 10:12 Répondre

    c’est tellement vrai, pour ma part je rapellerais toujours ma belle mère qui me regardais allaiter ma grande, elle aimait têter en étant en position debout contre moi et qui m’a sorti, « oh là là non mais elle peu pas respirer comme ça, tu devrais tirer sur ton sein pour faire passer de l’air ». parce que c’est bien connu un enfant qui étouffe reste à gloutonner et ne tourne pas sa tête pour avoir de l’air
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 9:32

      Hahaha, les grand-mères ! <3 2/3 des réflexions ci-dessus viennent de la mienne ;-)
  3. J

    Julie 24 Mar 2016 - 10:27 Répondre

    Rhooo les fautes j’ai honte !
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 9:35

      Quelles fautes ? 😉
  4. H

    Hélène 24 Mar 2016 - 11:19 Répondre

    Merci pour cet article! J’aime à rappeler aux dubitatifs de l’allaitement que l’espèce humaine s’est développée pendant 100 000 ans sans lait en poudre ni autre additif… Et qu’il y a donc peu de chance que les femmes du 20ème siècle soient subitement devenues massivement inaptes… Tout ça n’est qu’une histoire de lobbying commercial que les personnes influençables gobent sans réfléchir! En général ça clôt rapidement la discussion 🙂
    • A

      Adeline 25 Mar 2016 - 9:14

      Je réponds généralement la même chose ! Cet article fait du bien mais c’est triste de voir qu’il y a encore autant de monde qui sort ce genre d’âneries…
      Pour ma part, ma famille me dit souvent « Tu es sûre que tu as encore assez de lait ? C’est embêtant de ne pas savoir combien il boit… Passe aux biberons c’est quand même plus pratique ! » Ben non je n’ai pas de vaisselle et stérilisation à faire moi ! Et quand j’ai envie d’aller voir une copine ou me balader, pas besoin de tout un tas d’affaires pour nourrir bébé !!
      Je crois que jusqu’à 2-3 mois, tu passes pour une bonne mère (c’est moche pour celles qui font le choix du biberon, elles ne sont pas plus mauvaises mères que moi. On a fait un choix, pour bébé et pour nous). Passer ce cap, soit on te voit comme une super women (comment elle fait pour y arriver encore ??), soit comme une folle (pourquoi elle s’acharne à lui donner le sein ??).
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 9:41

      Exactement Adeline ! Je crois qu’on a le même genre d’amis ! 😀 Et oui, c’est trop ça, tu passes très vite de super maman à folle/ malsaine, c’est triste.
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 9:38

      C’est vrai que c’est fou que la façon la plus naturelle de nourrir son bébé soit devenue une façon bizarre de le faire… Je suis d’accord avec toi qu’il y a du chemin à faire pour défaire tout le mal fait par les grandes entreprises laitières, mais ne perdons pas espoir. Pour certaines, ne pas allaiter est un vrai choix, que je respecte, mais je reste persuadée que c’est en informant sur le sujet et en familiarisant nos congénères avec l’activité qu’on changera les choses !! Bises
  5. L

    Lucas3008 31 Mar 2016 - 10:32 Répondre

    Ah ça l’allaitement ! Dans mon entourage, que ça soit ma famille ou celle de chéri, personne n’a jamais allaité. Alors forcément, vu que je désirai allaiter pour bébé 1 j’ai eu pas mal de remarques ! « et si tu n’as pas assez de lait ? » « tu sais une amie a failli perdre un téton en allaitant, t’es sûre que c’est ce que tu veux ? » « non, mais c’est pas naturel, le biberon lui au moins tu sais ce que tu donnes, quelle quantité, et puis bon c’est plus pratique » bref, personne pour vraiment m’épauler ou me conseiller, alors j’avoue que malgré moi, j’ai eu tellement peur que je n’ai pas osé.
    Pourtant zut ! Je regrette de n’avoir même pas pu faire la tétée de bienvenue avec mon numéro 1 alors cette fois c’est décidé, je me fous de ce que pensent les autres, numéro 2 sera allaité le temps qu’il faudra, même si je n’y arrive pas et que ça ne dure qu’un jour, une semaine ou un mois j’aurais essayé !
    Bon malgré le fait que j’ai prévenu, j’ai encore des remarques « faudra acheter du lait » « non je compte allaiter » « ah oui, c’est vrai mais au cas où ça marche pas, tu sais… » bref toujours ces supers encouragements qui motivent !
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 11:07

      Oh la vache, limite ça me choque ! Mais NON, écoute-toi, c’est de réflexions inverses que tu mériterais d’avoir !!!! Et « tu sais une amie a failli perdre un téton en allaitant », on en parle ?? Méga LOL. Bref, tiens bon, l’allaitement est TELLEMENT meilleur pour ton bébé ! Va faire un tour sur mon article « Faire le choix de l’allaitement maternel » et sur cet article du monde que j’ai mis en lien dans cet article justement, et qui explique tous les impacts de l’allaitement maternel… De quoi te motiver et savoir quoi répondre à tous les rabat-joies !
  6. T

    Tara B. 31 Mar 2016 - 11:49 Répondre

    Moi qui n’ai pas allaité (enfin plus exactement qui ai foiré mon premier allaitement malgré beaucoup de bonne volonté et de persévérance et même pas essayé le deuxième) la question que je préfère (en tant que mère non allaitante donc) c’est :  » mais tu le nourris ton bébé ? ». Et oui, qu’on se le dise : si un enfant n’est pas pendu à ta mamelle c’est qu’il n’est pas nourri. C’est le pendant des réflexions à la con sur l’allaitement. J’ai toujours répondu que non, j’avais bien réfléchi et que je préférais finalement le laisser mourir de faim… 😉
    • J

      Joana 31 Mar 2016 - 1:07

      Juliette nous prépare justement un joli article sur les réflexions entendues quand tu n’allaites pas ! Les gens sont merveilleux !!
  7. L

    Lucas3008 01 Avr 2016 - 8:38 Répondre

    TARA B. j’adore ta réplique concernant le fait de « nourrir » ou non son enfant… Les gens ont tellement de préjugés et sont tellement curieux de tout, c’est limite malsain parfois, et les remarques sont dures à entendre… Heureusement il y a des gens comme toi qui savent le prendre à la rigolade !
  8. h

    hanan 21 Avr 2016 - 11:19 Répondre

    ohhhh je suis enceinte ma premiere aura bientot 6ans et j accouche juste apres je l ai allaiter 2ans et des misere et des aneri j en ai eu ma dose en 2ans beurk je vais bientot le revivre mais ils diront ce qu il voudront moi je ferais le maxs 2ans!!!
    • J

      Joana 25 Avr 2016 - 11:24

      Génial si tu arrives à aller jusqu’aux deux ans, je te le souhaite ! Et on emmerde les cons !!! 😉
  9. J

    17 Mai 2016 - 11:46 Répondre

    – « Moi je n’allaite pas, je ne suis pas une vache »
    – Et ton bébé, c’est pas un veau….
  10. I

    Illiade 24 Mai 2016 - 11:45 Répondre

    Faut dire que la comm est tellement mal faite. L’argument majeur pro-allaitement des magazines est toujours le fameux lien maternel. Pour avoir vécu l’inverse je les deteste ces articles. J’adore allaiter mais j’ai dû souvent le laisser a son pere car bébé sur moi crisait pour teter, quitte a enchainer régurgitations et maux de ventre.
    Parlez nous de l’intolérance au lait de vache, de la difficulté a choisir le « bon » lait et du marché de la tétine. Dites que la maman peut transmettre ses anticorps, qu’elle peut jouer sur son alimentation pour réduire les maux de bébé, que les règurgitations de LM ne risquent pas d’oeshagites comme celles de LA.
    Ha désolée, ce n’est pas le sujet…

    Comme remarque j’ai eu, a 10 jours : tu devrais faire tester ton lait pour savoir s’il est assez riche. Visiblement, cette personne a été poussée a arreter lors d’une période de croissance. Je n’ai pas osé le lui dire…

    Et une amie a carrément recu de sa belle-mère : mais donne lui le biberon, il faut vivre avec son temps.
    J’aurais répondu que c’ètait très dans l’air du temps de se sentir concerné par tous les produits pas trop naturels qu’on ingurgite.

    • J

      Joana 25 Mai 2016 - 11:20

      Pas mal la dernière réponse, je l’ajoute à mon carnet de réparties top de la mort. Il paraît que certaines se font carrément engueuler pour allaiter en public. On me l’a jamais faite mais il n’y a pas intérêt. D’ailleurs faudrait peut-être que je m’y prépare parce que si ça m’arrive je risque d’être frustrée de n’avoir pas vidé mon sac. Bref, vive l’allaitement, vive le lait maternel, et vive les arguments honnêtes en sa faveur. (Et les poussées de croissance… – soupir – ça a fait l’objet d’un très long article un jour, et effectivement, gros coup de gueule pour ne pas y avoir été préparée !)
    • J

      26 Mai 2016 - 11:07

      Bonjour Iliade,

      pour la belle-mère : j’ai la même ! c’est toute une génération qui est comme lobotomisé sur ce sujet grâce à la très « bonne » communication des marques de LA.
      « Tester le lait », je n’avais jamais entendu ça, quelle drôle d’idée, surtout quand on sait que le lait maternel est et sera toujours meilleur dans tous les cas.
      il y a donc encore beaucoup de boulot sur la communication de l’allaitement, sauf que là, il n’y a pas d’industriel pour envoyer une floppée de commerciaux chez les professionnels de santé, il y a des associations qui le font bien sur, mais avec peu de moyens comparés aux industriels, dommage que là sécu (qui aurait tout intérêt à favoriser l’allaitement) ne prenne pas ce rôle assez à coeur, pourtant il y en a des choses à faire, comme augmenter la durée du congé maternité pour favoriser l’allaitement, pour la sécu : ca serait comme un investissement sur l’avenir. ça existe dans certaines Convention collective, mais ça devrait être généralisé.
      Concernant les arguments, si les bébés sont tous différents, les femmes aussi, et si pour certaines : l’allaitement est naturel, pour d’autres moins renseignés sur le sujet, vont le moment venu se poser la question entre LM et LA : peser le pour ou le contre, chercher les avantages et les inconvénients de l’allaitement, et c’est là qu’une femme sera plus ou moins sensible à certains arguments en faveur de l’allaitement, et il y en a tellement…
      Le lien maternel ne t’a peut-être pas convaincu, pourtant il reste très important pour beaucoup, après, d’autres vont chercher dans les avantages (plus futile) comme le côté économique, où le côté plus pratique de la mise au sein, comparé a la préparation d’un biberon (surtout en pleine nuit!),
      Ma chérie, a été convaincu par un autre argument : celui de la perte de poids, beaucoup plus rapide et plus efficace, grâce à l’allaitement, à la naissance, quand le bébé tete, ça provoque des contractions de l’utérus, qui reprendra sa taille initiale, ensuite ça ira chercher les graisses accumulées de la grossesse pour les redonner au bébé.
      Et puis pour citer quelques autres avantages non négligeables cette fois-ci : diminution très significative du risque du cancer du sein pour la mère et du risque de mort subite du nourrisson (et encore + avec le co-dodo).
      et pour l’enfant, il y en a tellement aussi, qu’il serait difficile de les cités tous ici !

  11. M

    Melba 09 Sep 2016 - 9:21 Répondre

    Vous êtes un peu dures avec vos mamans, belle-mères et grand-mères !
    Il faut toujours garder en tête le contexte genetationnel.
    Actuellement j’allaite bb1, qui va sur ses 6 semaines, et j’entends des âneries déversées par brouettes entières depuis 6 mois, quand j’ai dit que jallaiterais.
    Mais les femmes de la génération précédente ont peu allaité, parce que mal informées et mal soutenues. En plus,dans les années 80 les analyses de lait se faisaient, la médecine ne sachant pas encore que la composition du lait varie au cours de la tétée/la journée/la croissance. Beaucoup de femmes étaient poussées a arrêter aux pics de croissance parce que « le bébé mourrait de faim » ou lors d’un engorgement ou d’une lymphangite parce que « lait non potable ».
    Quand à la génération précédente, le lait artificiel était porté aux nues par deux arguments: hygiène et composition garantissant des apports suffisants. Et puis,c’était plus chic car moins « animal ».
    Donc d’accord, c’est vexant parfois, c’est dur de s’accrocher quand on est fatiguée si on n’est pas soutenue moralement, mais les femmes qui nous ont précédé n’ont pas eu la chance d’allaiter ou on été poussées à arrêter trop tôt. Alors je préfère les informer (quand j’en ai la patience, je suis pas une sainte non plus) que les casser à chaque fois.
    • M

      Melba 09 Sep 2016 - 9:24

      Generationnel et non genetationnel, désolée pour la coquille..
    • J

      Juliette 09 Sep 2016 - 10:05

      A la fois je suis assez d’accord mais je serais beaucoup plus pondérée sur un aspect : les femmes des générations précédentes n’ont pas allaité par choix aussi. Quand on n’allaite pas, il ne s’agit pas d’une mauvaise information. Moi par exemple, je suis sans doute bien mieux informée sur l’allaitement que beaucoup de femmes qui allaitent, et pourtant ce n’est pas le choix que j’ai fais.
      Je suis d’accord sur le fait que l’accompagnement est essentiel, tout comme une information fiable et que sur ces questions, il y a beaucoup à faire. Pour autant, il est faux d’imaginer qu’avec des infos fiables, les femmes allaiteraient forcément davantage.
      L’accompagnement permettrait en revanche à certaines de celles qui arrêtent a contre cœur de trouver des solutions.
      Et sinon, tu es très courageuse d’expliquer parce que personnellement, les remarques sur les biberons, j’avais vachement de mal à les supporter ! 😓
    • J

      Joana 09 Sep 2016 - 12:54

      (En 30 ans le Brésil multiplie par 20 le nombre de femme allaitant jusqu’aux six mois de l’enfant – et autant la population est mal informée sur plein de sujets, autant sur l’allaitement ils sont tous SUPER bien informés) http://saude.estadao.com.br/noticias/geral,em-30-anos–brasil-aumenta-em-20-vezes-a-amamentacao-exclusiva-ate-os-6-meses,10000019179
  12. J

    09 Sep 2016 - 10:28 Répondre

    Avec une information fiable pour celles qui manifeste l’envie d’allaiter, on éviterait peut-être le besoin d’un accompagnement a posteriori pour celles qui doivent arrêtent à contre coeur, même si l’allaitement est très souvent rattrapable, il restera malgré tout, toujours plus difficile, que s’il avait bien démarré dès le début. pourquoi l’équipe médicale de la maternité, proposent à la moindre difficulté rencontrée : des compléments alimentaires où des tétines, dès les premiers jours/heure de l’enfant… alors qu’on sait que cela est mauvais pour la mise en place d’un bon allaitement. toutes les expériences qu’on m’a racontés, j’ai l’impression que c’était la même histoire, rien n’était fait pour aider la mère qui voulait allaiter. et un allaitement qui démarre mal à de grandes chances de ne pas durer longtemps.
    • J

      Juliette 09 Sep 2016 - 10:36

      Comment ne pas être d’accord ? 😜
      Je souligne juste qu’il faut bien garder en tête que le choix entre en compte et que les femmes qui n’allaitent pas ne sont pas toutes des victimes d’une mauvaise information.
    • J

      09 Sep 2016 - 10:51

      pas toutes 😉 mais ça doit arriver quand même, mais mon message précédent, c’est plus un coup de gueule contre les maternités qui n’essayent pas de mettre toutes les chances du coté de l’allaitement pour les mères qui en font le souhait.
    • J

      Joana 09 Sep 2016 - 12:44

      Alors pour le coup, je ne suis pas d’accord avec Juliette (c’est pour ça qu’on s’aime !) Je suis persuadée qu’une meilleure information sur le sujet résulterait en un plus grand nombre global d’allaitantes. Le fait qu’il existe des femmes, qui même très bien informées, choisiraient de ne pas allaiter ne contre-dit pas ce fait…
      Sinon bien sûr que je ne suis pas un monstre dans la vraie vie et que j’ai parfois un peu plus de tact, mais ça m’a fait du bien d’écrire ce que quelques fois me ferait du bien de dire ! (Et je pense avoir au passage donné les explications qu’il faut, mais après, à chacune sa méthode !) 😜
    • J

      09 Sep 2016 - 2:08

      Joana, je pense aussi qu’une meilleure communication pourrait aider beaucoup de femme, et ton exemple avec le brésil est très bon. chaque personne en faveur de l’allaitement peu le faire modestement dans son entourage, mais tant qu’il n’y aura pas une vraie volonté politique pour favoriser l’allaitement et faire évoluer les mentalités, et tant que le lobby des grands producteur de lait (en poudre) sera plus puissant que tous les militants pour l’allaitement réuni, ce n’est pas gagné….
    • J

      Juliette 09 Sep 2016 - 9:44

      Autant je suis plutot d’accord avec vous sur le fond, autant la forme me choque (ouais carrément ! 😜). Les mots « militants » ou « faire évoluer les mentalités », ça donne quand même bien l’impression que quand on n’allaite pas on a forcément tord. Ce n’est peut être pas le fond du discours, mais les mots employés sont assez durs : moi je n’ai presque pas allaité et je vivrais moyennement bien qu’on vienne me dire que ma mentalité doit évoluer. J’ai juste décidé que je n’allaiterai pas plus.
      Gardons bien à l’esprit que celles qui allaitent se prennent autant de réflexions désagréables que celles qui n’allaitent pas, qui passent assez vite pour de mauvaises mères, des filles superficielles ou égoïstes. Les « mentalités » ne vont donc finalement pas toutes dans le même sens !
      (Moi aussi je vous aime quand même hein !)
    • J

      Joana 10 Sep 2016 - 10:51

      J’entends ce que tu ressens et j’en suis désolée ☹️ Mais en même temps, je vais insister parce que je trouve ça intéressant d’aller au fond des choses, voir où ça bloque pour pouvoir peut-être un jour enfin pouvoir aborder le sujet de l’allaitement sans que ça ne repousse tout le monde dans ses retranchements.
      Il y a une chose avec laquelle je ne suis pas d’accord, c’est que quand tu parles de « tord », cela implique « responsabilité ». Or dans un pays où la communication sur le sujet, la promotion (oui j’insiste) (il y va un peu de la santé publique) sont mauvaises, on ne peut vraiment pas en vouloir aux femmes ! Toutes celles qui aujourd’hui donnent leur première tétée sans même se poser de question, il y a une ou deux génération auraient donné le biberon toujours sans se poser la moindre question, et sans que l’on puisse leur reprocher quoi que ce soit.
      Maintenant, j’espère qu’on est d’accord que le lait maternel c’est quand même meilleur pour tout le monde que le lait maternisé, et que pour le bien de tous, il serait bon que globalement les femmes allaitent plus. Je ne parle pas de toi précisément, juste à un moment, tu regardes les chiffres et tu te dis que les Françaises n’ont pas une vision fondamentalement différente de la maternité que dans plein d’autres pays où ça allaite sévère et que donc, ça pourrait aussi être différent et finalement… Où est le choix ? Comment il est fait et avec quelle connaissance du sujet ? Tu vois toi t’es hyper informée sur le sujet et tu as fini par te décider à arrêter l’allaitement ; et jamais jamais ça c’est un quelconque problème. Si les gens savent, sont accompagnés comme il fait, informés etc mais que certains continuent à choisir le biberon, OK, je ne vais pas interférer dans ce choix. Je pense que ce qui est dénoncé ici, c’est le personnel qui va être plus tranquille de savoir combien ton bébé a pris, qui ne va pas savoir qu’un complément ça peut ruiner ton allaitement, qui ne saura pas t’aider à mettre ton bébé au sein, et enfin, des pouvoirs publiques qui ne sensibilisent pas assez les femmes à leur capacité à allaiter et les conséquences pour elles et leur bébé à le faire.
      Alors je ne sais pas, comment sensibiliser les femmes à tous les bienfaits du lait qu’elle produisent, comment les préparer à être allaitantes, sans faire à un moment la promotion de l’allaitement, sans une meilleure information publique et préparation ? Ce n’est pas une question piège, je me demande vraiment comment tu verrais le truc.
    • J

      10 Sep 2016 - 1:43

      comme le dit Joana, je crois qu’on est tous d’accord pour dire que le lait maternel et meilleur pour l’enfant, mais personne (en tout cas pas moi), ne reproche à une maman de faire le choix du biberon, les militants pros-allaitements ne sont pas là pour se battre contre les mamans qui font ce choix, mais contre les lobbys et l’industrie du lait en poudre, qui font tout pour justement ne pas vous laisser le choix.

      Et puis, ça va même plus loin que le lait en poudre, les sociétés qui le fabrique, sont les mêmes qui fabriques les petits pots tout fait, pourquoi pensez-vous que le lait pour bébé soit généralement placé juste à côté des petits pots pour enfants, ce n’est pas pour rien, résultat, la consommation des petits pots est plus importante chez les mamans non allaitantes.

      pour finir, le gros problème de l’allaitement, c’est que ça ne rapporte de l’argent à personne…

    • J

      Juliette 10 Sep 2016 - 2:45

      Je ne connais pas grand chose aux fabriquant à de lait et à leurs pratiques. En revanche j’imagine que si plus de mamans achètent des petits pots tout faits chez les mamans qui n’allaitent pas, c’est peut être aussi parce qu’elles sont plus nombreuses à travailler (j’ai pas de certitude sur ce point, mais il me semble que la reprise du travail doit forcément sonner la fin de l’allaitement chez pas mal de monde). Perso j’ai arrêté de faire moi même les purées de ma fille quand j’ai repris le boulot car c’était devenu vraiment trop contraignant (et j’ai trouvé des marques parfaites de petits pots tout à fait sains d’ailleurs mais c’est un autre sujet !).
      Tu veux dire quoi exactement quand tu parles du lobby du lait en poudre ?
    • J

      11 Sep 2016 - 12:32

      le lobby du lait en poudre, c’est par exemple les industriels, qui finance des congrès très chers pour des médecins ou sages-femmes, en échange d’une petite affiche de publicité et quelques bons conseils à leurs patients, ou quand ils offrent gracieusement aux maternités les premiers kits de bienvenue avec leur marque, ou donnent du lait aux maternités, pour faire en sorte que le bébé utilise leur marque dès la maternité, parce qu’une fois le premier biberon donnée, c’est un client gagné, surtout si le bébé tolère ce lait, les parents vont continuer avec le même à coup sûr.

      Je ne sais pas si vous avez vu ce reportage dans Cash Investigation ( http://www.lllfrance.org/vous-informer/actualites/1777-les-strategies-marketing-des-vendeurs-de-laits-en-poudre-denoncees-dans-cash-investigation ), (je vous invite fortement à regarder la vidéo, elle avait été diffusé en dernier sujet, tard le soir, malheureusement…), c’était sur Danone, mais Nestlé fait la même chose, ma mère était d’ailleurs partie il y a 25 ans, en Afrique, pour faire un reportage et dénoncer les mêmes pratiques par Nestlé, ça ne date donc pas d’aujourd’hui, et comme je disais, tant qu’il n’y aura pas une vraie volonté politique, ça ne changera pas.

      Voilà pourquoi il faut des militants… voila pourquoi une meilleure communication sur l’allaitement est importante, pour que tout le monde puisse avoir VRAIMENT le choix.

    • J

      Juliette 11 Sep 2016 - 8:52

      Je vais regarder ça ! Merci pour ces infos !
    • J

      11 Sep 2016 - 12:45

      Et pour le boulot : allaitement et reprise du travail ne sont pas du tout incompatibles, même si beaucoup le pensent, là encore, c’est un choix à faire, si on veut, on peut. ma chérie allaite et a repris le boulot depuis le début de l’année, au début c’était 3 tétées : une après la nounou, au moment du dodo, et le matin, maintenant c’est 1 par jour, que pour le dodo.
    • J

      12 Sep 2016 - 2:46

      J’ai revu le reportage hier, il faut bien tout regarder, prenez le temps de le voir quand les enfants sont couchés et pour juliette : je suis sur que ton avis changera après l’avoir vu ( à partir de 1h23 dans la vidéo jusqu’à la fin) il résume bien tout ce que je déteste dans l’industrie du lait, et ne pensez surtout pas qu’en France c’est different, d’ailleurs, je trouve dommage qu’il n’en parle pas dans le reportage, mais on retrouve exactement la même politique commerciale, la seule différence, c’est qu’en France, l’eau est potable et nos enfants n’en meurent pas.
  13. C

    Cécirose 26 Jan 2017 - 7:07 Répondre

    Voilà un commentaire à retardement, ça fait longtemps que je veux réagir sur ce sujet mais bon lorsque l’on a un bébé de 5 mois on comprend vite la différence entre ce que l’on veut et ce que l’on peut faire hi hi J’adore votre blog à toutes les 2, ça fait un bien fou de vous lire, je me suis pris de bons fous rires et nous en avons bien besoin les jeunes mamans hein. Mais sur le sujet de l’allaitement Juliette, avec tout mon respect pour les mamans biberons de la terre et bien je diverge. Même sérieusement (et nan je ne fais pas de gâteau avec mon lait !!!) Dans le cas de la France, le terme promouvoir l’allaitement, mais genre vraiment, me semble tout à fait approprié. Dans notre beau pays seulement 15% des femmes allaitent exclusivement après 3 mois et ce chiffre tombe à 8% après 6 mois…
    (http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1310-3n.pdf)
    Alors dans ce débat on comprend vite que l’on marche sur des œufs normal nous abordons un point vital, l’alimentation de nos tous petits et l’impact de nos choix sur leur santé présente et future. Moi mon avis c’est que dans un monde idéal ces chiffres devraient être inversés. Mais encore une fois il y a un fossé énorme entre nos désirs de jeunes mamans et la réalité. Ne serait-ce que la durée du congé mat ! Comment gérer sereinement un allaitement quand on est censé reprendre le boulot 2 mois et demi après la naissance et qu’à ce stade il est quand même très rare que maman et bébé aient trouvé leur rythme de croisière? Et que penser des mentalités et du cortège de superstitions véhiculées inconsciemment ou non par la famille/amis/personnel médical ? (« Bon quand est-ce que tu passes à autre chose, à 6 mois il serait temps non ? » grrr « hannnn tu vas avoir les seins qui tombent !!!! » re grrrr « Mon dieeeeeeuuuuu elle ne va Jamais te lâcher !!!! » rapport au cododo of course « Un bon bib le soir et tu verras elle fera ses nuits direct ! » Rhaaaaa).
    OUI naturellement chaque femme dispose de son libre arbitre, on a pas fait Mai 68 pour rien mais peut-on parler de choix éclairé avec autant de désinformation cumulé à un contexte social aussi peu favorable ? Alors sans faire de généralité hein mais moi je rencontre décidément beaucoup de mamans à commencer par les nôtres « qui n’ont pas réussi à », « qui n’ont pas été accompagnées/motivées/informées » (le classique « je n’avais pas assez de lait »…ben oui si tu cherches à espacer les TT au début surtout celles de nuit que te font bien ch*** et ben ta production va diminuer c’est automatique). Donc une information positive, non culpabilisante à tous les niveaux (pourquoi pas dès l’école) me semble être une bonne solution. Enfin pour conclure je m’étendrais davantage dans l’autre article de Joana sur choisir l’allaitement (c’est fou je ne pensais pas avoir autant de choses à dire), être maman (et papa !) c’est se prendre un raz de marée émotionnel sans précédent, un poids énorme nous tombe d’un seul coup sur les épaules, la responsabilité de ce petit être sans défense, totalement dépendant de nous pour survivre. Cela demande de l’énergie, doit-on en plus justifier le moindre de nos faits et gestes ? Il est vraiment temps que les mentalités évoluent. Amitiés à toutes les mamans quelque soit leurs choix !
    • J

      Joana 05 Juil 2017 - 11:52

      Hey merci pour ton commentaire avec lequel je suis entièrement d’accord. Pour ce qui est de la « promotion de l’allaitement », je crois qu’on avait fini par se mettre d’accord et se rendre compte que le problème était en fait simplement la compréhension de chacune du mot en tant que tel… Enfin je crois ! (@juliette ?)
  14. T

    Taulier 27 Mai 2017 - 6:30 Répondre

     » Tu le nourris ? » ~>  » non Mamie je le laisse crever de faim « 
    • J

      Joana 05 Juil 2017 - 11:52

      C’est ça. 😂
  15. M

    Marion 09 Sep 2017 - 9:37 Répondre

    Moi j’ai eu le droit aux bilans intermédiaires mensuels : « oh un mois c’est bien  » (pourquoi ?, il a plus besoin de manger après ?), « deux mois c’est super, tu peux arrêter il a bien eu ses anticorps  » (aah, j’avais pas compris que c’était comme un médicament),  » trois mois c’est bon là, il faut le sevrer (comme un petit chat, donc. Je lui mets une litière pour lui apprendre la propreté ??)
  16. J

    Julie 29 Nov 2017 - 11:05 Répondre

    Très très intéressant ce débat. Par contre il manque la dimension sociologique : le lien entre allaitement et place de la femme dans la société. J’ai lu un livre passionnant la dessus « le conflit » d’Elizabeth Badinter. Elle parle du choix. Il faut informer objectivement les femmes pour qu’elle choisisse ce quelles veulent vraiment sans se faire bourrer le crâne par les lobbies industriels OU le lobby de l’allaitement. Car oui l’allaitement a son lobby international qui fait aussi froid dans le dos avec ses idées hyper reacs (à la base c’était un groupe de conservateurs bien puritains qui prônaient le retour des femmes à la maison). Je pense être bien informée sur le sujet de l’allaitement pour m’y être vraiment plongée et je pensais choisir le sein, mais avec un malaise dans le fond, parce que je n’en ai simplement pas envie. Ce livre m’a décomplexée et libérée. On peux choisir le biberon sans être mal informée. Mieux vaut un biberon donné avec joie qu’un sein contraint.
    • J

      Juliette 01 Déc 2017 - 7:52

      Globalement, des parents bien dans leurs baskets, c’est souvent ce qu’il y a de mieux pour les enfants, c’est certain !

Réagir

Ton adresse mail ne sera pas publiée / Les champs obligatoires sont indiqués *